Accueil » Connaissance du cheval

La testostérone : naturelle… ou pas ?

Par le Dr Jacques Laurent.


N°60
4 Commentaire(s)
Imprimer cet article
La récente affaire de dopage dont semble être à nouveau victime Maxime Livio pose la question du dopage à la testostérone. Cette hormone est naturellement présente chez les chevaux entiers, mais aussi, à moindre taux, chez les hongres et même les juments, ce qui rend son usage en tant que dopant délicat à déceler. Le point avec un médecin et un vétérinaire.

La testostérone est présente à l’état naturel chez les chevaux entiers, mais aussi –contrairement à ce que l’on croit souvent – chez les hongres et même les juments.

En effet, la testostérone est une hormone mâle secrétée par les testicules, mais également par les glandes surrénales, qui continuent d’en secréter chez les hongres.

Cheval dominant
La testostérone rend le cheval volontaire, dominant et parfois agressif. © Diana Wolfraum - Fotolia.com

Par ailleurs, chez les hongres, la castration a pu être « incomplète » et laisser en place quelques îlots de cellules testiculaires, sécrétrices de testostérone.
La testostérone a un effet dopant, en ce sens que cette hormone confère au cheval une force physique et une volonté plus grandes. Elle lui donne la « niaque ». C’est donc un précieux adjuvant de l’effort, notamment dans les disciplines qui demandent au cheval courage et volonté de gagner, comme dans le concours complet.

Souhaitons que les tests nous apprennent que Bingo S est un « gros répondeur » à la testostérone...

La testostérone est l’hormone qui rend le cheval mâle viril, volontaire et dominant. Les éthologues ont mis en lumière le lien entre la place qu’occupe le sujet au sein du troupeau (plus ou moins dominant) et… son taux de testostérone.

Dans le cas du cheval de Maxime Livio, Bingo S, récemment détecté positif à la testostérone, il est difficile d’établir à quel taux cette hormone était présente, et le fait que cette testostérone soit d’origine naturelle ou non.

En effet, Bingo S – un hongre – a montré un taux de testostérone pouvant faire soupçonner une administration pour des raisons de dopage.

Des chevaux répondeurs à la stimulation

Il n’y a pas de moyens simples de distinguer l’hormone naturelle de l’hormone injectée. Ce qui attire l’attention du contrôleur c’est l’importance du taux sanguin. Néanmoins la difficulté demeure dans le fait que certains chevaux, même les hongres, peuvent avoir naturellement des taux élevés, en particulier après une épreuve physique intense.

Dans ce cas, les vétérinaires du contrôle injectent au cheval des hormones gonadotropes qui ont pour effet de stimuler la sécrétion de testostérone naturelle. Certains chevaux peuvent avoir une très forte réponse physiologique. Ceux là ne seront donc pas considérés comme ayant été « dopés » si après stimulation le taux sérique de testostérone s’élève de manière importante. Dans les cas où le taux sérique s’élève peu après stimulation, on peut donc conclure que les taux sériques élevés antérieurement dépistés étaient en rapport avec une injection d’hormone exogène.

Dans le cas de Bingo S, la question est donc de savoir évidemment avant toute chose si ce qui a été dit est vrai (taux réellement élevé au contrôle). Mais si tel était le cas, et s'il s'avère que le cheval a fortement réagi à la stimulation, on peut affirmer qu’il n’était pas dopé et qu’il s’agit de son statut hormonal physiologique. Dans le cas contraire on serait effectivement en face d’un dopage.
Souhaitons que les tests nous apprennent que Bingo S est un « gros répondeur »...

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

4 commentaire(s) »

jacques nardin [invité] :
Le 22/02/2015 à 14h53

encore un article confus qui mélange médecine , éthologie, mécanique quantique et cuisine exotique !

il existe plusieurs types de "testostérone" : voir lien data base FEI jointe
http://prohibitedsubstancesdatabase.feicleansport.org/list.php?q=Testosterone : 7 occurrences dont la testostérone base

Le cheval est positif à quel substance ....
si il s'agit de la testostérone : lire ci dessous

l'information est que la testosterone est une hormone secrété par un cheval male ou hongre et parfois femelle ( rare ) : et c'est pour cela que la testostérone est une substance à seuil au regard des contrôles de médication ( course et sports équestres ): voir définition des substances à seuil
le taux admis pour un hongre est de 20 nanogrames par ml d'urine analysée , et de 100 picogrames par ml de sang analysé : voir code des courses , code du sport ou régulation FEI


la question qui doit faire la lumière à cette "cauchemardesque" affaire , est simplement de combien est positif Bingo S : La FEI peut communiquer cette information au cavalier.
deux situations
plan A : le taux relevé est très, très haut .... cqfd : le cheval est positif et le cavalier est sanctionné ....le cauchemar est bien là
Plan B : le taux est légèrement supérieur : le cheval a peut être ( peut être ?) un statut hormonal particulier : castration incomplete, relais par des glandes endocrines , ou bien le stress a pu augmenter le taux de testosterone ( à verifier en expérimentation )
Une mise en évidence est possible par des prise d'urine et de sang et des analyses :à réaliser
Dans cette situation le cavalier peut évoquer la règle de la responsabilité objective et atténuer la sanction ( sans l'annuler !).

Cependant ne pas oublier les fondamentaux : la règle de base : tout animal qui concoure doit être indemne de toutes substances décrite soit dans la liste exhaustive des courses hippiques et sports équestres français , soit de la liste positive de la FEI : le cheval contrôlé positif , le cavalier qui monte le cheval est sanctionné

Ps: il existe bien des medicaments type ACTH et dérivés qui administrés à un cheval augmentent son taux de testostérone .... , ou bien des version testostérone retard qui augmentent aussi le taux de testostérone ....
on est dans la version cauchemar : voir lien wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cauchemar
Ps: en cas d'erreur factuel ne pas hésiter à me contacter

laetitia :
Le 19/03/2015 à 23h25

Monsieur,

Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à la revue Cheval Savoir, et en particulier à l’article ci-dessus dont vous dénoncez –avec humour !- certaines insuffisances semble-t-il.
Votre réaction nous a d’autant plus interpellés que vous êtes le spécialiste reconnu de ces problèmes de dopage au sein des compétitions équestres.
Notre texte a été élaboré conjointement par un médecin et un vétérinaire, et nous avait semblé relativement complet, même s’il n’avait pas pour prétention de faire une analyse exhaustive de ce sujet si délicat et vaste. Le complément d’information que vous apportez est donc bienvenu.
Nous sommes tout à fait disposés à vous ouvrir nos colonnes si vous souhaitez vous exprimer plus en détail sur ces thèmes que vous maîtrisez particulièrement et qui nous tiennent à cœur puisqu’ils touchent au respect et à la protection du cheval. N’hésitez pas à me contacter via la Rédaction.

Très cordialement

Laetitia Bataille
Rédactrice en Chef

M claire [invité] :
Le 28/06/2016 à 10h24

Bonjour monsieur..

Vous avez l'air de bien connaître ce sujet...peut être pourries vous m'éclairer...Je viens d'acheter un poney qui a 0,6 Noel/L de testosterone.....il a été bien castré.....d'où cela peut il venir?

Que faire...opération ?

Alex [invité] :
Le 13/02/2017 à 22h49

Je rebondi à chaud sur "rare" chez les juments... la mienne devient insupportable depuis cet automne, elle se pointe sur les autres et se comporte comme un entier (flehem, hennissements fréquents, dominance sur les autres, distraite au travail, marche en main avec anti cabreur pour éviter les pbm...) résultats: taux de testostérone 7 fois supérieur à la normale, suspicion de tumeur sur un ovaire, échographie en vue avec opération à la clef...et en attendant la jument sort en CSO 125/130 et je me demande ce qu'il arrivera si elle est contrôlée car visiblement elle sera considérée "dopée" ?
Donc ce cas sur jument n'est peut être finalement pas si rare (une SF avec une bonne souche en plus)
cdlt

Article publié le 21-02-2015

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire