Accueil » Savoir pratique Dressage

Première étape (suite) : les trajectoires

Par Pierre Beaupère, cavalier professionnel et professeur de Dressage.


N°80
1 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Nous continuons ce mois-ci à passer en revue les éléments indispensables pour notre poulain juste sorti du débourrage ou notre cheval plus âgé, mais débutant dans son travail. Certains points et prérequis vous sembleront très simples, d’autres peuvent vous demander plus de travail. Gardez de toutes manières bien à l’esprit qu’avant de passer à l’étape suivante, il faudra maîtriser tous les exercices de cette première étape !

Les actions de main

Toujours en gardant un contact bien égal sur les deux rênes et en gardant le contrôle du rythme, nous allons maintenant passer en revue quelques figures vraiment intéressantes à réaliser avec un cheval en tout début de travail. Ce sont les figures qui vont progressivement vous amener un contrôle plus fin des trajectoires mais qui vont aussi petit-à-petit amener notre cheval « dans les aides ». Bien sûr, à ce stade, ce contrôle reste encore très basique et il ne faut pas s’inquiéter si le cheval n’est pas encore parfaitement en équilibre ni respectueux des aides de jambes (sauf pour ce qui est du mouvement en avant bien sûr).

Un point important toutefois : n’oubliez pas que si le cheval dévie de sa trajectoire ou si vous sentez qu’il n’est pas droit, les corrections se feront pour le moment essentiellement par des rênes d’ouverture dans la direction opposée à celle vers laquelle le cheval dévie.

Donc, si les épaules du cheval partent vers la gauche ou si le jeune cheval se laisse tomber vers la gauche, on agira par une rêne d’ouverture vers la droite, comme si on voulait le faire tourner vers la droite.

Soyez suffisamment rapide dans l’action de cette rêne d’ouverture sans pour autant être brusque afin d’éviter que le cheval ne prenne appui sur cette rêne pour se laisser encore plus tomber à gauche.

Ce sont donc de petites actions très brèves et « efficaces » de rênes d’ouverture qui le ramènent sur la trajectoire presque par perte d’équilibre. Ces très nombreuses toute petites corrections de trajectoire vont enseigner au poulain à se tenir sur ses trajectoires de lui-même. Il est donc très important de remettre vos deux mains bien en place dès que le cheval a réagi à l’action de la rêne d’ouverture.

Il vaut mieux multiplier les actions plutôt que d’agir longtemps, ce qui provoquera souvent des résistances. Mais faites malgré tout attention à toujours obtenir une réaction !

Enfin, gardez à l’esprit que plus vous agirez tôt, moins vous devrez agir fort ! Si vous attendez que le cheval ait dévié de deux mètres de sa trajectoire, il vous faudra des actions de mains beaucoup plus fortes pour le ramener sur sa trajectoire que si vous agissez au moment où il s’écarte d’un centimètre de sa ligne !

Pierre Beaupère
© N.Marissel

Les cavaliers qui manquent d’expérience avec les jeunes chevaux demandent souvent pourquoi ne pas remettre le poulain sur sa trajectoire par des actions de jambes. Or, il faut bien comprendre qu’un cheval ne naît pas en sachant ce que veulent dire les jambes ! Dans un premier temps, je préfère garder mes jambes uniquement pour la propulsion, et éviter le risquer de mettre mon cheval dans la confusion en utilisant aussi mes jambes pour les trajectoires.

D’autre part, le jeune cheval ne tenant en général pas naturellement des lignes droites de lui-même, nous allons devoir agir assez souvent pour le ramener sur sa trajectoire. Si nous le faisons avec les jambes, nous risquons de le blaser à leurs actions.

Enfin, les actions de rênes d’ouverture plutôt que de jambes ont l’avantage de rediriger le mouvement vers l’avant et d’exploiter le fait que le poulain sera « emporté » dans son mouvement. Cela nous évite de devoir lutter contre l’équilibre encore précaire du jeune cheval par des actions de jambes de plus en plus dures.

C’est le travail de deux pistes que nous verrons plus tard, et particulièrement les cessions à la jambe sur les diagonales, qui enseigneront au poulain la signification de la jambe isolée et qui lui montreront comment il doit réagir aux actions de jambes.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas du tout utiliser les jambes avant d’avoir commencé les cessions à la jambe, seulement qu’il ne faut pas s’inquiéter si on n’a pas encore la réaction voulue à la jambe isolée tant que les cessions à la jambe ne sont pas maîtrisées.

Les lignes de quart

Voici justement un des exercices...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

marieflore :
Le 29/07/2017 à 21h59

Des articles super intéressants, spécialement pour ma part qui vient de finir le débourrage de ma jument et qui cherche à lui donner les meilleures bases qu'il soit.

Malheureusement le dernier article a été publié il y a plus de deux mois déjà ... À quand le prochain ?

Article publié le 23-05-2017

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés