Accueil » Savoir Pratique Randonnée

En finir avec les plaies de harnachement !

Par Lætitia Bataille, GTE

N°10 Mai 2010
3 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Toutes les disciplines équestres -et même le simple fait de porter un licol ou une couverture- peuvent provoquer des lésions que l’on regroupe sous le terme classique de “plaies de harnachement”. Celles-ci peuvent commencer par une simple usure de poil, revêtir l’aspect d’une cloque, évoluer vers des blessures parfois très longues à guérir…
Ces problèmes sont particulièrement susceptibles de survenir en randonnée, car à une éventuelle action “mécanique” délétère s’ajoute le facteur temps. Certes, une plaie de garrot peut se créer en une heure de promenade, mais elle a plus de chances de se constituer au cours d’une étape de six heures. Le risque est aggravé par certains éléments extérieurs et par la présence du paquetage.
Dans ce domaine, la prévention est essentielle : ce problème n’a pas de raison d’exister et si l’on respecte quelques règles fondamentales, notamment au niveau de la gestion des étapes.
description
Ici, les sacoches sont convenablement isolées des flancs du cheval par des tapis de dimensions suffisantes. © CRTE FC/Y.Goux

Il existe différents types de lésions dues au port du harnachement. On peut schématiquement les classer en trois principaux groupes :

  • les lésions par frottement. Elles se traduisent par l’apparition d’une zone d’abrasion cutanée plus ou moins importante, à laquelle s’associera parfois une réaction œdémateuse. Elles sont dues au contact d’un élément irritant agissant sur la peau : pièce de cuir, contact du tapis sur le garrot, angle vif d’une sacoche, sangle trop dure, etc.
    La lésion commence par une usure de poil, et se transforme plus ou moins rapidement en une plaie ouverte.
  • les lésions par pression : le poids du cavalier ou celui du bât, ou encore celui d’une voiture à deux roues par l’intermédiaire des brancards, est mal réparti, et entraîne une pression exagérée en un point, avec une modification de la circulation sanguine à ce niveau. Les causes sont variables : selle mal adaptée, position asymétrique du cavalier, traction asymétrique chez le cheval d’attelage...
    La lésion constatée est alors une phictène –que les randonneurs appellent familièrement une “gonfle”.
    Ces deux types de lésions sont parfois associés : il peut y avoir à la fois une réaction à une pression locale excessive et une abrasion. L’exemple type est le faux pli dans le tapis de selle, qui crée à la fois pression et frottement.
  • les réactions inflammatoires chroniques, que l’on peut appeler “cors”, ne posent guère de problème en eux-mêmes, mais sont susceptibles de s’irriter si un élément nouveau intervient (changement de selle ou de cavalier, modification d’un réglage dans le harnais d’attelage, etc.) Il aura alors une abrasion de la lésion préexistante.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

laurence :
Le 07/06/2010 à 12h52

Excellent article, très intéressant avec des points importants qu'il est bon de se rappeler.

J'ajoute juste un détail :

Attention pour les chevaux équipés d'un matériel passant (coulissant) dans la sangle, comme un collier de chasse pour les cavaliers ou une fausse martingale pour les meneurs : Le mauvais placement de cette partie peut provoquer des frottements sur un coude ou même le haut du bras du cheval.
Étant donné l'amplitude de mouvement d'un antérieur, le frottement causera une lésion vraiment importante.
On gagne beaucoup à utiliser de matériel qui s'attache par mousqueton à une boucle centrale de la sangle, mais seulement si celle-ci est bien sanglée symétriquement et non pas au dernier trou d'un côté et au premier de l'autre.
Pour ceux qui utilisent un fourreau de sangle et ne peuvent utiliser le système à mousqueton, il faut vraiment vérifier au ressanglage que la partie ventrale est bien au centre, entre les deux antérieurs.

laetitia :
Le 07/06/2010 à 13h58

Merci Laurence de ces compléments d'info ! Cheval Savoir est toujours heureux quand ses lecteurs apportent leur pierre à l'édifice, puisque nous cherchons en permanence à fournir le maximum de savoir à tous, pour le bien des chevaux.
Laetitia Bataille
Rédacteur en Chef

quastenflosser :
Le 19/06/2012 à 13h21

Merci pour cet article !
Je voudrais ajouter un petit quelque chose au niveau de sacoches : celles-ci ne doivent pas reposer sur les reins du cheval, d'où l'intérêt d'avoir une selle de rando ou une western avec un pont pour les déposer. Dans le cas d'un cheval très court (impossibilité d'avoir un pont) ou simplement si on ne souhaite pas se séparer de sa classique pour la rando, pensez à acheter des sacoches indépendantes l'une de l'autre et à les accrocher directement sur les boucles prévues à cet effet (ou éventuellement dans le cas de sacoches non indépendantes, les déposer sur le siège, sous votre postérieur).

Article publié le 03-06-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés