Accueil » On en parle

Jean Claude Racinet nous a quittés

Au moment de “boucler” ce premier numéro de Cheval Savoir, nous avons la tristesse d’apprendre le décès de Jean-Claude Racinet, une des personnalités équestres les plus fines et les plus analytiques du vingtième siècle.
Ce mois-ci, notre rubrique « livres » fait donc place à un hommage à cet écuyer d’exception, également auteur d’ouvrages marquants.

Jean Claude Racinet était un des plus fervents apôtres de la légèreté, qu'il a été l'un des premiers à réellement définir dans un livre de référence : L'équitation de légèreté, paru aux Editions Favre Caracole.
Officier de carrière, il avait monté d'innombrables chevaux, dont, en Afrique du nord, de nombreux barbes. Sa sensibilité équestre, alliée à un esprit cartésien et à une grande facilité d'écriture, l'ont conduit à écrire dans la revue L'Information Hippique des chroniques piquantes et pertinentes. L'on se souvient par exemple de "Cambre-toi, fier si courbe" (évocation des paroles dites à Clovis le jour de son baptême : "courbe-toi, fier Sicambre"…) L'astucieux article basé sur ce calembour mettait en lumière la nécessité pour un cavalier de sa cambrer plutôt que de se courber, tout en étant fier bien sûr ! Jean Claude Racinet avait tout compris de la position à cheval, de même qu'il avait assimilé la cession de mâchoire, dont elle est le corollaire (car la cession de mâchoire ne s'obtient pas par une quelconque action de main, mais essentiellement par l'action du bassin d'un cavalier cambré…et non voussé ! )
Jean Claude Racinet il avait également su lever le voile, avec la collaboration du regretté Docteur Giniaux, sur les effets "ostéopathique" des flexions bauchéristes. Il en était résulté un livre novateur, devenu classique : Vers une équitation totale (PSR éditions).
Bauchériste, Jean-Claude l'était inconditionnellement, ayant rédigé un autre livre passionné et lumineux, Baucher, cet incompris dans lequel il règle leur compte à certains malentendus.
En 2007, il publie un petit bijou : les fameuses "Trente cinq propositions insolentes pour comprendre l'équitation". Jeunesse du ton, justesse des propos : le petit livre possède la saveur des notes des maîtres, et est couronné par le Prix Pégase Cadre Noir. L'auteur se rend à Suamur où il en profite pour enseigner. Quelques jours plus tard, au cours d'un stage en Allemagne, une attaque cérébrale le frappe alors qu'il était à cheval. Presque un an d'hospitalisation n'avait pas entamé son désir de reprendre l'équitation et l'enseignement. Il s'est éteint le 25 avril dernier, à l'âge de 79 ans.
L'équitation perd un de ses penseurs les plus brillants, et ses amis pleurent l'homme de coeur et d'humour.
A Susan, son épouse, à ses filles, ainsi qu'à son jeune fils Jean-François, la Rédaction de Cheval Savoir présente ses condoléances très attristées.
Laetitia Bataille

Jean Claude Racinet
Jean Claude Racinet recevant le Prix Pégase Cadre Noir à Saumur en 2008. De g à dr : le lauréat, le Cl. Faure, Ecuyer en Chef du Cadre Noir, Patrice Franchet d'Espèrey, Guillaume Henry, secrétaire perpétuel de l'Académie Pégase. © L.Bataille

Trois des conseillers techniques de Cheval Savoir évoquent Jean Claude Racinet

Christian Carde : "Admirable Racinet..."

Savez-vous que l'équitation vient de perdre un homme exceptionnel ? Jean Claude Racinet l'était à tous points de vue. Et c'est triste et ému que je tiens à lui donner un grand coup de chapeau.
Racinet, vous connaissez ? Beaucoup répondront non, car cultiver son image, sa popularité, était le cadet de ses soucis. Jean-Claude, comme l'appelaient tous ses fans, était la modestie même. Mais quel travailleur passionné !
Peut-être certains le rangeront-ils dans la catégorie des vénérables anciens dont les conceptions n'ont plus cours aujourd'hui. Ils auront tort car J.-C. Racinet était tout sauf ringard. En bon bauchériste il était d'abord un chercheur. Et c'est dans la très à la mode bio-mécanique équestre qu'il trouvait la confirmation de son credo. Subjugué par le docteur Giniaux, une grande rencontre dans son existence, il s'est intéressé au " fonctionnement " du cheval dans les plus petits détails de l'harmonie musculaire.
Le Bauchérisme il le possédait à fond, il le pratiquait, il l'enseignait. L'écrivain de talent qu'il était possédait une plume précise, parfois provocatrice ; il exprimait ses certitudes avec un courage peu soucieux du qu'en dira-t-on. Il les avait fait connaître dans plusieurs livres qui resteront comme d'incontournables références. Parmi ceux-ci " Racinet explique Baucher " " Vers une équitation totale " et " 35 propositions insolentes ".
Mais le courage et le dynamisme ont des limites et cet ancien militaire de carrière, Saint Cyrien, est tombé au champ d'honneur de l'équitation. C'est à cheval, à près de 80 ans, dans cette Allemagne qui avait si durement condamné son mentor Baucher par la voix de Seeger, que Jean-Claude Racinet a dû jeter l'éponge, victime d'une chute.
Il faudra revenir longuement sur l'œuvre de cet écrivain cavalier car elle est d'une étonnante richesse. Son dernier double grand message : " Baucher est à redécouvrir " " Les chevaux sont bauchéristes ".

Christian Carde, ancien Ecuyer en Chef du Cadre Noir, juge international de Dressage, Président de l'association Allège Idéal.

Patrice Franchet d'Espèrey : "Jean Claude Racinet était un humaniste soucieux du développement personnel des cavaliers et du bien-être du cheval "

Les qualités de cœur, les savoirs d'action, le tour de main, leur description, la résolution des problèmes que l'on se pose, la réflexion qui les justifie, c'est toujours ce que les êtres ont de plus particulier que nous espérons conserver et si l'on espère toujours une renaissance des disparus c'est dans ce qu'ils ont de plus immatériel.
C'est à cheval que Jean-Claude Racinet a commencé à quitter ce monde ; son rapport au cheval aura été celui de toute une vie et de sa fin. À cheval, il s'inscrit dans la lignée des écuyers bauchéristes dont le caractère est de s'affranchir peu à peu de l'esprit de méthode et de découvrir leur propre voie. Il l'a lui-même trouvée ; en s'appuyant sur l'enseignement ostéopathique du docteur Giniaux il a donné aux cavaliers les moyens d'utiliser consciemment les effets de la mise en main pour agir sur l'ensemble des articulations du cheval et faire tomber les tensions qui bloquent plus ou moins leur jeu optimal. Cela montre que le système de pensée bauchériste est un système ouvert auquel chaque écuyer peut apporter son interprétation particulière et inventer sa propre technique. Tout est acceptable si le cheval se décontracte sous l'effet des interventions du cavalier. Le bauchérisme est à réinventer continuellement, sa renaissane est la condition même de son existence car il ne s'agit pas de reproduire mécaniquement des gestes standardisés sur des chevaux dont les allures extraordinaires ont été créées et développées en dehors de l'éducation aux aides et qui se déroulent indépendemment de ces dernières. Pour tout dire en un mot, la philosophie bauchériste permet la différenciation technique. C'est un humanisme soucieux du développement personnel des cavaliers enseignés, du bien-être et de la conservation du cheval. Jean-Claude Racinet était et demeure un humaniste qui a défendu les principes de l'école française jusqu'au dernier souffle.

Patrice Franchet d'Espèrey, Ecuyer du Cadre Noir, Chef du Bureau de la documentation de l'Ecole Nationale d'Equitation.

Jean Claude Racinet
A Saumur, Jean Claude Racinet avec le Gl. Durand, ancien Ecuyer en Chef du Cadre Noir et le Dr. Jacques Laurent.

Christian von Stetten : Eloge de "Maître" Racinet

Jean-Claude Racinet nous a quittés, mais ne nous a pas abandonnés, car il nous lègue une responsabilité. C'est là la marque d'un maître : ayant eu le privilège de recevoir son enseignement, nous devons continuer de transformer les réponses qu'il apportait à nos questions en de nouvelles interrogations, plutôt que de les considérer comme des sujets "réglés". Ainsi, son trépas se fera transcendance : C'est à l'aide de ce que nous avions glané au travers de ses réponses que de nouveaux questionnements se présenteront. Comme il l'a fait toute sa vie durant, Racinet nous indique encore le chemin.

Français, car profondément cartésien et adepte de raisonnement critique, Racinet a acquis une grande réputation de chercheur et de "pourvoyeur" de réponses, mais il n'en reste pas moins que pour lui la méthode, l'incessante remise en cause, était au cœur de son travail et de sa manière d'être : il avait un besoin vital de ne jamais abandonner, ni face à un problème apparemment insoluble, ni après avoir cru trouver un élément de réponse d'apparence satisfaisant. S'interroger, poser des questions, continuer, avancer…tel était l'essence de caractère de Jean-Claude.

Jean-Claude Racinet était doux et pouvait être féroce, chaleureux et parfois distant, combattif et d'une extraordinaire ouverture d'esprit (…) Par conséquent, il a parfois été mal compris, non le moins par ceux qui pensaient le mieux le comprendre : ceux en désaccord aigu avec lui (et qui n'avaient pas saisi que ce qu'il apportait rendait leur dissension inutile) et ceux "de son côté" avec ferveur (et qui ne voyaient pas la contradiction entre une telle " servilité " et l'approche essentiellement critique de Jean-Claude).

Trop rarement au cours de sa vie a-t-on nommé Racinet "Maître", un titre bien trop facilement donné à certains qui ne lui arrivaient pas à la cheville. Pour le plus grand nombre, Jean-Claude restera un maître d'équitation. Quelle vision limitative de l'homme qu'il était ! Aujourd'hui, sa contribution à l'équitation est peut-être une des plus importantes qui soient, mais on ne connaît Racinet, même l'homme de cheval, que quand on tient compte de ses travaux d'écriture politique et littéraire, de ses créations musicales etc. Il n'était point un de ces "maîtres" unidimensionnels, experts en un seul domaine. A vrai dire, sa maîtrise a été celle d'une vie complexe et parfois difficile, vie réussie à cause de son inépuisable sens de solidarité, de courage, de persévérance.

Toutes ces valeurs humaines et humanistes, Racinet les a données en exemple envers sa famille, et en tant qu'homme de cheval, officier, artiste, collègue et ami. C'est en cela qu'il restera un modèle, une source d'inspiration.

Christian Kristen von Stetten
www.riding-and-reading.com
ckvsbooks@google.com