Accueil » On en parle

Myopathie atypique : l’alerte est donnée

Par Dominique Lambert-Lefranc


N°71
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Le printemps est là, et les premiers cas de myopathie atypique nous ont déjà été signalés. Il s’agit en effet d’une maladie saisonnière, qui se déclare au printemps avec la germination des plantules d’érable, et en automne avec la consommation de graines. C’est à nouveau le moment d’être très vigilant…

En ce mois d’avril 2016, Le RESPE (Réseau d'ÉpidémioSurveillance en Pathologie Équine) et l’AMAG (Atypical Myopathy Alert Group, de l’Université de Liège) ont déjà donné l’alerte : la vigilance doit être maximale.

Les plantules d’érable sycomore
Les plantules d’érable sycomore sont responsables de l’apparition de la myopathie atypique. Il faut apprendre à bien les reconnaître, et ne pas se laisser induire en erreur par la forme très différente des cotylédons et des premières feuilles. Photo Alain Jotterand - Wiki Commons.

En effet, l’apparition de la myopathie atypique est liée à des conditions environnementales particulières : des études récentes ont mis en lumière le rôle d’une toxine présente dans les graines de certains arbres du genre Acer (érable) dont érable sycomore (Acer pseudoplatanus). Il est donc essentiel d’apprendre à repérer ces plantules d’érable le plus tôt possible afin de retirer les chevaux des pâtures où ils pourraient consommer ces plantules.

Même si sa prévention reste difficile lorsque le cheval est au pré, la myopathie atypique n’est pas une fatalité, et il est possible de l’éviter en prenant des mesures de prévention très rigoureuses… la première étant d’apprendre à bien reconnaître les érables et leurs plantules. On peut alors s’organiser au printemps et en automne pour d’empêcher les chevaux d’avoir accès aux plantules et ou/aux graines d’érable. Lire à ce sujet les conseils pratiques de notre dossier prévention ici.

0 commentaire(s) »
Article publié le 20-04-2016

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire