Accueil » Vos Questions, leurs réponses

Déferrer au pré ?

Réponse du Dr. Vétérinaire Vincent Chassaing


N°73
Imprimer cet article
Je pense mettre mon cheval au pré pour l’été et si tout se passe bien, le laisser même en hiver car je pense qu’il y sera plus heureux qu’en box. Le pré comporte abri et abreuvement. En revanche, je me pose la question : dois-je nécessairement déferrer mon cheval pour le mettre au pré ?

Il faut, avant tout autre facteur, prendre en compte l’activité de votre cheval. Si vous continuez à le monter régulièrement même pour des balades, il est conseillé de le laisser ferré. En effet, les fers permettent de protéger la sole (face inférieure du pied) des chocs provoqués par le terrain, mais aussi de corriger ses aplombs.

Déferrer au pré
© Pelana – Fotolia.com

Dans un second temps, il faut considérer les besoins anatomiques de votre cheval, s’il présente une ferrure spécifique pour compenser des problèmes orthopédiques (tel qu’un syndrome naviculaire, de l’arthrose ou même une fourbure chronique) il vaut mieux lui laisser ses fers lors de la mise au pré. De même si votre cheval présente des pieds plats (par manque de muraille avec une sole qui, sans ferrure, touche directement le sol) le fait de lui enlever les fers le rendra plus sujet au traumatismes du pied, même si le pré est de bonne qualité.

Un fer qui se détache et traine dans la pâture peut être, aussi, à l’origine d’accidents

Ensuite, il faut prendre en compte l’environnement dans lequel votre cheval va vivre. S’il doit rester au pré avec des congénères, il est très conseillé de le déferrer des postérieurs pour minimiser la gravité des inévitables coups de pied entre congénères : ceux-ci font partie de la communication normale entre chevaux, et le cheval ne sait pas que ses pieds, ferrés, sont devenus des rames redoutables. Les « explications » sont normales au moment ou se font les présentations, lorsqu’un nouveau cheval intègre le pré. Mais héla, il n’est pas rare de voir des fractures très graves provoquées par un coup de pied, même entre chevaux qui se connaissent très bien et vivent ensemble au pré depuis longtemps.

En particulier, si vous n’êtes pas propriétaire des autres chevaux, déferrer votre cheval permet d’éviter les conflits entre propriétaires en cas de blessure.

Une surveillance accrue

Si vous souhaitez que votre cheval conserve ses fers, il faut penser à surveiller régulièrement ses pieds, pour empêcher que trop de saletés ne s’accumulent dans le fer. Par exemple, la neige en s’agglutinant peut former des talons sous le pied et être à l’origine d’entorses.

Vérifier aussi la solidité de la ferrure : si des clous manquent, si le fer « sonne » à la marche, il ne va pas tarder à se détacher. Il peut être propulsé lors d’une ruade de joie comme en font les chevaux au pré, ou être « aspiré » par la boue. Il ne faut pas perdre de vue qu’un déferrage accidentel peut toujours entrainer un traumatisme au niveau du pied. Et un fer traine dans une pâture peut être, aussi, à l’origine d’accidents. Il faut donc se montrer particulièrement rigoureux sur l’entretien de la ferrure, et ne pas hésiter à faire « relever » les fers sans attendre la date prévue.

En conclusion, un cheval avec des pieds de bonne qualité sans problèmes orthopédiques connus pourra être déferré sans trop d’inquiétude et laissé au pré à condition que le sol ne soit pas source de blessures. Il est donc indispensable d’exercer une surveillance régulière de l’état de votre cheval à ce sujet. Un cheval déferré au pré doit quand même être réguièrement suivi et paré.

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier