Accueil » Portfolio

Le studio Delton : images équestres du passé

« Portraitistes de chevaux », Louis-Jean Delton et ses deux fils Jean-Louis et Georges ont photographié pendant un demi-siècle le monde du cheval à Paris. Leur œuvre constitue un témoignage iconographique majeur, actuellement présenté dans une exposition qui se tient au musée de la chasse et de la Nature. Ce sont des images d’archives que nous sommes fiers et heureux de vous proposer aujourd’hui dans ce Portfolio exclusif.

Le studio Delton, sis au 83, avenue de l’Impératrice (actuelle avenue Foch), est actif à Paris de 1862 à 1914.
A cette époque, le secteur d’activité lié au cheval – transports de personnes et de marchandises, promenades, courses et paris – emploie 60 000 personnes et requiert la présence de 80 000 chevaux au cœur de la capitale.

Louis-Jean Delton
Louis-Jean Delton. © France Galop / Sylvie Durand

« Portraitistes de chevaux », les Delton reçoivent toute la société du Second Empire et de la Belle Epoque dans leur studio du 83, avenue de l’Impératrice à Paris (actuelle avenue Foch).
Lorsque Louis-Jean Delton (1807-1891) crée le studio, le mode opératoire est toujours le même : les cavaliers viennent prendre la pose devant une toile peinte. Celle-ci est réalisée par un peintre en décors de théâtre et peut simuler une architecture, une entrée de propriété, une grille de parc, une balustrade, des frondaisons... La réunion des portraits réalisés devant chacun de ces décors particuliers permet la constitution de véritables séries.

Pouvoir photographier les chevaux en mouvement

Louis-Jean Delton est également un inventeur. En 1882, il met au point un obturateur qui permet de photographier en instantané des chevaux en mouvement. Ainsi, il peut réaliser des images montrant des chevaux à toutes les allures ou des images de sauts. Il est le premier à fixer sur une plaque sensible l’arrivée du cheval Little Duck au « Grand Prix de Paris » de 1884.

À partir de 1870, et plus encore après 1890 – époque à laquelle Louis-Jean et Georges Delton prennent la succession de leur père – la photographie en plein air se développe, autorisant la création de reportages complets. L’un d’eux, acquis par le musée de la Chasse et de la Nature en 2004, est l’album de vènerie de l’équipage fameux en son temps « Picard Piqu’hardi», réalisé vers 1910.

En 1889, les Delton fondent et dirigent la luxueuse revue La Photographie hippique. En 1895, celle-ci fusionne avec Le Sport Universel Illustré, constituant ainsi les premières archives photographiques des courses hippiques et de la vènerie.

Issues de grandes collections publiques (Bibliothèque Nationale de France, musée d’Orsay, musée Carnavalet...) et privées (archives Hermès, France Galop...) ces œuvres constituent un témoignage iconographique unique sur un monde qui a disparu à jamais avec la Première Guerre Mondiale.

Thérèse Renz
Thérèse Renz, le saut à la corde ou saut de baguette. 1904, J. Delton, tirage moderne d’après plaque de verre. © Archives Hermès (Paris)

Article lié :

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 01-11-2014

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés