Accueil » Savoir pratique Dressage

Corriger le déséquilibre

Par Pierre Beaupère, cavalier professionnel et professeur de Dressage.


N°62
5 Commentaire(s)
Imprimer cet article
L’analyse de ce mois-ci est celle d’une élève ayant participé à deux stages avec moi en Alsace. Je connais donc les difficultés du cheval ainsi que le déséquilibre dans lequel la cavalière et le cheval s’étaient installés. En effet, lorsque Delphine m’a montré son travail, Oscar s’appuyait énormément sur les rênes et nous avons passé le premier week-end à ne faire que des transitions pas-arrêt pour qu’il s’allège un minimum ! J’ai aussi travaillé Oscar à pied lors du deuxième stage afin de tenter de l’alléger et de corriger des problèmes de respect et d’éducation.

Il faut reconnaître à Delphine une grande rigueur dans son travail (malgré le casque léopard !) et de plus en plus de sensibilité et de finesse. Cela nous a permis d’obtenir assez rapidement une belle évolution, bien sûr encore parfois maladroite.

Contrairement à ce que je demande généralement aux cavaliers, je n’ai pas conseillé à Delphine de faire céder la mâchoire à l’arrêt. En effet, connaissant le cheval, je sais que sa bouche est certainement encore trop verrouillée pour qu’elle y parvienne seule. Un travail sur son équilibre de base puis l’assouplissement de ses hanches devrait permettre d’obtenir des cessions de mâchoire plus systématiques, qui n’auront de toutes manières de l’intérêt que si Oscar est plus équilibré et se porte mieux.

Enfin, le travail dans des flexions assez importantes devrait amener une relaxation de l’articulation temporo-mandibulaire (l’articulation de la mâchoire) et permettre d’obtenir des cessions de mâchoire sans que Delphine ne doive passer des heures à l’arrêt à tenter de faire céder la bouche de son poney très fort lorsqu’il s’agit d’attendre patiemment que les humains perdent patience !

La flexion doit devenir de plus en plus facile, en gardant toujours l’encolure aussi haute que possible, sachant qu’à partir d’un certain degré de flexion il sera inévitable qu’elle s’abaisse

Il est d’autre part intéressant de...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

5 commentaire(s) »

clothilde :
Le 17/04/2015 à 21h50

Merci à toi Pierre de m'avoir fait tant progresser ces dernières années!

raphaelledm :
Le 24/04/2015 à 15h23

Pierre ! A quand un article sur le cheval sur les épaules ? C'est mon grand problème (croupe plus haute que les fesses) ! Je désespère de trouver des informations de qualité sur le sujet !

Delphine, ton Oscar est super canon ! Très beau couple ! ;)

hippo :
Le 29/04/2015 à 12h19

Bonjour,

Pierre, j'ai lu vos autres articles, notamment ceux sur l'extension d'encolure et du coup, là je suis un peu perdue.
Pour moi l'extension d'encolure c'était un peu la basse de tout.
Si je me souviens bien, vous aviez dit quelque chose comme: "la mise en main c'est une extension d'encolure qu'on arrête à la bonne hauteur".
Et là c'est plutot le contraire de l'extension qui est travaillé.
Du coup, je me demandais si Dephine et Oscar avaient déjà travaillé l'extension d'encolure, ou est-ce que ca viendra après dans le travail?
Ou est-ce que ils ne passeront pas du tout par cette étape, étant donné la tendance d'Oscar à s'appuyer sur le mors?

Et une dernière question (si c'est possible d'y répondre...) : où se situeriez vous le couple dans l'échelle de progression de von Ziegner?

et compliment à la cavalière pour la belle impulsion d'Oscar et l'assise au trot assis qui ne semble pas évidente. :-)

pierrebeaupere :
Le 13/05/2015 à 13h20

Pour raphaelledm,

Vous devriez trouver des réponses et des pistes pour vous aider dans une série d'articles que j'avais écrits pour cheval savoir concernant les demi-arrêts par le dos et l'équilibre. N'hésitez pas à remonter aux premiers numéros de Cheval Savoir car il me semble que c'était déjà il y a quelques années!

pierrebeaupere :
Le 13/05/2015 à 13h40

Pour Hippo,

Merci pour cette question, elle est vraiment très intéressante! Elle soulève d'autre part des notions vraiment importantes. En effet, il faut bien comprendre qu'aussi importante et primordiale que soit l'extension d'encolure, elle ne peut en aucun cas être réalisée avec un cheval sur les épaules, sans quoi elle va jeter encore plus de poids sur l'avant main. Le cavalier a souvent alors la sensation qu'il fait "ce qu'il faut" en étendant le dos de son cheval, sans réaliser qu'il fait parfois beaucoup de mal en plaçant une contrainte énorme sur les antérieurs...

Il faut donc bien se souvenir qu'avant toute demande d'extension d'encolure, il faut que l'équilibre du cheval soit correct. A mes yeux, comme je l'ai écrit il y a quelques mois dans un articlé, le contrôle du rythme et de l'équilibre passent en priorité sur tout le reste. Sans eux, il n'y a as mon sens pas de décontraction possible. Bien sûr tous les éléments sont parfois interdépendants et il faut dans certains cas que le cheval se décontracte pour qu'il soit possible de mieux contrôler l'équilibre. Mais il n'empêche qu'il est dans la majorité des cas nécessaire d'avoir un contrôle minimal de l'équilibre du cheval et de sa ce d'encre avant de demander l'extension afin d'éviter que le cheval précipité ou tombe sur les épaules.

Avec la plupart des cavaliers qui me montrent leur travail en extension d'encolure lors de la première leçon, je dois demander de d'abord remonter l'encolure et mettre le cheval en main durant une dizaine de minutes, voire plus, avant de revenir à l'extension afin de corriger les déséquilibres et donner au cavalier les clés du contrôle de la cadence.

Durant cette phasé, qui peut être plus ou moins longue, je vais compenser le fait de ne pas faire d'extension par des repos très fréquents au pas rênes longues où le cheval pourra étendre son encolure.

Dans le cas d'oscar, nous avons, lors du dernier stagé, commencé à laisser filer les rênes juste avant de repasser au pas, afin de contrôler immédiatement son équilibre et de ne prendre aucun risque.

Nous viendrons dans des extensions mais durant des temps très courts, en venant d,un début de mise en main, plutôt pour vérifier que notre travail de cession de mâchoire et de flexions aura bien eu pour effet de décontracter son dos et guerrier qu'il n'y a ni tension ni contraction du dos.

Attention, il n'en demeure pas moins que la mise en main est demandée comme un début d'extension d'encolure, sachant que l'extension ce n'est pas arracher les rênes vers l'avant mais descendre moelleusement vers le bas et vers l'avant sans changer le contact ni contracter l'encolure.

Rappelez vous enfin que cheval en extension d'encolure ne veut pas forcément dire cheval décontracté!!!!

Quant à l'échelle de von ziegner, je dirais qu'on car se situe dans la phasé de travail de l'équilibre et de la décontraction, en fonction des moments, en parfois dans la phasé du travail sur le contact, dans le sens acceptation des aides. En gardant en tête que décontraction ne veut pas forcément dire long' c'est aussi une absence de contraction et de résistances.

J'espère avoir répondu à vos questions!

Pierre.

Article publié le 16-04-2015

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés