Accueil » Savoir pratique Dressage

L’impulsion : énergie, précipitation ou excitation ? (I/II)
Lorsque le dressage devient art…

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi au premier abord votre œil est plus attiré par certains chevaux que par d’autres lorsque vous voyez un groupe de cavaliers s’échauffer avant une compétition, lors d’un carrousel ou d’une exhibition ? Outre bien sûr un type de cheval ou une robe particulière, certains chevaux nous accrochent par leur expressivité. Il est évident qu’il y a individus sont naturellement expressifs. Beaucoup d’étalons, certains chevaux ibériques et les chevaux très fins et sensibles ont généralement un brillant inné, une étincelle dans le regard et une manière de pointer les oreilles en avant qui donneront à leur travail une beauté que le cavalier devra surtout éviter de détruire en contrariant le cheval ou en l’éteignant par trop d’exigences, trop de stress ou un travail monotone.
Si cette qualité est très prisée lorsque l’on recherche un bon cheval de dressage, l’expression et le brillant se travaillent malgré tout et sont le résultat d’une impulsion supérieure, qui n’a rien à voir avec de l’excitation ni avec des mouvements désordonnés ou fabriqués qui, sous prétexte d’expression, dénaturent les allures naturelles de l’animal.
description
© Céline Brabant

De même, cette impulsion doit être parfaitement maîtrisée et implique qu’avant de la développer le cheval soit respectueux des aides de main, d’assiette et de jambes. En effet, il serait irréaliste (bien que l’on assiste à cela très très souvent) et nuisible pour le cheval de vouloir développer l’impulsion sans pouvoir la contrôler, sans que le cheval soit dans un équilibre suffisant, une attitude correcte ou s’il n’est pas droit.

description
Quel que soit l’âge et le niveau, l’impulsion ne peut être développée au détriment de la légèreté. Ici le cavalier avance la main pour vérifier que le cheval se porte de lui-même et qu’il reste sous contrôle. A noter que l’étalon de Pure Race espagnole de quatre ans Jambo Cen a gagné ce test avec un score de 88%. © Coll. P.Beaupère

Tout le monde ne veut pas être champion du monde

Mais si l’impulsion supérieure, qui développe l’expression dans le travail et est la marque d’un dressage correctement mené, est nécessaire pour aborder le rassemblé et les airs comme le piaffé et le passage, le cheval de CSO comme le cheval de balade doivent se déplacer avec un minimum d’énergie. Celle-ci est nécessaire non seulement à éviter qu’ils ne se négligent (ce qui permet de développer ce que l’on appelle le « pied sûr » du cheval de balade qui ne trébuche pas au moindre caillou sur son passage) mais aussi à ne pas devoir continuellement pousser son cheval, chose aussi inconfortable pour le cavalier et pour sa monture que totalement inutile. Cette volonté de se porter en avant sans nécessiter que l’allure soit perpétuellement entretenue, cette sensation d’un cheval qui aborde l’obstacle sans aucune réticence, cette liberté de passer à l’allure supérieure avec des aides très légères et d’obtenir une réaction immédiate de notre monture, c’est cela avoir un cheval devant soi, devant les jambes. Ce que l’on appelle en anglais un cheval thinking forward, qui « pense vers l’avant ».

Crise d’épilepsie

Qu’en est-il du cheval par nature surexcité ? De celui qui précipite ses allures, qui se dérègle, piétine ou s’énerve dès qu’on lui demande un peu plus d’énergie ? Du cheval hyper sensible des flancs, qui accepte mal les jambes et que l’on peut à peine toucher, assez fréquent chez les juments, chez certains chevaux ibériques et chez les poulains en débourrage ? Et du cheval toujours pressé comme s’il avait un train à prendre ?

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 16-04-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés