Accueil » Connaissance du cheval

Obésité du cheval : un problème de responsabilité

Par Amélie Tsaag-Valren


N°65
1 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Ces derniers mois, de nombreux témoignages on mis en cause des éleveurs, des associations de races et des juges de concours dans l’obésité et les maladies génétiques qui touchent nos chevaux de trait. Les primes de soutien officielles versées par l’Etat pour la « sauvegarde » des races de trait viennent parfois récompenser des éleveurs dont les animaux sont malades… Un dossier délicat que Cheval Savoir a souhaité ouvrir en toute transparence…

« Les éleveurs de trait détruisent le patrimoine génétique qu’ils sont censés protéger ». Une accusation que l’on entend de plus en plus souvent… Les témoignages sont particulièrement fréquents chez les races Bretonne et Comtoise, mais ils concernent de nombreux autres chevaux de trait élevés pour le marché hippophagique, tels que les Boulonnais, Percherons et Ardennais.

Chevaux de trait bretons
Le cheval de trait : une image de paix et d'harmonie, aujourd'hui modifiée par une obésité souvent pathologique. © Jean-Jacques Cordier - Fotolia.com

Adeline* a présenté une jument de trait suitée de type léger, qualifiée « loisirs » par les HN, dans un concours local de modèle et allures préparatoire. Comme dans la majorité des régions d’élevage de chevaux de trait, les autres concurrents présentent des juments lourdes destinées à alimenter le marché hippophagique. D’après les nombreuses photos et vidéos qu’elle a fournies à la rédaction de Cheval Savoir, sa jument présente un poids optimal pour une poulinière de ce type.

Tant que l’aptitude à engraisser sera déterminante pour approuver les reproducteurs, le patrimoine génétique des chevaux de trait continuera à s’éloigner du marché du loisir, pour se cantonner à celui de l’hippophagie

Surprise : non seulement la jument d’Adeline finit...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

finkosaida :
Le 27/08/2015 à 18h38

Je crois savoir que le taureau qui a le premier prix au concours
du salon de l'agriculture est le plus lourd , les éleveurs de
chevaux lourds prennent cela pour exemple.

Article publié le 21-08-2015

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés