Accueil » Entretien du cheval

Le Phytolaque : un poison pour les chevaux

Par Nathalie Ertzscheid-Ondet* et Thierry Pain**


N°9 Avril 2010
1 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Une récente étude vétérinaire met en avant l'intoxication mortelle de chevaux suite à l'ingestion d'une plante nommée Phytolacca americana, qui envahit notre territoire.
La plante, vivace, reste partiellement visible en hiver, sous la forme de cannes blanchâtres, et relance de nouvelles tiges vers avril/mai.
C’est donc le moment d’être vigilant, au cours de nos sorties en forêt. Même si cette année la saison est en retard, ces dangereuses plantes ne vont pas tarder à pousser : il est essentiel de savoir les reconnaître, et si possible, de les éradiquer des espaces où elles risqueraient d’être consommées par les chevaux.

C’est la mort d’une jument échappée, en forêt de Fontainebleau, qui a sensibilisé les milieux vétérinaires et les cavaliers. Le Phytolaque, de plus en plus répandu, peut bel et bien tuer les chevaux.

Plus communément appelé raisin d'Amérique, épinard d'Amérique ou teinturier, le Phytolacca americana L. ou Phytolacca decandra est une plante herbacée vivaces de la famille des Phytolaccacées.

description
Les Phytolaques se trouvent également dans des parcs et jardins, comme ici à l'Abbaye de Royaumont. © Coll Th. Pain

C'est une plante grande et vigoureuse pouvant atteindre trois mètres de haut, à tiges creuses rougeâtres ou fuchsia, grandes feuilles et fleurs blanchâtres en grappes érigées, retombant au fur et à mesure que les fruits mûrissent. Les fruits sont noirs, luisants, de la taille d'une myrtille. La plantule développe rapidement une vigoureuse racine napiforme (en forme de navet) charnue et très développée.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

nitoche :
Le 29/04/2010 à 11h08

Bonjour,
Je ne sais pas si cette plante existe dans l'Aude mais croyez moi je vais dorénavant y porter une grande attention et arracher autant que possible . Nous sommes déjà envahis par le séneçon .........
Merci pour votre article .

Article publié le 26-04-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés