Accueil » Savoir pratique Dressage

L'épaule en dedans (II) – La répartition du poids du corps du cavalier

Par Pierre Beaupère, cavalier professionnel et professeur de Dressage.


N°70
3 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Le poids du corps du cavalier dans l’épaule en dedans : voila un sujet de première importance, qui suscite chez les cavaliers de nombreux questionnements, et sur lequel les avis des différents écuyers divergent parfois ! Pierre Beaupère traite ce mois-ci de ce sujet essentiel d’une façon totalement inédite, qui débouchera sur le travail de changement de pied…

Je tiens tout d’abord à vous remercier pour vos nombreux messages à la suite de l’article précédent consacré à l’épaule en dedans.
Il semble clair, à la lecture de vos commentaires, que je dois préparer aussi des articles sur les changements de pied ! Ce sera d’ailleurs une bonne occasion de casser quelques mythes tels que l’obligation de réussir à tout prix les premiers changements de pied pour que le cheval ne s’habitue pas à faire des erreurs et qui est une des causes les plus fréquentes des séances qui dégénèrent en bagarre !

L’étalon espagnol Kabileno VIII
L’étalon espagnol Kabileno VIII, appartenant à la Yeguada Centurion, lors d’une présentation publique en Belgique. © Céline Brabant

Pour ce qui est de l’épaule en dedans, j’aimerais tout d’abord répondre à la question des lecteurs quant au poids du corps du cavalier. Ou plutôt… je vais faire une première réponse, et je la préciserai lorsque nous parlerons du poids du corps du cheval !

On a dit et on dit encore un peu tout et n’importe quoi sur le poids du corps du cavalier dans les exercices de deux pistes. Et comme toujours, chacun a des arguments tout à fait valables et « scientifiques » pour expliquer pourquoi le mettre à l’intérieur tout autant que pourquoi il faut vraiment le mettre à l’extérieur !

La réponse que je donne est parfois l’opposée de celle que les cavaliers attendent…

Lorsque les cavaliers me posent ces questions durant les leçons et les stages (mais aussi en lisant vos commentaires !), je ne peux m’empêcher de sourire. Car la réponse que je donne est l’opposée de celle que les cavaliers attendent…

En effet, je leur explique systématiquement qu’il est hors de question que je réponde à leur question !
Pourquoi ?

Simplement parce que je suis non seulement très...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

servoile :
Le 23/03/2016 à 16h07

Encore une fois merci pour cet excellent article!

Une remarque: l'article cité en lien dans le corps de l'article m'a renvoyé sur un site allemand sans rapport avec l'équitation.

Laure Vargas :
Le 27/03/2016 à 00h06

Correction faite sur l'article le lien est désormais disponible.
L'équipe rédactionnelle vous remercie pour votre commentaire.

Laure

ludo :
Le 01/04/2016 à 22h50

Bonjour Pierre,
C'est vrai que l'on oublie trop souvent que le sujet principal de l'équitation, ce n'est pas le cheval, mais le cavalier. Le cheval, lui, sait déjà tout faire. Chaque jour je me rends compte d'avantage qu'un exercice mal exécuté est un exercice mal demandé.
Vous abordez également le problème de la division d'attention. Le pilote que je suis connaît bien ce problème qui vient des mêmes causes en équitation et en pilotage : le nombre de paramètres à surveiller, leur évolution permanente, la rapidité et la diversité des réactions nécessaires. Les pilotes révisent leurs vols dans leur tête, ont recours à l'image mentale, et utilisent des checks-lists. Ce sont autant de conseils que vous donnez et qui marchent très bien. Un exemple de check à dérouler toutes les minutes : "colonne vertébrale rectiligne, respiration ample, mains souples"

Article publié le 19-03-2016

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés