Accueil » On en parle

Gucci Masters au Salon du Cheval : la journée de Pénélope

Dans l’originale épreuve « Guerre des Sexes Longines », cavaliers et cavalières s’affrontent. Et cette année, pour la première fois, c’est une femme –Pénélope Leprévost- qui a gagné ! C’était aussi le jour où Mylord Cathago a fait ses adieux à la piste…

Historique ! Jamais une femme n’avait réussi à remporter l’épreuve a « Guerre des Sexes Longines », qui oppose dix cavalières à dix cavaliers. Face à des concurrents tels Kevin Staut, Maikel van der Vleuten ou Gregory Whatelet, pour ne citer qu’eux, le podium a été entièrement féminin !

Pénélope Leprévost
Pénélope Leprévost reçoit son trophée, avec Sophie Thalmann et Thierry Lhermitte. © Getty/MGSI

En effet, c’est Pénélope Leprévost, avec Flora de Mariposa, qui remporte brillamment cette épreuve, en ayant pris tous les risques comme elle sait si bien le faire. Lauren Hough (USA) est seconde avec Royalty des Iles, et Katarina Offel, dont on connaît aussi la capacité de vitesse, se classe troisième avec Quebracho Sémilly.

Martin Fuchs, (SUI) très en forme pendant ce concours, est quatrième, tandis que la cinquième place échoit à une autre cavalière, américaine, Lucy Davis. Avec cette cinquième place de Lucy Davis, la victoire des femmes au classement par équipe était également acquise : ce soir, les femmes étaient invincibles.

Pendant que Sophie Thalmann et Thierry Lhermitte remettaient les prix aux plus valeureux guerriers de la soirée, Pénélope était rejointe par sa fille, Eden. Qui sait ? Peut-être cette cavalière en herbe déjà brillante défendra-t-elle à son tour les couleurs des femmes lors d’une prochaine édition de la Guerre des Sexes Longines, dans quelques années…

Les adieux de Mylord Cathago

Après cette belle victoire de Pénélope, c’est un autre visage de la championne que le public a pu voir, lors des adieux à la compétition de Mylord Carthago. Très émue, la cavalière a remercié celui avec lequel elle a gravi tous les échelons, des concours nationaux jusqu’aux plus beaux podiums mondiaux. « Son » cheval, comme elle l’appelle, restera chez elle à couler des jours heureux dans l’écurie qu’il connaît si bien, et c’est sans doute le plus beau merci qu’elle pouvait lui dire.

0 commentaire(s) »
Article publié le 09-12-2014

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire