Accueil » Editos

Le cheval connecté

Laetitia Bataille

Dans un monde où tout évolue très vite, l’équipement sportif qui a le moins changé depuis quelques décennies est sans doute celui de l’équitation.
Quel point commun entre une chaussure de ski actuelle et un brodequin en cuir des années cinquante ?
La selle du cavalier de la même époque ne diffère presque pas d’une selle actuelle : elle est faite des mêmes matériaux (siège en porc - pour les plus jolies - étrivières en cuir, étriers métalliques). Certes, il y a eu des progrès côté arçons et étriers, justement. Mais l’allure générale d’une selle reste la même. Et un cavalier utilisant une selle du milieu du vingtième siècle pour une randonnée ou une promenade ne serait même pas remarqué. On ne peut pas en dire autant d’un original dévalant une piste avec des skis en bois attachés par des lanières de cuir, qui susciterait aussitôt un petit article dans la presse locale !

Mais l’équitation, si marquée de tradition, est rattrapée par la technologie. Des amélioration innovantes se sont peu à peu dessinées : ainsi le GPS a-t-il remplacé, pour les randonneurs, la boussole et sa compagne la carte la carte d’Etat Major, qui, imprudemment dépliée, effrayait le cheval !

Les innovations telles que le tapis à capteurs permettent désormais de vérifier et de modifier « à la carte » l’adéquation d’une selle.
Voici que plus récemment encore, les objets connectés tels que la sangle à capteurs (dont nous vous parlons dans ce numéro) viennent compléter la panoplie du cavalier soucieux du bien-être de sa monture. Ce type d’objet, allant beaucoup plus loin que le simple cardio-fréquencemètre cher aux cavaliers d’endurance, intègre et analyse de nombreuses données qui permettent d’optimiser le travail du cheval, mais aussi son alimentation et sa santé.

Le cheval connecté de l’avenir devrait être celui qui, non seulement donne le meilleur à son cavalier, mais reçoit aussi la plus grande attention, dans l’optique que nous avons toujours défendue à CS : oui, il est possible d’allier performance et bien-être ! Ce qui n’enlève rien à l’importance du coup d’œil de l’homme de cheval, du feeling, mais aussi de l’écoute au sens le plus large. Car le cheval nous parle – c’est ce que développe aussi dans ce numéro Amélie Tsaag-Valren, qui nous explique les facultés dont disposent les chevaux pour communiquer avec nous, et faire passer leur message. A nous de savoir le décoder…

Photo de couverture : © Pelana – Fotolia.com

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 11-07-2016

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire