Accueil » Editos

Parce qu’il le vaut bien !

Laetitia Bataille

L’été est souvent synonyme d’une période d’intensification de la pratique équestre, de découverte d’autres disciplines par le biais de stages, voire de belles journées de grand extérieur dans le cadre de randonnées ou de voyages.
Parallèlement s’ouvre ce mois-ci une nouvelle rubrique consacrée à la forme, à la santé et au bien être du cavalier. Ce qui peut surprendre : Cheval Savoir n’est-il pas avant tout le magazine de la protection du cheval ? Le cheval qui ne saurait, dans notre esprit – ni dans celui de nos lecteurs – être un simple outil de pratique sportive, voire d’entretien de la forme physique.
Et pourtant nous avons tenu à ajouter cette facette à notre approche globale de la vie « avec un cheval ». Car prendre soin de sa forme dans le cadre du sport équestre est un élément dont le cheval est lui aussi bénéficiaire.

Un cavalier fatigué qui « monte lourd » handicape bien plus sûrement le dos de sa monture, surtout lorsqu’il s’agit d’une longue randonnée. Un cavalier serein trouvera bien plus sûrement les clefs d’une équitation saine et respectueuse (relisez notre article du mois dernier sur le yoga).

Le maintien d’une qualité d’humeur est également le sujet de l’article de Pierre Beaupère ce mois-ci, qui évoque un aspect de la relation cheval/cavalier qui pourrait aisément être tabou : comment éviter la colère, l’impatience et la frustration ? Sujet courageux, délicat et pourtant essentiel, car nous savons tous que l’équitation est une voie parfois ingrate, semée d’embûches physiques et mentales, où le découragement peut naître de difficultés « relationnelles » entre notre cheval et nous. Comme dans n’importe quel couple… Le dressage, il est vrai, ne présente que très peu d’aspects récréatifs ou dynamiques, et est une discipline équestre nerveusement exigeante pour le cavalier, et parfois très génératrice de stress pour le cheval. Mais cet article aurait eu aussi sa place d’autres rubriques –obstacle, attelage, instruction, ou autres – tant le sujet est tristement classique…

Car quel équitant peut se vanter de n’avoir jamais perdu patience face à un cheval récalcitrant ou une situation bloquée ? Ce qui peut conduire à l’emploi d’aides abusives ou d’artifices de harnachement dont nous avons souvent parlé dans ces colonnes. Avec, ensuite, un sursaut qui peut amener certains à remettre en question jusqu’à la légitimité de l’équitation. Un sujet d’éthique qu’aborde ce mois-ci Amélie Tsaag-Valren, qui pose directement la question : « L’être humain est-il néfaste pour le cheval ? ». Sa réflexion est passionnante, avancée et pleine de nuances. N’hésitez pas à réagir dans notre « espace commentaires » !

Nous le voyons, la recherche de cette harmonie entre cheval et cavalier ne peut exister que dans le confort physique et mental des deux protagonistes. Etre en forme, vaincre ses peurs inutiles sans exclure la prudence, savoir se dorloter et se détendre sont des éléments non négligeables – j’allais dire « non négociables » d’une belle et bonne équitation. Parce que vous le valez bien. Et votre cheval aussi…

Photo de couverture : © Alexia Khruscheva - Fotolia

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 30-06-2015

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire