Accueil » Tribune Cheval Savoir

Du bon usage de la cravache

Par le Colonel Christian Carde, ancien Ecuyer en Chef du Cadre Noir, Juge international de dressage, Conseiller technique de Cheval Savoir.


N°13 Septembre 2010
3 Commentaire(s)
Imprimer cet article
On s’accorde généralement sur le fait qu’elle sert à punir. D’ailleurs, phonétiquement, elle frappe et son homologue britannique, whip, cingle.

Or une longue cravache fait partie de l’équipement habituel des cavaliers de Dressage. Faut-il en déduire que leurs chevaux doivent être régulièrement admonestés ?

La réponse à cette question est loin d’être anodine car elle induit l’état d’esprit du dresseur dans la délicate opération de l’éducation de son partenaire cheval.

Qu’est-ce qui nous amènerait à punir celui-ci ? Sa mauvaise volonté, ou s’il était animé d’intentions répréhensibles. Or une longue fréquentation de ce noble animal nous apprend qu’il se caractérise par sa bonne volonté et qu’il se montre rarement vicieux. Mieux, il veut bien tout ce qu’on veut dès lors qu’il comprend ce qu’on lui demande de faire et qu’il en a la possibilité. Et lorsqu’il fait preuve de rétivité, c’est bien souvent la maladresse de son employeur qui l’a conduit à cet état pervers.

Gaule traditionnelle
Gaule traditionnelle
L'Ecole Espagnole de Vienne, comme les écoles de Jerez et Lisbonne, ont conservé la gaule traditionnelle fine et légère. © Coll. EcoleEspagnole de Vienne.

En fait on a oublié la gaule chère à La Guérinière, baguette de bouleau que nos anciens utilisaient pour indiquer, en la distinguant du fouet qui lui…fouettait. Vienne, Jerez et Lisbonne ont conservé la baguette. Les chuchoteurs emploient le stick dans un usage analogue...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

windy :
Le 16/09/2010 à 20h41

A mon grand regret j'utilise quelquefois mon stick,surtout en debut de seance, pour manque d'application.

c'est efficace et je cherche vite a feliciter dès qu'un progres se manifeste, pour faire oublier le debut de seance difficile.

le stick et la chambrière restent pour mon cheval des objets de jeux si ils sont à proximite, donc pas de traumatisme.

je dirait meme que la voix lors d'une engueulade à plus d'impact que la cravache.

stephnello :
Le 29/12/2011 à 17h31

Je pense et j'ai souvent dit ça autour de moi (car mon Dieu on voyait la bisounours que je suis avec une badine ou une cravache pour jouer, travailler à pied, monté etc, c'était incompatible!!) que la cravache n'est qu'une prolongation de mon corps. Cela explique que mon cheval s'en moque comme de son premier tapis de selle quand je l'ai en main tout en m'affairant autour de lui, qu'il l'écoute quand on bosse, joue avec quand on fait une pause comme il joue avec mes mains ou mes cheveux, et s'en écarte quand j'y mets de l'énergie et l'intention de le bouger de mon espace. Elle ne veut rien dire à elle seule, elle ne prend sens qu'avec moi, mon intention, mon énergie, mes gestes. Et il est arrivé une fois que je veuille l'employer pour "cingler" lors d'une bêtise, maladroite comme je suis c'est ma cuisse que j'ai atteint, mais l'effet fut boeuf, parce que l'énergie associée et le bruit sur ma cuisse ont été très clairs. Pourtant la seconde suivante je pouvais le toucher avec sans souci...

C'est pourtant si simple d'associer cet outil à la vie quotidienne, d'en faire une simple lettre de plus dans notre alphabet, pour se comprendre... plutôt qu'un objet craint.

laetitia :
Le 29/12/2011 à 18h22

Merci de ces témoignages qui expriment la recherche de l'harmonie. "Une simple lettre de plus dans notre alphabet, pour se comprendre, plutôt qu'un objet craint" est une bien jolie formule...

La Rédaction

Article publié le 10-09-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés