Accueil » Vos Questions, leurs réponses

Acheter un poulain au sevrage ?

Un de mes voisins, qui est éleveur, m'a montré des poulains qu'il vient de sevrer et j'avoue que je les trouve "craquants". Il m'a dit que le prix d'achat d'un jeune de cet âge est très inférieur à celui d'un jeune cheval de trois ans. rn rnQu'en pensez-vous ? rn rnMme. Anne-Laure L. rnRiom.

Le prix d'achat d'un foal n'est effectivement pas comparable à celui d'un jeune cheval de trois ou quatre ans.

De ce point, de vue, il est possible d'acquérir son futur cheval pour un prix défiant toute concurrence (à race et qualité égales).

Certes, vous aurez à assurer tous les frais liés à sa croissance : alimentation avec suppléments vitaminiques et minéraux, surveillance vétérinaire, parage des pieds assurant le développement correct des aplombs, vaccinations, vermifuges... A trois ans, le cheval, non dressé, vous aura coûté (si tout va bien) environ 10% en plus de sa valeur d'achat initiale (nous parlons ici de chevaux de race, de prix moyen). Mais il reste encore nettement moins cher que si vous l'achetiez à trois ans. De plus les frais seront étalés et vous aurez pu réaliser votre rêve avec une "mise de fond" non comparable.

En effet, la plus-value que prend le cheval chez son éleveur est importante, car c'est l'éleveur qui a pris les risques pendant ces deux ans et demi ; il présente un produit fini, et répercute sur chaque cheval le prix des aléas de son élevage (vacuités des juments, produits non commercialisables).

Poulain
Craquant, un poulain...Mais il a énormément de force ce qui impose qu'il soit manipulé avec de réelles compétences. © L.Bataille.

Sur le plan pratique, il faut savoir que la manipulation d'un poulain de six mois nécessite une grande force physique et des compétences poussées, connaissances spécifiques que le fait d'être cavalier, même très confirmé, n'assure absolument pas. Un foal ne se manipule pas comme un cheval adulte. D'après votre lettre, il semble que l'éleveur ait bien rempli son rôle et que ses produits soient déjà bien socialisés, puisque vous avez pu les approcher sans problème. C'est un point positif. Toutefois, même si les chevaux n'oublient pas les leçons du jeune âge, les acquis de la socialisation peuvent très rapidement disparaître si des erreurs sont commises, et si le jeune animal a l'occasion de "prendre le dessus" ou si on le laisse au pré sans réel contact avec l'homme en attendant qu'il grandisse. La délicieuse "peluche" a déjà une force considérable et des réflexes fulgurants. Seules des compétences d'éleveur professionnel ou semi-professionnel permettent de gérer un jeune cheval de moins de trois ans. C'est une chose dont il faut être bien conscient, car un foal non socialisé (ou dé-socialisé) représente un grand danger.
...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

dragonelly :
Le 07/01/2011 à 16h25

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec cette citation :
"S'il s'agit d'un jeune mâle, il faut dès dix-huit mois, une pâture isolée d'autres chevaux."
Pourquoi ne pas proposer simplement de le mettre avec d'autres mâles (hongres ou entiers) ?
Je trouve cela cruel qu'on isole systématiquement tous les chevaux mâles entiers, alors que des solutions simples et humaines existent...

laetitia :
Le 07/01/2011 à 20h52

Il semblerait, après avoir consulté l'auteur, qu'un corps de phrase soit manquant : il fallait lire pâture séparée d'autres chevaux entiers adultes. La correction sera faite sans délai.
Il est clair que, comme vous le dites très justement, les jeunes mâles peuvent être dans le même pré que des hongres. Ils peuvent même être mis avec des juments pleines, puisque celles-ci n'ont pas de chaleurs...mais encore faut-il être sûr qu'elles soient pleines !

Laetitia Bataille, rédactrice en chef

predressagefan :
Le 14/01/2011 à 09h10

J'élève des PRE depuis 15 ans et mes entiers restent ensemble jusqu'au débourrage, qui ne se déroule que lorsque mes poulains ont 4 ans. Après la séparation, liée au débourrage, cela devient difficile de les remettre ensemble car la hiérarchie du groupe à changé et celui qui a été sorti de ce groupe doit refaire sa place. Cette phase là est très critique et je ne voudrais pas courir le risuque de blessures mal placées qui compromettraient la carrière du cheval. Par la suite il est tout à fait envisageable de mettre l'étalon avec un hongre qui ne soit pas trop dominant. Cela ne se fait pas du jour au lendemain, il faut une série de mise en contact progressive. Le bon mariage est de donner un poney comme copain à l'étalon. Les poneys ont un caractère suffisament fort pour repousser les jeux de l'étalon et l'étalon ne sent pas sa supériorité mise en danger par ce copain de petite taille. Ceci dit le risque zéro n'existe pas et une surveillance sur la prairie des 2 compères est fortement conseillée.

Article publié le 16-09-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés