Accueil » Le monde du cheval

Vers la disparition des brigades équestres ?

Par Amélie Tsaag-Valren


N°62
31 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Une quarantaine de commune françaises comptent une brigade équestre, des policiers municipaux montés, chargés de missions de surveillance et de protection. Depuis quelques mois, ce modèle original est remis en cause pour des raisons budgétaires. Après la disparition entérinée de la brigade de Valence et de celle, très célèbre, de Versailles, c’est celle de Caen, en service depuis treize ans, qui devrait cesser sa mission le 1er juin…

La crise économique signerait-elle la fin des brigades équestres ? Sans alarmisme aucun, la question mérite d’être posée à l’heure où le sort de la très emblématique brigade de Versailles vient d’être scellé, au terme de dix-sept années de service. En cause, ses 40 000 € annuels de coût de fonctionnement. Trop cher, selon le conseil municipal. Depuis, les policiers municipaux cavaliers montent… à bicyclette.

Garde Républicaine
Patrouille féminine de cavalerie de la Garde Républicaine à Paris. Photo WikiCommons

Heureusement pour eux, les trois chevaux policiers de Versailles, Twiter, Papinou et Cabri, ont été adoptés par le centre équestre qui les hébergeait. L’adjoint au maire délégué à la sécurité a déclaré préférer investir dans une cinquantaine de caméras de surveillance…

Face aux chevaux, la population sympathise plus facilement avec les forces de l’ordre. Une façon essentielle de « tisser du lien social », à l’heure où la défiance est forte envers l’autorité

La même triste histoire se répète à Valence...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

31 commentaire(s) »

herve :
Le 09/05/2015 à 18h09

Il y a tellement d'assistés à entretenir qu'on n'a plus de quoi nourrir quelques chevaux.

tampicture :
Le 12/05/2015 à 23h25

Drole de coïncidence je fais justement un article sur une Policère qui faisait partie de cette brigade et qui est désormais dans celle de ma ville !
Si jamais cela vous interesse pour un portrait ou pour parler de son métier je pense qu'elle sera ravie de vous répondre ;)

debpictures :
Le 13/05/2015 à 09h23

C'est fin comme raccourci, gardez-vous un jour de vous faire remercier et de gonfler les rang de ces dit "assistés" qui, pour la plupart avant de tomber dans la fosse à m**** étaient d'honnête gens, gagnant dignement leur croûte, tout comme vous.

Et n'oubliez pas que vous n'êtes qu'un matricule corvéable et remplaçable au yeux de l'économie.

Ce que le système donne, il le reprend quand il le décide. Et aux dernières nouvelles, les énarques qui le dirigent trouvent plus rentable d'exporter le travail dans les pays du tiers-monde (où la main d’œuvre tiens plus de l’esclave que de l'ouvrier) afin d'augmenter les profits que de payer un smic en France.

N'allez pas croire que vous êtes à l'abri de terminer dans le caniveau, et ne comptez surtout pas votre hypothétique retraite versée tous les mois. Un peu de terre pour les légumes, quelques volailles, un puit serait un investissement plus judicieux par les temps qui courent.

Pour les patrouilles à cheval, c'est le même problème. Allez demander à tous ces élus multi-manda ventripotents combien ils gagnent (pour la plupart) par mois, s'en est indécent. Et comme la crise est passée par là (elle a bon dos la crise d'ailleurs), ils faut bien qu'ils se servent quelque part afin de faire perdurer leur salaire.

herve :
Le 13/05/2015 à 18h41

Ne pas confondre une personne en difficulté qu'on peut aider provisoirement, et un assisté qui est installé dans le parasitisme. En plus, beaucoup d'assistés ne sont même pas français ! Alors stop !

debpictures :
Le 13/05/2015 à 19h39

Ha ? Il ne faut pas être un chômeur longue durée dans ce cas ou alors qu'il se convertisse en SDF, histoire de se confondre avec le trottoir, on peut ainsi lui marcher dessus, ça évite de coller des saletés sous les semelles de ses chaussures. ^^

Un parasite utile en somme qui retrouverait grâce à vos yeux.

Je vous conseille d'échanger votre passeport contre celui d'un réfugier Congolais (par exemple), je suis sûr que vous apprécierez la vie bucolique au sein de la RDA. On vit dans un pays avec une certaine stabilité et où on aide les moins bien lotis. Le bouche à oreille fait que ça pousse les migrants à toquer à notre porte. Manque de bol, on ne peut pas accueillir toute la misère du monde, on a déjà du mal avec nos propres ressortissants qui, à cause de la crise sombrent dans la pauvreté(les loger, les soigner, les nourrir, les reconvertir sur le plan professionnel). Et avec la liste des licenciements de masse qui s'allonge d'année en année sur notre territoire, ça ne risque pas de s'arranger.

Quand on s'intéresse de près à la provenance de nos vêtements, de nos chaussures, de nos portables et autres joujoux Itech - les fringues à la mode tissés gratuitement par des esclaves du Bangladesh, le coltan de votre smartphone extrait des mines congolaise - et aux conditions géopolitiques au sain de ces pays (mise en place de surcroit par les gouvernements occidentaux afin de profiter des matières premières à moindre coût), on évite de tomber dans la facilité de taper sur l'étranger, étranger qui souvent est un individu fuyant la guerre ou son statut misérable d'esclave pour notre petit confort de consommateur.

Et ne me sortez pas l’alibi nauséabond des roms. La terre n'est pas peuplée que de ces derniers. A l'échelle planétaire, ils sont une minorité, minorité exploitée au passage par leur semblable plus riches qui profitent de la manne issue de la mendicité pour se construire de belles villas au pays.

Les populations sémites ? Les mauvais éléments ne représentent pas la majorité, encore une fois. Ces groupuscules profitent d'un système qui a été mis en place par nos gouvernements successifs, gouvernements qui ont largement profité de ces populations afin d'avoir de la main-d’œuvre à bas coût. Sûr que le pauvre ouvrier français pointant à l'usine en gardera de la rancœur sur plusieurs générations. Ça doit être votre cas (peut être).

Sinon, ça farte chez Marine ? ^^

debpictures :
Le 13/05/2015 à 20h17

Pour en revenir aux chevaux : il n'y avait en projet la suppression pur et simple de la garde républicaine ? C'est toujours d'actualité ou bien cette dernière a eu droit à une accalmie ?

herve :
Le 13/05/2015 à 20h57

On a le droit à tous les clichés du misérabilisme victimaire :
- le chômeur de longue durée victime du capitalisme
- le réfugié victime de l'oppression dans son pays
- le travailleur du tiers monde victime du consumérisme occidental
- le rom victime de l'exploitation dans son pays
- l'ouvrier français victime de la mondialisation

Ajoutons l'aigri du FN avec ses idées "nauséabondes", et on croirait entendre un discours de Manuel Valls...

debpictures :
Le 13/05/2015 à 21h09

Je vous retourne le compliment pour les "clichés du misérabilisme victimaire" ;) : on croirait entendre un vieux con de la France d'en bas rivé sur son téléviseur. Au plaisir, vous avez fait ma soirée.

debpictures :
Le 13/05/2015 à 21h16

Tampicture : j'espère que l'article se fera. Elle doit en avoir des choses à raconter.

herve :
Le 13/05/2015 à 22h38

Lorsque les arguments manquent aux abrutis, ils en viennent aux insultes...

debpictures :
Le 13/05/2015 à 23h21

Vous voulez un mouchoir ? :)

A part lister de manière simpliste mes commentaires - merci au passage pour le comparatif avec la Vall'seuse, je n'en demandais pas tant, mais à votre bon plaisir - vous n'avez guère développé votre propos. Mise à part le sempiternel "En plus, beaucoup d'assistés ne sont même pas français !" qui sonne le vieux ....(Modérateur) de service nostalgique des bonne vieilles colonies françaises, quoi de neuf sous notre beau ciel ?

CE SOIR OUI, je vous ai trouvé "vieux ..." (Modérateur) (avec des guillemets ça sera plus digeste), mais ce n'est pas un drame.

Le ressenti d'un jour ne fait pas acte de vérité sur l'individu. J'ai simplement partagé un avis - assaisonné aux orties certes - sur un commentaire que j'ai trouvé con et simpliste.

Intéressez-vous un peu à la géopolitique et à l'histoire des banques privées. Il y a de sacrés casseroles sous la nappe vis à vis des ingérences commise dans les pays émergeants. Ça ne pardonne pas tout, mais ça explique pas mal le "pourquoi" de la situation actuelle, ne serait-ce qu'en France.

Concernant Valls, son statut de ripoux opportuniste n'est plus à refaire, dans la grande famille des énarques, la corruption est leur marque de fabrique. ;)

Bonne soirée Hervé.

herve :
Le 13/05/2015 à 23h33

Ceux qui ont fait les colonies françaises sont aussi ceux qui ont combattu pour faire de la France le pays qu'elle est (encore) aujourd'hui, comme mon grand-père, par exemple, officier dans les troupes coloniales, qui a fait les campagnes de France, d'Afrique du nord, d'Italie et d'Allemagne pendant la dernière guerre. Alors qui est le vieux con ? celui qui veut garder et transmettre cet héritage, ou celui qui s'accommode de sa destruction ?

debpictures :
Le 14/05/2015 à 00h49

La France des colonies s'est construite sur le système du parasitisme : le commerce triangulaire. D'ailleurs mes ancêtres corsaires ont botté le cul des négriers (puisqu'il nous faut étaler notre pedigree).

Et quand bien même on a accordé au sauvage le statut d'être humain, il fallait bien continuer à montrer qui était le patron : pillage des ressources, spoliation continue des terres, massacre des populations indigènes qui refusaient de coopérer, placement des jeunes mulâtres chez de riches blancs afin de diluer les gènes indigènes(on appelait cela "l'assimilation coloniale". Un bien joli terme vous ne trouvez pas ?).

Un héritage taché de sang donc. Bref.
En nostalgique que vous êtes, vous ne pouvez que défendre ce dernier et moi vous traiter de "vieux ..."(Modérateur) . La mémoire génomique a ses aléas. Quant à votre grand-père, en combattant pour la France, il n'a fait que son devoir de soldat. Quand on aime son pays, on prend les armes pour le défendre.

Et durant l'époque coloniale, on prenait les armes aussi afin de défendre les intérêts de la France quitte à faire couler le sang. C'est encore le cas aujourd'hui d'ailleurs pour les pays dont on veut s'approprier les ressources. Mais en général, on préfère passer la bonne vieille méthode de l'ingérence, par la corruption des gouvernement en place (par ex) afin de créer des conflits internes. Les populations autochtones s'écharpent ainsi entre elles, ça laisse la place propre pour faire la main mise sur les richesses, beaucoup plus efficace et moins coûteux

Bref, je pense qu'il est plus sage d'en rester là.
Nous sommes vous et moi, deux individus littéralement opposés de part notre héritage, mais ça ne m'empêche pas de vous souhaiter une bonne soirée.

herve :
Le 14/05/2015 à 09h36

Et maintenant les clichés de la colonisation et de l'esclavage. Bientôt on aura le droit au rôle de la France dans la shoa...

Je me moque de votre histoire et géopolitique de café de la casba.

Rien ne justifie un système social qui fait faillite, et une politique d'immigration qui nous conduit à la catastrophe. Ce qui nous sépare n'est pas la nostalgie, mais votre choix de collaborer à cette œuvre de destruction de notre pays et de son peuple.

debpictures :
Le 14/05/2015 à 09h52

Mon cher Hervé,

libre à vous de tourner mes commentaires en dérision, commentaires qui, si vous n'auriez qu'une once de curiosité vous pousserait à aller chercher/vérifier les informations plutôt que de me sortir des réponses digne d'un pilier de bar.

Mais hélas, quand on tourne "vieux ..." (Modérateur), on ose tout, même le ridicule. ;)

Bien à vous

debpictures :
Le 14/05/2015 à 10h27

Je vous conseille sinon "La France et ses esclaves : De la colonisation aux abolitions (1620-1848)" de l'historien Frédéric Régent

Et si la lumière de la curiosité vous touche un jour (j'y crois de moins en moins) et que vous voulez en savoir davantage sur l'histoire des banques:

"Enquête sur la loi du 3 janvier 1973" de Pierre Yves Rougeyron
"Le complot de la Réserve Fédérale" d'Antony Sutton
"Blythe Masters, La banquière de la JP Morgan à l'origine de la crise mondiale" de Pierre Jovanovic
"L'or des fous" de Gillian Tett

Sinon pour la géopolitique : "Le dessous des cartes" de Jean Christophe Victor sur Arté (disponible en replay) est une bonne émission de vulgarisation à la portée de tous citoyens un tant peu curieux du monde extérieur.

Pour les livres, elles sont sur l'étagère, je pourrais bien sûr vous les envoyer en PDF afin de vous faire l'économie de quelques euros, mais en vous relisant, je préfère finalement occuper mon temps libre à des activités plus gratifiantes. Et puis les auteurs de ces ouvrages doivent se substantiver, on va donc éviter le copillage...

herve :
Le 15/05/2015 à 18h27

Vous balancez tous les clichés anti-France d'une gauche en faillite. Je ne vais pas perdre mon temps à discuter des inepties.
Je vais signaler vos insultes à la modération.

herve :
Le 15/05/2015 à 18h30

Et je souhaiterais que la modération me dise comment je peux éviter d'avoir plusieurs emails par message posté, parce qu'à ce niveau, cela devient du spam.

herve :
Le 15/05/2015 à 19h12

Juste un seul exemple de vos inepties.
Vous me conseillez des livres sur la colonisation. Je n'en ai pas besoin car ma famille vient d'Afrique du nord. C'étaient des Français comme les autres, fonctionnaires, artisans, employés, entrepreneurs, qui n'ont jamais opprimé personne, et se sont battus pour la France dans plusieurs conflits.
Vous avez une vision idéologique grotesque.
Ce qui me gêne, et c'est un euphémisme, est que les gens qui partageaient cette vision trimbalaient des valises d'argent pour que les assassins du FLN tuent des Français, y compris ma famille.
Ceux qui sabotaient l'effort de guerre de la France en 40 partageaient aussi la même vision.
Voilà pourquoi discuter vos clichés ne serait qu'une perte de temps.

debpictures :
Le 15/05/2015 à 20h48

Oui, d'ailleurs, je me balade régulièrement sur le territoire français avec une valise de billets afin de me payer mon quotas de tête. J'ai un magnifique portrait de Hollande encadré chez moi. Et j'ai toujours ma carte du parti socialiste avec moi.

Je ne suis pas anti-France, juste anti-cons (qu'ils soient de gauche ou de droite, juifs, musulmans, tsiganes, pied-noirs, chrétiens, bouddhistes et j'en passe).

Arrêtez votre violon : qui a lancé les première braises en tapant sur les "parasites étrangers" se faisant entretenir avec les allocations du gouvernement français ? Bref.

Grand bien vous en fasse si votre famille est en odeur de sainteté. N'empêche, la France, comme n'importe quel gouvernement occidental durant l'époque coloniale a bien profité des ressources des colonies pour s'enrichir. La vie était rose tant que l'on était du bon côté de la barrière (indigènes ou français).

Pour clore une bonne fois pour toute le sujet, et en revenir à ces patrouilles à cheval que l'on supprime pour des raisons de budgets : ne tapons pas sur ceux qui survivent grâce au RSA (c'est un euphémisme) mais bien sur ceux qui sont tout en haut de la pyramide (les banques privées) et qui financent nos politiques à qui ont demande ensuite de mettre en place ce dit système (sur lequel vous crachez) afin de servir le libre-marché. Système qui impose des licenciements de masse et des baisses de salaires, mettant sur le carreau des citoyens du jour au lendemain.

Mais bon, de nos jours, on préfère voter pour des politiques ventripotents qui, de gauche ou de droite, ne font que servir les intérêt des banques privée qui financent leur campagnes électorales. Les pauvres et les immigrés ont le dos large et au moins, on peut leur casser du sucre sur le dos sans qu'ils ne se rebiffent.

On préfère aujourd'hui mettre 40 000 dans la bourses ou pour augmenter le salaires des élus, plutôt que financer avec des patrouilles à cheval dignes de nom.

Ps : dans les 4 livres que je vous conseille : UN SEUL traite de la colonisation, et ceci à partir de la période esclavagiste (vous devez être très âgé pour avoir connu cette période). Je vais remplacer "vieux con" par "vieille baderne".

Le reste des livres traite de l'histoire des banques privés et de leur main mise sur l'économie mondiale. Quant à l'émission du dessous des cartes, elle traite de géopolitique sur le plan mondial (aussi).

Et votre dernière phrase est sur le fil du rasoir du point Godwin, il s'en est fallut d'un cheveu.

debpictures :
Le 15/05/2015 à 21h03

Vieille baderne (n.f.)
Synonymes : vieux con, peau de vache, vieux chose, vieux machin.
Définition : Personne âgée bornée et rétrograde.

herve :
Le 15/05/2015 à 21h20

Pour vous c'est être con pour un français de ne pas vouloir se faire envahir, de ne pas vouloir se voir imposer des valeurs et des modes de vie qui ne sont pas les siens par des populations étrangères.
C'est être con de ne pas se repentir pour l'esclavage et la colonisation.
C'est être con d'être fier d'un héritage "tâché de sang".

C'est exactement cela l'anti-France.
L'anti-France a toujours été ignoble.

debpictures :
Le 15/05/2015 à 21h27

Mon chien trouve aussi.

debpictures :
Le 15/05/2015 à 22h04

Ce pan de l'histoire française fait parti de notre héritage, il n'y a pas à se repentir (nous n'y avons pas participé). Par contre, il faut être un peu ...(Modération) oui, d'en être fier et d'en vanter les vertus.

Sinon, je suis fier de l'héritage légué par ces inventeurs, chercheurs, peintres, compositeurs etc (toutes nationalités confondues), qui au fil des siècles ont façonné notre culture (tant picturale, musicale que littéraire en passant pas la médecine) et en ont fait une des plus riches d’Europe :

Debussy, André Le Nôtre, Edgar Degas, Jacques-Louis David, Pasteurs, Les Curies, Sibelius, Claude Monet, Jean-Antoine Watteau, La Guérinière, Balzac, Beaudelaire, Mollière, Berlioz, La Guérinière ... et bien d'autres encore.

herve :
Le 15/05/2015 à 22h22

Et maintenant le sophisme de l'homme de paille !
Je n'ai jamais dit que j'étais fier de la colonisation ou de l'esclavage.

Comme tous les abrutis que je connais vous avez recours à l'insulte à défaut d'argument. Parlez donc à votre chien, il est à votre niveau, celui du caniveau.


debpictures :
Le 15/05/2015 à 23h05

Je vais me mettre à votre hauteur, puisque sous le coup de la colère, vous semblez prendre plaisir à déformer à chaque fois mes propos. Cette dernière est mauvaise pour votre cœur au passage, ménagez vous.

" C'est être con de ne pas se repentir pour l'esclavage et la colonisation." : Ce pan de l'histoire française fait parti de notre héritage, il n'y a pas à se repentir (nous n'y avons pas participé).

"C'est être con d'être fier d'un héritage "tâché de sang". : il faut être un peu con oui, d'en être fier.

Comme tous les "vieux cons" que je connais, vous préférez vous accrocher à l'épouvantail de l'envahisseur étranger venu profiter des avantages sociaux plutôt que de vous attaquer à la cause des causes : les grands lobby financiers trônant tout en haut de la pyramide et qui sont à l'origine de ce système social à la dérive.

Et puisqu'on en vient aux comparaisons canines, je vous vois bien en basset de Normandie : plein de plies, le regard fatigué et un champs visuel arrêté à 30 cm de hauteur, aboyant en voyant à travers la fenêtre passer les sangliers.

debpictures :
Le 15/05/2015 à 23h20

Au passage, pour ce qui est des notifications, il suffit au choix, de cocher le mail et le mettre dans la boite à spam (les prochains tomberont ainsi direct dedans) ou bien d'en faire part au webmaster : contact@cheval-savoir.com (il saura peut être vous arranger le problème) ;)

debpictures :
Le 15/05/2015 à 23h30

Je réédite :

"C'est être con d'être fier d'un héritage "tâché de sang". : il faut être un peu con oui, d'en être fier (du moins SI vous parlez de cette partie de l'histoire qui à permis à la France de s'enrichir sur le dos des autres. Richesse que dont les générations actuelles profitent encore).

Un héritage, c'est comme un fruit, il y a des parties saines et parfois des partie pourries, libres à vous ensuite de choisir quel morceau vous voulez mettre en avant lorsque vous présentez le fruit à la personne qui va le goûter.

herve :
Le 16/05/2015 à 09h54

En 40 vos prédécesseurs sabotaient l'effort de guerre car selon eux elle était causée par les capitalistes, et qu'ils ne voulaient pas combattre leurs "camarades" allemands.
Pendant la guerre d'Indochine ils sabotaient les munitions et les parachutes dans les usines car ils étaient contre la colonisation voulue par les capitalistes.
Pendant la guerre d'Algérie ils soutenaient le FLN qui tuaient des français.
C'est toujours la même rengaine.
Le problème principal n'est pas de savoir si les idées sont vraies ou fausses, mais le caractère ignoble des actes de ceux qui adhèrent à cette idéologie.
Maintenant cette idéologie défend une immigration massive, qui rend les Français étranger dans leur propre pays, ainsi qu'un système social en faillite, qui ne peut être maintenu en vie que par la perfusion de la dette, qui nous assujettit à la finance que vous prétendez dénoncer.
Cette idéologie censure la parole dissidente sous prétexte de racisme, antisémitisme, xenophobie, homophobie, sexisme, et même maintenant "vieux conisme".
Alors soit vous êtes un salaud, soit vous êtes un idiot utile.

herve :
Le 16/05/2015 à 11h43

Je pense que salaud est le terme qui convient, genre kapo, rééducateur politique dans un camp viet, ou porteur de valise du FLN.

:
Le 16/05/2015 à 12h13

1 : je suis issue d'une famille qui a résisté pendant la guerre et qui n'a pas hésité à aller taquiner l'occupant. Certain membres y ont laissé plus que des plumes, on ne va pas parler de la confession ni des origines. On va juste dire que c'était des français qui en avait soupé de l'occupant et qui faisait tout pour leur rendre la vie "agréable". Je n'ai pas participé à cette résistance, mais j'en ai recueillis leur témoignages.

2 : Pour ce qui est de l'Algérie, on peut être français, aimer son pays - c'est mon cas, malgré toutes les intentions que vous me prêtez - mais ne pas adhérer à la manière dont est géré un pays satellite. De là à ce que certain partis politiques comme le FLN fassent de la récupération et que certaines personnes tombent dans le panneau au point de commettre des actes de tortures et des meurtres, c'est un autre débat.

Idem pour certains individus qui se prétendirent agir au nom du peuple français et commirent les mêmes atrocités sous prétexte de combattre le FLN. La guerre n'est jamais rose, les premiers à trinquer, ce ne sont pas les soldats mais les civils pris en otage entre les deux camps.

3 : Les actes d'ingérence des grosses banques privées ne datent pas d'hier. Son historique s'étale sur des siècles (pour ne pas citer les Rockfeller), avec la démocratisation du libre-marché, c'est devenu de plus en plus insupportable à vivre pour les peuples qui les subissent (France comprise).

On peut dénoncer cette dernière, partager des infos et des livres qui traitent du sujet sans être cataloguer d'idiot utiles adhérant à une idéologies ou que ne sais-je d'autres. C'est un fait, et les gros pontes à la tête de ces consortium ne s'en cachent même plus, ils s'en vantent même.

Pourquoi ? Ils n'ont plus rien à craindre, ils ont réussi à se placer dans toutes les niches de pouvoir approchant de près ou de loin les gouvernements qu'ils parasitent. Armes, agricultures, recherches ... Ils financent, jouent avec le cours, commettent sous cape des actes d'ingérence pour faire plier les pays n'adhérant pas à leur politique.

Les politiques qui font le pacte avec ce diable 2.0 sont pieds et poings liés - à traduire par "corrompus jusqu'au cou" et ce dû aux conflits d'intérêts trop importants en ayant laissé le loup entrer dans la bergerie -.

En France par exemple, on peut parler de la loi du 3 janvier 1973 et qui a privé le pays de la souveraineté monétaire (le livre cité plus haut est vraiment intéressant, s'il vous plait lisez-le, le travail d'investigation fait par son auteur est digne d'intérêt. Je me contrefous de l'animosité que vous me portez. Au moins lisez ce livre).

Le général de Gaulle lorsqu'il a géré la France de 59 à 69 avait vu de loin le danger de ces conseillés issus de la haute finance et tant qu'il a pu dire son mot, il a toujours combattu ces parasites des temps modernes. Manque de bol, après son décès, ses adversaires ont remis le couvert avec le gouvernement de remplacement, plus conciliant, qui était en train de se mettre en place.

Aujourd'hui, ces mêmes parasites font la pluie et le beau temps, ce ne sont plus nos gouvernements respectifs qui réfléchissent aux lois, mais bien les grosses banques privées qui les financent. On pourrait les comparer à des employés mais avec un gros salaire et quelques avantages matériels en guise de prime.

L'immigration massive, la destruction de tissu de la protection sociale, les privatisations des structures publiques, les licenciement de masses pour délocaliser dans des pays où le droit du travail est inexistant, tout cela est voulu, programmé même, par ces mêmes lobbys financiers qui perfusent nos politiques, et ce afin de mettre la France à terre.

Le TAFTA, nous allons y entrer de gré ou de force.

Le pire, c'est que cette dette enfle au fils des emprunts de notre gouvernement et pour l'instant le contribuable rembourse juste les intérêts via les fameuses taxes et impôt sur le revenu. A côté les finances des structures publiques se creusent, pour ne citer que notre fameuse sécu nationale. On dérègle les système de protection sociale à tout va afin de les faire exploser. Sûr que certains individus en profitent (vos fameux parasites) mais ils ne sont pas la majorité (libre à vous de penser le contraire).

Bref, à l'heure actuelle, on préfère s'attaquer à une ou des conséquences de cette politique d'ingérence plutôt qu'à la cause des causes.

Alors oui, en lisant votre tout premier commentaire simpliste au possible façon "c'est la faute aux assistés", vous m'avez fait l'effet d'un "vieux con". J'ai donc réagis en conséquent et commenté de manière sèche et pas forcément respectueuse de votre personne.

"Vieux con" n'est pas une insulte mais un terme employé pour parler d'une personne âgée bornée et rétrograde. Alors oui, c'est sûr, dedans, il y a le mon "con", j'aurais très bien pu employer un synonyme moins connotatif (mea culpa)comme "vieux chose". Peut être qu'on n'en serait pas arrivé à cette joute verbale. Les échanges via claviers interposés tendent facilement aux débordements.

Pour ce qui est du démantèlement des patrouilles à cheval : vous portez la faute à ce système qui facilite les aides sociales au tout venants. Moi, je préfère voir un peu plus loin. Chacun son avis sur la question. j'ai la mienne, vous avez la vôtre.

Les profiteurs sont dans toutes les couches sociales, il y a aura toujours des gens pour "jouer" avec les failles du système; système à l'heure actuelle complètement déglingué, qui est en train de mourir et qui se fait écharper de tous les côtés. Je doute que le RSA tienne plus de deux ans, au point où on en est.

Mais ces individus là ne sont rien comparé à ceux qui tirent les ficelles du pouvoir, ces parasites là sont comparables à des psychopathes prenant les gouvernements et les pays qu'ils asservissent pour des plateaux de Monopoly.

Nos politiques en France, qu'il soient de gauche, de droite, du centre sortent tous du même moule. On leur demande juste de choisir ensuite la couleur de leur cravate lorsqu'ils se présentent à ceux qui les financent.

Nous, nous sommes trop occupés à nous faire racketter afin de rembourser les intérêts d'un emprunt sans fond. Il n'y a pas un jour où une affaire de corruption n'est balancée sur les tablatures. Les médias de masse qui ont été "rachetés" n'ont pas d'autres choix que de tenter de noyer le poisson le plus efficacement possible. Le conflit d'intérêt est trop grand pour faire véritablement leur travail de journaliste au sein de ces structures.

Qu'est ce qu'il reste : les média alternatifs sur internet ou la presse étrangère (certains journalistes arrivent encore à faire leur travail sans que ça tourne à la mise au placard).

J'ai un avis très sombre sur les dix prochaines années, en tout cas, si nous continuons avec ses sous-fifres que sont nos politiques. Pour l'instant, nous prenons le même chemin que l’Espagne et le Portugal, j'espère me tromper, vraiment et que quelque chose de neuf en sortira.

Pour votre problème de notification, je repose ici : il suffit au choix, de cocher le mail et le mettre dans la boite à spam (les prochains tomberont ainsi direct dedans) ou bien d'en faire part au webmaster : contact@cheval-savoir.com (il saura peut être vous arranger le problème).

Nous ne nous connaissons pas. Des choses ont été dites des deux côtés, pour certaines désagréables, ce qui n'engage guère à un débat posé. Pour ma part, ce dernier est clôt. Je vous souhaites une bonne continuation.

Ps : Je vous remet ici les quatre ouvrages à lire si vous vous intéressez au pourquoi de la faillite de notre système (ils sont un peu volumineux mais cela vaut le détour, vraiment) :

"Enquête sur la loi du 3 janvier 1973" de Pierre Yves Rougeyron
"Le complot de la Réserve Fédérale" d'Antony Sutton
"Blythe Masters, La banquière de la JP Morgan à l'origine de la crise mondiale" de Pierre Jovanovic
"L'or des fous" de Gillian Tett

Article publié le 30-04-2015

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés