Accueil » Bloc Notes

La reprise du travail

Par Dominique Lambert-Lefranc, avec la collaboration du Dr. Jacques Laurent.


N°13 Septembre 2010
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Convalescence, boiterie, gestation ou simples "vacances" pour le cheval...ou le cavalier, la mise au repos du cheval se fait généralement au pré. Lorsque le travail a été ainsi interrompu pendant quelques semaines ou davantage, la reprise de l'exercice sportif doit se faire de façon très progressive et adaptée.

Cette reprise va de pair avec celle d'une alimentation énergétique adéquate, qui sera elle aussi gérée avec attention.

Qu'il s'agisse d'un cheval de propriétaire ou d'un cheval de club, l'arrêt du travail "sportif", quel que soit son niveau, ne s'accompagne pas d'une modification immédiate du métabolisme quotidien en rapport avec avec l'effort physique précédemment pratiqué.

En effet, la consommation énergétique diminue doucement pour atteindre le niveau nécessaire à l'absence de pratique physique importante. Parallèlement, le soigneur aura, comme il se doit, diminué, voire supprimé, la ration énergétique pendant la période de repos. De ce fait, pendant les premières semaines, le bilan énergétique entrées/sorties sera négatif ; le cheval maigrira donc.

Retour au travail
© L.Bataille.

Cet amaigrissement se fera aux dépens de la masse musculaire. En effet, c'est une priorité métabolique d'utiliser en cas de "disette" la masse musculaire avant la masse grasse ; ceci d'ailleurs trompe le soigneur non averti, s'il ne se fie qu'à l'appréciation du tissu adipeux.

En pratique, il est donc physiologiquement nécessaire de reconstituer un développement de la masse musculaire existante par un travail progressif et approprié.

En parallèle, l'alimentation sera diversifiée et l'apport énergétique (céréales ou aliment complet) sera très progressivement réintroduit dans la ration, pour n'atteindre la quantité précédemment donnée lors du travail normal que lorsque le cheval aura bien récupéré ses capacités sportives. Donner de grosses rations énergétiques dans le but de hâter le processus de reprise d'état et de remise en forme n'aboutirait qu'à une surcharge entraînant des risques de fourbures, voire de coliques chez un animal qui ne travaille encore qu'en douceur et ne va donc pas utiliser immédiatement cet apport énergétique.

«En cas d'amaigrissement, la masse musculaire est utilisée avant la masse grasse : il faut donc redévelopper la masse musculaire existante par un travail progressif et approprié»

En revanche, l'on distribuera du foin en abondance. L'intestin du cheval au pré s'est habitué à recevoir une importante quantité de lest, et il est essentiel de maintenir le plus longtemps possible cette alimentation très saine, qui permet au cheval de mastiquer longuement, ce dont il a particulièrement besoin au moment où retrouve la vie confinée au box, après une période de liberté. Par ailleurs, la consommation de foin évite l'ennui, et la surconsommation de la paille de litière qui risque de provoquer des coliques par "bouchons". Une généreuse ration de foin est sans inconvénient et ne comporte pas de risque de surcharge puisque la distribution d'aliment énergétique reste encore parcimonieuse.

Le foin pourra être diminué proportionnellement à mesure que la ration énergétique sera augmentée.

Le rythme de travail

La progressivité à respecter dans la reprise du travail concernera :

  • le rythme hebdomadaire : l'idéal serait que le cheval ne travaille qu’un jour sur deux pendant la première semaine. Ceci est parfois difficile à réaliser.
    S'il s'agit de votre cheval personnel, vous pouvez travailler tous les jours puisqu'il ne s'agit pas de reprises devant durer une heure, mais d'un travail librement géré, dont nous vous donnons ci-dessous un schéma de progression.

  • la durée des séances : s'il s'agit d'un cheval de club, elles durent inévitablement le temps d'une reprise. L'enseignant veillera donc à adapter ses programmes dans leur aspect qualitatif : une période de travail à rythme modéré permettra aussi une réadaptation en douceur des cavaliers !

  • l'aspect qualitatif : pour le cheval de club, nous l'avons dit, le rythme sera aussi doux que possible. Pour le cheval de propriétaire, nous suggérons une remise au travail qui passe d'abord par la longe, l'effort étant demandé sans le poids du cavalier et pouvant être très exactement dosé en fonction de que l'on observe au cours de la séance : raideur, éventuels défauts d'équilibre, liberté ou contraction des allures, attitude prise naturellement par la tête, etc...La première séance de longe a aussi valeur de bilan, et l'observation est plus aisée que si l'on est à cheval.
  • La remise en condition

    La remise en muscles et en souffle se fera très naturellement si vous suivez une progression adaptée.

    A titre indicatif, voici un schéma de reprise de travail très progressif pour un cheval ayant été arrêté longtemps :

    Semaine 1

    ...

    Pour lire la suite de cet article :

    Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
    (31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

    S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

    • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
    • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
    Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

    Ce que vous ne lirez pas ailleurs

    Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

    0 commentaire(s) »
    Article publié le 07-09-2010

    Postez un commentaire !

    Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
    Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés