Accueil » Savoir pratique Dressage

Le cavalier débutant : La position de l’encolure

Par Pierre Beaupère, cavalier professionnel et professeur de Dressage.


N°58
1 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Pour le dernier article de cette série (une toute nouvelle forme d’articles arrive bientôt !) j’aimerais que les cavaliers prennent conscience du jeu qu’ils peuvent effectuer avec la position de l’encolure.

Niveau de difficulté : Niveau de difficulté

Pour : Développer le contrôle de l’attitude en maintenant un rythme et un équilibre corrects.

Moment idéal : Après avoir multiplié les transitions et les variations d’allures, lorsque le cheval est dans un bon équilibre et que le rythme est bien contrôlé.

Prérequis : Un cheval en équilibre, donc qui se porte et qui maintient seul un rythme constant. Un cavalier ayant pris conscience de l’importance d’avoir le cheval suffisamment rapide et actif dans le mouvement des postérieurs.

Jusqu’ici, nous avons privilégié le contrôle de l’équilibre du cheval en lui gardant la nuque haute et la tête en position ouverte, sans nous occuper de la mise en main. Nous avons travaillé sur la qualité de l’équilibre de base en effectuant de nombreuses transitions et en vérifiant surtout que nous pouvions les effectuer par notre dos. Puis nous nous sommes intéressés au contrôle du rythme, en vérifiant que nous pouvions ralentir tout autant que pousser le cheval dans le grand trot, pour prendre conscience de l’importance du fait qu’il reste bien actif dans le mouvement de ses postérieurs.

Pierre Beaupère
© Charly Goffinet

Ces deux conditions d’équilibre et de rythme corrects sont les prérequis de tout le reste de notre travail. Quoi que nous fassions par la suite, il faudra prendre garde à ce que ni cet équilibre de base, ni ce contrôle du rythme ne se dégradent.

Le travail dans le grand trot va, pour les chevaux qui se retenaient, étaient un peu mous ou flegmatiques ou très raides, avoir un premier effet décontractant en mobilisant toutes les parties du corps du cheval.

L’extension de l’encolure va maintenant agir sur la longueur des muscles et leur donner plus d’élasticité. D’autre part, l’extension va défaire tous les nœuds de tension qui pourraient s’être accumulés durant les années d’apprentissage du cavalier mais aussi depuis notre dernière séance, si le cheval s’est couché dans une mauvaise position ou n’a pas appris, par le travail, à suffisamment mobiliser son corps sous le poids du cavalier.

Je ne vais pas m’étendre ni sur le comment, ni sur le pourquoi, dans la mesure où je l’ai déjà fait dans une série d’articles parus dans les premiers numéros de Cheval Savoir. (Vous en trouverez la liste exhaustive en suivant ce lien).

Néanmoins, j’aimerais y ajouter des précisions au regard de ce que nous avons pu apprendre ces derniers mois par les articles précédents.

Il faut, quelle que soit la hauteur de l’encolure, continuer à sentir en permanence que le cheval est prêt à s’étendre vers le bas et vers l’avant

Il est important de comprendre que c’est le...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

simon :
Le 03/11/2015 à 13h11

Bonjour Pierre,

Vous dites : « Il ne faut pas oublier que l’extension d’encolure est un outil et pas une fin en soi ».
je suis d’accord avec vous mais mon ignorance et mon manques d’expérience fait que j’ai abuser de l’extension d’encolure.
Maintenant mon cheval se trouve comme vous dites dans sa « zone de confort » lorsqu’il est bas et long.

Si je veux le remonter en raccourcissant les rênes il a plutôt tendance a se fermer vers le bas et pas remonter.
Auriez-vous une autre méthodes ou exercice pour le remonter en douceur (que ce soit monter ou à la longe) en gardant la rondeur du dos qu’il a acquis jusqu’ici.

Merci d’avance pour votre aide.

Article publié le 29-11-2014

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés