Accueil » Races Equines

L’Akhal-Téké, un pur-sang mal connu…

Par Laurence Bougault

N°11 Juin 2010
1 Commentaire(s)
Imprimer cet article
L’akhal-téké est un cheval de rêve : l’image d’un lévrier des steppes à la robe isabelle dorée est présente dans tous les esprits.
L’akhal téké est certes un cheval mythique, mais il mérite d’être mieux connu.
Dossier complet.

Alors que la plupart des races de chevaux sont de création récente (le pur-sang anglais est créé au XIXe siècle, le pur-sang arabe n’existait pas en Arabie avant le développement de l’Islam…) ou sont essentiellement le fruit d’un terroir (comme les races de traits françaises qui héritent du nom de leur région d’origine) l’Akhal-Téké possède des origines qui se perdent dans la nuit des temps, où il devient pur mythe.

description
L’Akhal téké est un cheval de sang, frugal et résistant. Ici Laurence Bougault lors d’un de ses grands raids © Coll Laurence Bougault

Des origines perdues dans la nuit des temps


Car bien avant que les Russes créent le stud-book moderne, les chevaux turkmènes, ou turcomans (turcoman signifie turkmène) sont connus pour leurs qualités de chevaux de guerre. Plus encore que les petits chevaux mongols, les chevaux turkmènes représentent le cheval de guerre de la steppe, celui que recherchent aussi bien les rois de Perse que les armées turques, celui qui se monnaient de la Grèce à la Chine.

Le territoire des Turcomans s’étend sur une zone relativement large qui correspond à l’ère de déplacement des nomades-éleveurs, distribués en tribus, dont les deux plus connues sont les Iomuds et bien sûr les Tékés (que l’on rencontre aussi bien dans l’oasis de l’Akhal du côté de la mer Caspienne que dans la région de Merv à l’Est de l’actuel Turkménistan, à la frontière Ouzbekh). Ce territoire apparaît dans les écrits mythologiques perses sous le nom de Touran.

Les témoignages archéologiques les plus intéressants et les plus anciens sont ceux des tombes ou kourganes de Pazyryk au Kazakhstan. Ces tombes sont, par une chance incroyable, des zones de permafrost, c’est-à-dire qu’elles ont conservé dans la glace leurs secrets.

Ces tombes datent de l'époque des Scythes, il y a environ 6000 ans. Le Pazyryk est un plateau de l’Altaï, à la source de la rivière Kizil, aux confins de la Chine, de la Mongolie, de la Russie et du Kazakhstan. Deux types distincts de chevaux y ont été trouvés, gelés et souvent parfaitement conservés. L’un, ressemblant au poney mongol ou au Yabou iranien, plutôt massif et trapu, l'autre, nettement plus fin et élancé, ressemblant par sa taille et sa constitution à l’actuel cheval turkmène.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

jdbg :
Le 29/06/2010 à 03h49

Le championnat international évoqué ci-dessus se déroule le samedi 17 et le dimanche 18 juillet (détails sur le site de l'association www.akhal-teke.fr)

Article publié le 14-06-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés