Accueil » Interviews

Michel Robert : « J'ai toujours recherché un fonctionnement naturel des chevaux. »

Par Laetitia Bataille
Avec la collaboration de Pauline Guicheney

N°1 Juin 2009
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Il était logique que Cheval Savoir, dont la ligne rédactionnelle est particulièrement axée sur la recherche du bien-être du cheval, ait souhaité, pour sa première grande interview, rencontrer Michel Robert, classé parmi les dix meilleurs cavaliers de CSO du monde, et dont l'équitation est fondée sur le respect et l'harmonie avec le cheval.
Un entretien riche d'enseignements...
Michel Robert et Laetitia Bataille
Michel Robert a reçu la Rédaction de Cheval Savoir et répond aux questions de Laetitia Bataille. © Pauline Guicheney

Cheval Savoir : Michel Robert, on ne vous présente pas, votre palmarès est éloquent, vous êtes l'une des personnalités les plus appréciées du monde équestre…et aussi une des plus atypiques ! Vous êtes un ascète, vous attachez la plus grande importance au mental du cavalier, et chacun connaît la photo où vous franchissez un gros oxer sans rênes ni bride !

Michel Robert : cela, ce n'est pas très difficle ! Enfant, je montais sans rien, j'aimais jouer avec les chevaux, faire du cirque, des pitreries…J'ai toujours recherché un fonctionnement spontané et naturel des chevaux.

Cheval Savoir : Voici des propos qui sont en totale cohésion avec l'optique de notre journal : vous montrez de façon flagrante que l'on peut allier performance et bien-être du cheval...

Michel Robert : J'ai essayé beaucoup de choses, mais toujours en cherchant à aller dans le sens du cheval, dans le sens de sa compréhension. Finalement, il est plus facile de le comprendre que de lui imposer notre propre langage...

Michel Robert
Michel Robert : « Essayer de comprendre plutôt que d'imposer notre propre langage... » © L.Bataille

Cheval Savoir : Nous sommes dans un discours très proche des courants d'équitation dits "éthologiques"

Michel Robert : L'approche "éthologique" (avec effectivement des guillemets) est une très bonne chose, un moyen fantastique de communication avec les chevaux. La méthode machin ou truc, ce n'est pas le problème, on n'a pas besoin d'étiquettes. L'important c'est que des gens comme Andy Booth, par exemple (que j'apprécie) aient pu bousculer les habitudes en faisant réfléchir à une autre manière d'aborder les chevaux.

Cheval Savoir : Il ne devrait pas y avoir de dualité entre cette approche et l'équitation "classique" (là aussi avec guillemets !)

Michel Robert : Les étiquettes, c'est pour le commerce. Pour moi, le mélange " classique/éthologique " coule de source...
Ce courant est venu au bon moment. Les cavaliers qui ont envie de se pencher sur ce sujet savent qu'ils peuvent trouver des informations, se rapprocher de ces gens pour mieux comprendre le fonctionnement du cheval.

Cheval Savoir : Ce n'est pourtant pas le cas dans tous les centres équestres. N'y a-t-il pas un long chemin à parcourir pour certains enseignants d'équitation ?

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 16-05-2009

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés