Accueil » Savoir pratique Dressage

L’impulsion : économie des aides et sensibilisation du cheval (II/III)

Nous avons discuté le mois dernier des différentes manières d’envisager l’impulsion. Depuis l’énergie minimale nécessaire au travail de base, jusqu’à l’impulsion supérieure qui donne au cheval son brillant et son expression, en passant par les allures de travail du jeune cheval.
Nous avons mis en évidence les problèmes les plus fréquents, du cavalier débutant qui a tendance à travailler en sous-impulsion, du jeune cheval trop sensible des flancs, des chevaux excités et nerveux, qui paradoxalement finissent par ne plus s’engager suffisamment, et du cheval avancé dont le rassemblé dépend du développement d’une impulsion supérieure qui ne peut être acquise par des attaques continuelles des éperons ou de la cravache.

Nous avons vu enfin l’importance du pas et de la manière dont celui-ci va conditionner aussi bien physiquement que mentalement tout le travail du cheval.
Il nous reste à voir comment nous allons pouvoir développer cette impulsion, réveiller les chevaux mous sans avoir à les brutaliser, calmer les chevaux nerveux tout en les rendant plus tolérants à nos aides de mise en avant et en cherchant malgré tout l’engagement des postérieurs et rendre nos chevaux avancés plus brillants et capables de travailler avec un maximum d’énergie sans le secours des aides.

Nous devons tout d’abord être certains de pouvoir contrôler cette énergie et qu’elle ne se transformera ni en excitation, ni en précipitation…

Les prérequis


Pour me simplifier la tâche, j’aurais tendance à vous dire que le prérequis le plus important est de relire dix fois l’article sur les demi-arrêts ! En effet, la notion d’équilibre est absolument primordiale et il me semble impossible d’effectuer un quelconque travail sans un minimum d’équilibre de base.

Pour les lecteurs particulièrement attentifs, qui pourraient relever une apparente contradiction dans mon propos, il est vrai que j’ai écrit le mois dernier que sans un minimum d’impulsion, l’équilibre du cheval sera défectueux. On pourrait y voir l’image du serpent qui se mord la queue et je souhaite donc m’arrêter le temps de quelques lignes sur une idée importante, qui sera développée largement dans un prochain article. En effet les cavaliers sont très rapidement confrontés dans le travail de leur cheval au problème des priorités.
Sans équilibre, impossible de mettre mon cheval en avant sans qu’il ne pèse sur les rênes mais sans impulsion, impossible d’avoir un minimum d’équilibre… Comment donc décider de ce qu’il convient de travailler en priorité ou même en premier lieu ? Si nombreuses sont les notions interdépendantes et s’il existe bien une sorte de « hiérarchie » dont nous parlerons bientôt, il faut malgré tout voir ces concepts (équilibre, impulsion, contact, rassemblé) comme une série de couches successives que nous allons affiner avec le temps, comme un sculpteur qui dégrossit sa pierre avant de s’attaquer aux détails avec un degré de finesse de plus en plus élevé. Dans ces conditions, il est toujours acceptable d’affirmer que sans impulsion pas d’équilibre correct mais il faut bien un minimum d’équilibre avant de travailler l’impulsion de base. Le développement de celle-ci va lui-même favoriser l’équilibre du cheval, qui va nous permettre de créer et de contrôler plus d’impulsion et ainsi de suite par effet boule de neige…

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

5 commentaire(s) »

charly :
Le 18/05/2010 à 22h53

L'article... Oo
Waouw. Très bien ficelé! Bravo Pierre.

nathaliehupin :
Le 23/05/2010 à 22h37

Très chouette article, comme d'habitude... J'aime beaucoup les images utilisées pour expliquer les actions.

windy :
Le 26/05/2010 à 13h57

lire et relire ces articles afin de reprendre les bases que l'on avait fini par oublier ou ignorer.
merci continuez dans ce sens, je met a profit ces conseils sur mon cheval.

arobase :
Le 29/05/2010 à 10h23

c'est toujours inéressant, clair et logique! on attend la suite avec intérêt. ne mollissez pas! EM

lipica :
Le 30/05/2012 à 09h44

La logique... rien de plus simple et de plus compliqué quand on doit y penser...
La rigueur nous manque
Merci de nous rappeler les évidences, les choses oubliées...
Allez, en selle!

Article publié le 18-05-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés