Accueil » Le monde du cheval

1973 - 2015, les combats de Brigitte Bardot en faveur des chevaux

Par Amélie Tsaag-Valren.


N°63
1 Commentaire(s)
Imprimer cet article
« J'ai besoin de vous : aidez-moi à obtenir l'abolition de l'hippophagie ». Ce message de Brigitte Bardot a été récemment diffusé sur les ondes de Radio France. Devenue l’une des figures de proue de la protection animale, la célèbre actrice souhaite remporter ce combat pour « réussir sa vie ». En plus de quarante ans de militance, elle s’est investie de façon remarquable dans la cause du cheval. C’est l’occasion de revenir sur les combats de BB en faveur des chevaux… Des combats tout en contraste, dont certains ont bel et bien été brillamment remportés…

« Si je n’obtiens pas l’interdiction de l’hippophagie, j’aurai raté ma vie » déclarait BB voici quelques mois (lire ici)
Après quarante ans de militance, son discours a peu changé et n’a rien perdu de sa détermination au fil des années. « BB » s’en est toujours prise de manière très directe et très passionnelle aux hippophages et aux bouchers. Quels que soient les sentiments qu’elle suscite, elle se montre étonnamment en avance pour anticiper certains changements sociétaux dans le rapport au cheval. Dès la fin des années 1970, une époque où l’équitation reste militaire, l’actrice parle du cheval comme d’un animal de compagnie… évolution qui deviendra bien visible une vingtaine d’années plus tard.

Protection du cheval
© dziewul - Fotolia

Visionnaire, Brigitte Bardot ? Peut-être ! Mais sa vision du cheval et ces actions médiatiques « coup de poing » entraînent des réactions opposées parfois très négatives, en particulier celles de Jean-Pierre Digard, chercheur émérite au CNRS (désormais à la retraite). Lors des 60 ans de la FNC (Fédération nationale du cheval, investie entre autres dans la promotion de la viande), Jean-Pierre Digard répond à ces « attaques animalitaires », comme il les appelle, en fustigeant « le cheval de compagnie, idéal bardotien du dada-à-sa-mémère »1.

Brigitte Bardot compare la consommation hippophagique « barbare et anachronique » à celle de la viande de chien

Sur internet et les réseaux sociaux, mêmes avis parfois tranchés : nombreux sont ceux qui louent la ferveur et la constance de son combat « hippophile » ; mais d’autres regrettent le tort qu’elle peut causer à des pans entiers de la filière équine ! Et la manière parfois rude dont elle  s’adresse à ceux qu’elle accuse de torturer les animaux.

1973 : les transports depuis les pays de l’est

D’après elle, c’est en 1973 que Brigitte Bardot découvre la nécessité d’un...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

docanne :
Le 06/06/2015 à 13h28

Bravo c'est un article qui mérite d'être là

Article publié le 29-05-2015

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés