Accueil » Savoir Pratique Attelage

Tourner en attelage : tout un art !

Dans le numéro 7 de Cheval Savoir, nous avions parlé des problèmes que rencontre le cavalier lorsqu’il aborde la pratique de l’attelage. La première fois qu’il tient des guides, arrivé au début d’un virage, il écarte la main ! Ce réflexe de cavalier ne lui est malheureusement d’aucune aide en attelage. Éclairons un de ces points essentiels.
description
La jument a cédé à l’action de la main gauche en tournant la tête à gauche. La meneuse a accompagné l’encolure en dépliant le bras droit. Elle a également reculé la main gauche pour conserver un contact, que l’on constate très moelleux. Par ailleurs, elle est un peu en avant (voir l’article de cheval-savoir n°6) © Julia Guignot

Le cavalier dispose pour tourner d’une panoplie d’effets de rênes, directs, contraires, d’opposition et combinés. Il peut également utiliser d’autres aides que les mains : son assiette active, son poids du corps, ses jambes, la direction de son buste… Ses différentes aides ont ainsi la possibilité de se renforcer l’une l’autre, autre, très rapidement et efficacement, pour rectifier ou préciser un tracé.

En attelage, le mors et la voix indiquent une direction à suivre et précisent le tracé en même temps qu’ils règlent l’allure et l’équilibre ! Le fouet peut intervenir pour corriger une trajectoire.

En réalité, le cavalier-apprenti-meneur oublie souvent de parler au cheval, et n’utilise pas le fouet pour des problèmes de direction (quand il n’oublie pas simplement de le prendre en main !) Toutefois, certains cavaliers n’utilisent pas plus leur assiette et leurs jambes à cheval pour perfectionner les courbes.
Nous pouvons donc comparer raisonnablement les fonctionnements des mains sur le mors d’équitation d’une part, et sur le mors d’attelage d’autre part, pour comprendre toutes les difficultés auxquelles un cavalier va se heurter pour faire tourner un cheval d’attelage.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

mauricexb :
Le 21/05/2010 à 10h03

Bonjour

Je voudrais adresser mes félicitations et mes encouragements à Laurence Grard-Guénard.

Félicitations pour cet article qui met en évidence les différences entre les actions de rênes du cavalier et du meneur.
Le discours est simple, précis, non dogmatique mais pédagogique et explicatif. Le fait de bien expliquer ce qui se passe est réellement un plus pour la compréhension de ce que veut dire l’auteur et pour l’appropriation du contenu par le lecteur.

Encouragements non désintéressés car je suis demandeur d’articles de ce genre, construits sur le même principe qui consiste à ne pas donner des recettes mais des explications que le lecteur pourra ensuite faire siennes.
Bravo donc et n’hésitez surtout pas à continuer dans ce sens.
Cordialement
mxb

emelca :
Le 25/05/2010 à 19h56

Bonjour,
Vous ne parlez pas d'une chose qui me parait essentielle pour tourner en attelage; sachant que le principal défaut n'est pas le cheval qui dérape dans la direction opposée mais plutôt le cheval qui tombe sur l'épaule intérieure, il convient de s'assurer préalablement de l'impulsion et surtout de l'équilibre du cheval par une action de rééquilibrage simultanée et égale sur les 2 guides qui va permettre un report de poids sur l'arrière main. Seulement ensuite, le meneur pourra donner l'indication avec la guide intérieure et contrôler sa courbe avec la guide extérieure.
Ensuite, je ne vois pas en quoi le fouet va pouvoir corriger une trajectoire. En revanche, utilisé de façon appropriée légèrement en arrière de la sangle sur le côté intérieur, il va permettre de contrôler l'incurvation du cheval comme pourrait le faire la jambe intérieure du cavalier.
Bien cordialement,
mlk

laurence :
Le 25/05/2010 à 23h13

Bonsoir,

Merci Maurice pour vos encouragements.

Michel, je ne parle pas du tout de "COMMENT" tourner. J'aborde les actions de mains possibles (cavalier-meneur)et les effets du mors par rapport à ces actions.

Vous avez raison : le déséquilibre sur l'épaule intérieure est un gros problème, quand le cheval répond. Quand il résiste, malheureusement, il dérape.
Quant à l'usage du fouet, comme vous le dites, il permet de contrôler (plus ou moins) l'équilibre latéral, donc de perfectionner ... la direction.

"Comment tourner" doit être enseigné de façon progressive en passant par l'étape "débutant" jusqu'au stade "confirmé", c'est à dire sans enjambement. On ne peut demander à un novice d'utiliser ses mains avec autant de tact qu'un professionnel tel que vous, le tact étant acquis par l'expérience.
Mais ceci n'était pas le propos de l'article.

Merci de vos remarques et de votre fidélité.

LGG

Article publié le 14-05-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés