Accueil » Interviews

Jean-Marc Imbert :
"L'absence de contention responsabilise le cheval"

Propos recueillis par Nelly Valère.

N°11 Juin 2010
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Chacun connaît l'image de l'indien "à l'envers" sur son cheval, Jean Marc Imbert, dont les spectacles internationalement connus ne laissent pas indifférent. Avec sa troupe, il se produira notamment à l'Equirando, à Vizille, fin juillet.

A cette occasion, nous avons voulu en savoir plus sur l'homme qui a jeté le harnachement aux orties et partage avec ses chevaux une étonnante complicité "à distance".

Cheval Savoir : Vous êtes un homme de spectacle.
Jean-Marc Imbert : C’est une passion. C’était un rêve, et j’ai quitté mon activité professionnelle initiale dès le jour où mon premier numéro avec mes chevaux a fonctionné.

Jambette
© Beat Schmid
C.S. Racontez-nous cette reconversion.
J.-M.I. Mes parents étaient agriculteurs mais n’avaient pas de chevaux ; juste un poney, Bambino, que mes sœurs et moi montions à tour de rôle. Les affaires avec les vaches fonctionnant mal, mes parents ont reconverti leur activité en ferme équestre, et mes sœurs ont passé les examens pour enseigner l’équitation. Moi, je participais à leur travail en voltige, tout en faisant des études supérieures en informatique et électronique à Nice, car je ne pensais pas pouvoir un jour vivre de ma passion. Mais le spectacle m’attirait toujours plus, les chevaux m’apparaissant comme de merveilleux acteurs. Il s’est avéré que mes études pouvaient servir mes plans en me permettant de réaliser des spectacles très variés en y incluant beaucoup de technique : robot, cheval déguisé en dragon qui crache le feu, voiture téléguidée conduite par un cheval, effets de lumière et de son, etc…C’est ainsi que nous pouvons équiper toutes les salles dans lesquelles nous nous produisons, ce qui est un énorme plus pour nos contrats.

C.S. Nous connaissons tous votre premier numéro avec Nikito et vous déguisé en indien.
J.-M.I. Oui, c’est lui qui m’a permis de croire à mon rêve. Les contrats ont afflué, et depuis 1995, j’ai parcouru 600 000 km, rencontré 2,5 millions de spectateurs, et Nikito profite de sa retraite bien méritée. Moi, je continue, avec la collaboration d’autres amoureux du spectacle équestre : nous sommes 20 actuellement, avec autant de chevaux...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 06-07-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés