Accueil » On en parle

Rio 2016 : abandon d’Adelinde Cornelissen pour « piqûre d’insecte »…

Par Amélie Tsaag-Valren.


N°73
13 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Adelinde Cornelissen a interrompu sa reprise pendant les qualifications des épreuves de dressage à Rio. Parzival laissait pendre sa langue hors de sa bouche. Effondrée, la cavalière incrimine une piqûre d’insecte survenue mardi matin...

Un début chaotique pour les épreuves de dressage, aujourd’hui à Rio.
Adelinde Cornelissen est l’une des cavalières les plus connues et les plus titrées, médaillée d'argent en individuel et médaille de bronze par équipe aux Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Elle a interrompu sa reprise pendant les qualifications de dressage, son (célèbre) cheval Jerich Parzival laissant nettement pendre une langue cyanosée hors de sa bouche. A-t-il passé sa langue par-dessus le mors, ce qui le rendrait difficiement contrôlable ? En tous cas, un problème était visible dès le tout début de la reprise (d’ailleurs exécutée avec un cheval très enfermé), avec une salivation anormalement abondante. Revenue en zone mixte après son abandon, Adelinde Cornelissen était en larmes. Parzival participait à sa dernière grosse saison de compétition, avant une retraite bien méritée.

Adelinde Cornelissen et Parzival
L’histoire de Rio 2016 est finie pour Adelinde Cornelissen et Parzival, un couple célébrissime… © France TV sports

Le mauvais état de Parzival serait dû, d’après sa cavalière, à « une piqûre mardi matin sur la joue par une bête, peut-être une araignée ». Ce qui aurait donné beaucoup de fièvre au hongre (plus de 40°) le laissant léthargique et sans la force de terminer sa reprise : « son corps était rempli de toxines, il était fiévreux. Nous sommes parvenus à abaisser la fièvre après 9 heures de perfusion », a commenté Adelinde Cornelissen juste après son abandon. Elle a pris la décision en concertation avec le vétérinaire de tenter de concourir tout de même.

Cette triste situation nous rappelle l'affaire Patrik Kittel, dont la monture Watermill Scandic présentait une langue bleue pendante après une séance de rollkur. Les échauffements de Rio n’étant pas filmés, impossible de savoir si la langue pendante du hongre de 19 ans est consécutive à un travail prolongé en hyperflexion (ou rollkur), comme dans l’affaire de 2010. Avec sa monture Akeem Foldager, qui présentait elle aussi une langue cyanosée, Andreas Helgstrand mettait en cause un mauvais usage de la bride. Chaque problème de « langue bleue » en dressage semble avoir une explication différente...


« Il ne méritait pas ça », conclut la cavalière, qui parle de la fatigue de son partenaire... Un point sur lequel nous sommes d’accord, les notes de parzival en reprise ne cessent de diminuer ces derniers mois, signe qu'il est temps de raccrocher. Kamel Boudra, commentateur bien connu de notre confrère Equidia, semble lui aussi sceptique quant à l’explication de la « piqûre d’insecte ». Une chose est sûre : arrêter la compétition était l'unique bonne décision à prendre, pour le respect de Parzival. 

L’équipe néerlandaise, grande favorite de ces Jeux, est donc réduite à trois cavaliers – mais non des moindres : Edward Gal, Hans Peter Minderhoud and Diederik van Silfhout.

13 commentaire(s) »

Anne Sophie [invité] :
Le 10/08/2016 à 21h38

Un cheval fiévreux et perfusé ne devrait tout simplement pas commencé une reprise, il me semble.
C'est une mauvaise excuse pour caché une fois de plus du rollkur.

muriel [invité] :
Le 11/08/2016 à 08h34

RAS LE BOL DU NON RESPECT DE L'ANIMAL!!!!

CE NE SONT PAS DES ROBOTS. 9H DE PERFUSION IL DOIT RESTER AU BOX!!!

mumu [invité] :
Le 11/08/2016 à 09h21

il serait peut être de bon ton de modifier ce papier?

https://www.facebook.com/adelindecornelissen.nl/photos/a.581390911874832.144340.559591554054768/1439893979357850/?type=3&theater

valren :
Le 11/08/2016 à 10h46

Bonjour Mumu.

A titre personnel, je reste sceptique, bien que le message d'Adelinde Cornelissen ce matin laisse transparaître un respect du cheval, ce qui est tout à son honneur, les actes (y compris passés) de la cavalière ne me semblent pas en phase avec ses paroles. Elle avait été éliminée en 2010 à Lexington pour cause de traces de sang : http://www.cheval-savoir.com/727-dressage-tribune-sang-larmes-cheval , et avait effectué une détente en rollkur aux JO de Londres en 2012.

De manière générale, son style de monte est "dur" et laisse peu de liberté à la tête et à l'encolure. Avant d'éventuellement modifier mon message, j'attends de savoir s'il y a eu détente en rollkur avant le passage de Parzival.

valren :
Le 11/08/2016 à 11h11

Pour compléter le message précédent, sur la vidéo et dans les photos prises de ce début de reprise, la tension dans les rênes est palpable, la compression de la langue semble causée par la dureté de la main.

Marie laure [invité] :
Le 14/08/2016 à 16h33

Les journaliste écrivent ce qu'ils veulent quand-même pffff
http://www.ayoye.com/images/une-athlete-olympique-quitte-les-jeux-de-rio-pour-sauver-la-vie-de-son-cheval-malade

soph63 [invité] :
Le 14/08/2016 à 22h43

Étant donné que le loulou a été envoyé en compétition malgré sa perf' et ses 40°C de fièvre, je me pose une question : Mme Cornelissen nous prendrait-elle pour des quiches (je reste polie, nota bene ^^') ? Ses méthodes pour le moins brutales et coercitives (rollkür, monte avec des mains d'acier) sont malheureusement bien connues dans le milieu. Si Parzival avait tiré une langue bleue devant les juges, elle aurait été disqualifiée direct, donc j'ai plutôt l'impression qu'elle a fait ça pour sauver la mise. M'est avis que le bonhomme avait encore fait les frais de ses façons de faire - une fois de plus. Il a plus que mérité sa retraite.

Marie [invité] :
Le 14/08/2016 à 23h26

Il faut ficher la paix aux animaux... d'une fois pour toutes. LA HONTE.

Vallam [invité] :
Le 15/08/2016 à 21h18

Pour mettre au courant ceux qui ont manqué l'info, le cheval avait déjà un problème de langue pendante lors du vet check le lundi 8 (donc avant la nuit de la piqûre d'araignée).
Cela a été relevé par une journaliste anglaise (vers la fin de l'article) : http://www.horseandhound.co.uk/rio-2016-olympics-news/rio-olympics-dressage-trot-up-two-horses-not-fit-585058

Pour ma part, un cheval "en soin" ne devrait pas être monté. De plus, pour soigner au mieux une réaction à une piqûre d'insecte, il a besoin (qu'on me reprenne si je me trompe) de cortisone et d'anti-inflammatoires, ce qui est prohibé en compétition, et l'aurait d'office disqualifiée.
Du coup, entre le bien-être du cheval et la compétition, ils ont choisi... la compétition.

+ Comme pour Totilas, on se demande comment l'entourage et le cavalier peuvent penser en voyant le warm up que "sur le carré, ça va aller".

Nelly [invité] :
Le 15/08/2016 à 23h17

Personnellement je crois peu a cette piqure Je crois que le malheureux cheval n est plus qu e l ombre de lui même a force d'usure physique et psychique s apparentant clairement a de la maltraitance LA Cavalière est dure coercitive et ne recule devant rien pour briller et gagner Qu elle arrête c est bien car elle a enfin compris que c est fini pour lui Sur le fond cela ne change rien au fait qu il n aurait JAMAIS du aller a RIO vu sa condition physique et le voyage éprouvant qu il a subi Puisse t il enfin goûtera une heureuse retraite bien méritée a moins que l on apprenne rapidement qu il nous a quitte Ce que je ne lui souhaite évidemment pas Dommage il sort tristement tout comme le pauvre SALINERO ombre de lui même a sa dernier sortie C était a pleurer Idem TOTILAS ...Il semble que les choses évoluent doucement Tant mieux ......

Thaïs Ost [invité] :
Le 17/08/2016 à 15h52

Je trouve qu'ici on accuse Adelinde de maltraitance alors que non ! Elle ne voulait pas faire cette reprise mais a tout de même tenté car son équipe n'avait pas de remplacants :


Lisez cet article il y a aussi la photo de la piqure.

---------->>> http://sport24.lefigaro.fr/le-scan-sport/2016/08/14/27001-20160814ARTFIG00008-une-cavaliere-renonce-aux-jo-en-pleine-epreuve-pour-preserver-son-cheval-malade.php

""La médaillée d'argent aux JO de Londres en 2012 a raconté sa mésaventure sur les réseaux sociaux et expliqué pourquoi elle avait été contrainte de se retirer, la mort dans l'âme. Quelques jours après avoir réceptionné son cheval venu d'Europe, la cavalière a observé que celui-ci avait le côté droit de sa tête gonflé. Malgré un comportement normal (Jerich Parzival mangeait et buvait comme d'habitude), le cheval affichait 40°C de fièvre. La championne néerlandaise a alors alerté les vétérinaires qui ont conclu que son compagnon avait été probablement piqué par un insecte, peut-être une grosse araignée.
Placé au repos et sous médicaments et choyé par Adelinde Cornelissen qui a dormi à ses côtés dans les écuries, Perich Parzival a repris du poil de la bête la veille de rentrer en lice, mercredi. «Sa température était de 37.5°C et il était encore moins gonflé. La veille, j'avais décidé de ne pas courir, mais maintenant que sa température était normale, qu'il avait l'air en forme, je n'allais pas laisser l'équipe, je savais que nous n'avions pas de couple de réserve…», a expliqué l'athlète de 36 ans qui a décidé de se lancer dans la compétition après avoir consulté une dernière fois les vétérinaires et l'entraîneur national et à l'issue d'un ultime test rassurant. «Nous avons décidé de marcher et de trotter pour voir. Après quelques tours, Parzi semblait heureux et en forme», affirme la championne pas rassurée à 100%.
«J'ai laissé tomber. Il m'avait tout donné, durant toute sa vie et il ne méritait pas cela…»

Car le mercredi, tout ne s'est pas passé comme prévu. «À la détente, tout s'est bien passé, j'y suis allée doucement. Il allait bien mais je ne le sentais pas aussi puissant que d'habitude», a constaté la cavalière qui est entrée en piste. «J'ai senti qu'il allait tout donner», a expliqué celle qui a subitement décidé d'abandonner pour préserver son fidèle «Parzi». «Mais, voulant le protéger, j'ai laissé tomber. Il m'avait tout donné, durant toute sa vie et il ne méritait pas cela… Alors j'ai salué et j'ai quitté la piste…», a conclu la Batave qui peut espérer être à Tokyo en 2020. Perich Parzival, lui, a retrouvé tous ses moyens selon sa propriétaire se voulant rassurante sur son compte Facebook. Mais une chose est sûre, il ne sera pas de l'aventure dans quatre ans au Japon et peut désormais penser à profiter d'une retraite bien méritée. ""

valren :
Le 17/08/2016 à 16h47

Bonjour Thaïs Ost.

Il y a la version d'Adelinde Cornelissen... il y a les autres versions. Comment expliquer qu'elle ait envoyé son cheval sur le rectangle, alors que d'après une journaliste anglaise qui a assisté au vet check du lundi 8, Parzival avait déjà un problème de langue à ce moment-là ? La piqûre d'insecte serait survenue après ce vet check... Elle explique la gonfle sur la tête, mais pas le problème de langue.

Les performances récentes du couple sont, elles aussi, tristement parlantes. En 2016, Adelinde Cornelissen n'a effectué que trois sorties avec Parzival, chaque fois en obtenant des notes bien inférieures à celles des années précédentes. Il est étrange d'envoyer à Rio un cheval de 19 ans dont les performances récentes ne sont pas optimales, et qui montre d'évident signes de fatigue depuis des mois.

Adelinde Cornelissen a un long passif d'utilisation du rollkur (voir les enregistrements et photos pris pendant les JO de Londres en 2012), monte avec une main dure, et avait été éliminée en 2010, avec le même cheval, pour cause de sang dans la bouche de Parzival. Ce dernier fait est indiscutable, l'ensemble de ces éléments me fait fortement douter de sa version.

Elise [invité] :
Le 17/08/2016 à 20h54

A quand la FIN TOTALE de l'utilisation du rollkur ? Il y en a marre de voir les chevaux finir au casse-pipe à cause des ambitions et de l'argent (je pense notamment à Totilas, Salinero...).
Il faut que ça change, pour le bien-être et le respect des chevaux !

Article publié le 10-08-2016

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire