Accueil » Editos

Qui en a « plein le dos » ?  

Laetitia Bataille

Dans l’équitation comme dans la vie, il y a des jours où rien ne va. L’épaule en dedans reste irrémédiablement tordue et chaotique, l’obstacle est tutoyé sans vergogne, les allures mêmes semblent hostiles, comme si nous montions un cheval mécanique. 
« Il est dans un mauvais jour », pensons-nous. Nous cherchons alors à comprendre, à tirer des conclusions, que nous espérons utiles et constructives. C’est un lendemain de travail, il est raide. Ou bien on a changé d’embouchure. Ou bien justement il faudrait peut-être en changer (et commencent alors des essais de nouvelles embouchures). On rentre à l’écurie, dépité. on change quelque chose dans le déroulement de la séance. Et tout va mieux - du moins le croit-on. Jusqu’à la prochaine crise. On reviendra alors à l’embouchure initiale, ou peut-être en achètera-t-on une troisième, pour le plus grand bonheur des marchands de sellerie, toujours prompts à nous proposer des joujoux rutilants et pleins de promesses.

En fait, est-ce que tout cet épisode a vraiment existé ? Ou est-ce que tout cela vient de nous ? Le cheval est un être si sensible, si influençable !

Ces jours où tout va mal, ces séances d’équitation conflictuelle ou morose, ne sont-ils pas le reflet de notre propre humeur, de notre méforme, des soucis personnels ou professionnels que nous portons… sur notre dos. Notre dos, si prompt à se voûter imperceptiblement dès que nous sommes fatigués, contrariés ou soucieux. Quand vous en avons « plein le dos » cela ne se voit pas forcément. Mais notre cheval, lui, sait « lire » notre dos ! Que nous soyons imperceptiblement voûtés et voilà cette fameuse épaule en dedans loupée, les postérieurs de notre cheval moins engagés et le geste à l’obstacle moins bon. Inutile de chercher plus loin : le « jour sans »  ce n’est pas lui, c’est nous ! 

Ah bien sûr, le cheval lui aussi peut en avoir « plein le dos ». Et dans ce cas, il lambine, renâcle et traînasse. La prochaine fois que l’équitation se passe mal, et bien sûr en dehors de pathologies du dos du cheval, pensons à analyser notre journée de la veille : dans la majorité des cas, la réponse est là, même si nous n’y avions pas pensé…

Nous pouvons méditer le vieil adage « le cheval a toujours raison », qui, dans l’instruction militaire, avait pour but de culpabiliser la recrue et de faire taire ses récriminations. Le cheval a toujours raison oui, et il nous envoie des signaux. La vie quotidienne est parfois hérissée de contrariétés que nous ne pouvons pas toujours supprimer. Qui n’a remarqué qu’en revenant de vacances, après un arrêt total de l’équitation pour cause de fermeture estivale de notre club, nous avions l’impression d‘avoir progressé !  

Certes, notre cerveau et notre corps ont eu le temps de « digérer » certaines notions qui parfois se bousculent lors d’un apprentissage régulier plus ou moins intensif. Mais il y a une autre explication : le repos, la détente, la joie de vivre qu’apportent les vacances ont libéré vos tensions... Votre dos l’a dit à votre cheval, et votre cheval vous le dit ! A vous de l’écouter !

Photo de couverture : © anakondasp - Fotolia.com

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

2 commentaire(s) »

severinep :
Le 05/09/2017 à 13h23

Ces réflexions confirme un ressenti, qui est que plus je progresse dans ma position et plus mon cheval progresse, sans que j'ai vraiment l'impression de lui avoir "appris" quelque chose. Il ne peut me donner que ce que je peux lui demander, je crois

liliadi :
Le 12/09/2017 à 08h46

Oui, c'est tellement vrai !!!!!!!

Article publié le 29-08-2017

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire