Accueil » Entretien du cheval

Une vision éthologique moderne des
vices d’écurie

Par le Professeur Frank Ödberg, Université vétérinaire de Gand, département de nutrition, génétique et éthologie.


N°13 Septembre 2010
1 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Le cheval n’a pas tellement besoin de variation dans sa vie, mais bien d’occupation. Vivant à l'écurie, le manque d'occupation constitue, avec le dressage inadéquat, la cause la plus importante de stress chronique et des problèmes de bien-être. D’où la naissance de la plupart des pathologies du comportement que l'on appelle dans le monde équestre les "vices d'écurie".

Comment lutter contre ces comportements ? Existe-t-il des remèdes efficaces ? Et est-ce réellement souhaitable de chercher à les contrer, alors que l’on suppose que leur exécution peut parfois apporter au cheval une compensation au stress ?

Il y a une différence entre un comportement indésirable et un comportement anormal, bien que les deux soient souvent confondus dans les traités d'hippologie.

Un comportement indésirable peut être une réaction tout à fait normale destinée à éliminer des stimuli aversifs de l'environnement (résultant souvent de l'incompétence du cavalier): faire un écart suite à une peur, faire un saut de mouton, tirer sur les rênes, se cabrer, encenser suite à une main sans tact, etc...

Lignophagie
Les portes et volets de boxes font souvent les frais de la lignophagie chez le cheval (tic consistant à ronger le bois) © L.Bataille.

Autre exemple : ronger le bois et l'écorce des arbres (lignophagie) est observé chez le cheval dans la nature. Il y a des différences individuelles, mais il s’agit d’un comportement tout à fait normal. A l'écurie, ce comportement engendre l'obligation désagréable de réparations régulières des portes et autres accessoires en bois. Pour compliquer les choses, ce même comportement peut devenir anormal. La plupart du temps, il consiste alors probablement en une activité réorientée due au manque d’autres substrats (herbe, foin). Il peut devenir une stéréotypie avec le temps. Ce manque d'activité peut être compensé partiellement par la distribution de paille et de foin; remplacer ces derniers par de la sciure de bois, de la tourbe ou des tapis en caoutchouc peut être acceptable pour des raisons médicales (emphysème), mais pas si c'est seulement motivé par la facilité du propriétaire. Et encore, on ferait mieux de laisser les cas d’emphysème en prairie. On peut expliquer la diminution de la lignophagie suite à l'administration d'un aliment fibreux (foin) par une sensation accrue de remplissage de l'estomac), mais aussi par l'augmentation du temps passé à manger.

Le tic en l'air, le tic à l'appui, l'arpentage stéréotypé, le grattement répétitif des antérieurs, les ruades et coups de pied avec production de bruit, le tic à l'ours, l'encenser, le tic de la langue serpentine...peuvent représenter des véritables pathologies comportementales dont souffrent les chevaux domestiques.

Tics d'écurie
Tics et vices d'écurie sont les conséquences du confinement. © L.Bataille.


...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

equifusion :
Le 27/09/2010 à 07h49

les raisons les plus simples, sont des fois devant nos yeux :
Avez-vous pensé à étudier les douleurs de dents, de gencives, de névralgies dû à des chocs au autres, etc..............
Qui apparaissent durant un période, provoquant une installation d'un comportement à ce moment là.
l'humain, souvent par peur de l'apparition d'un tic non maîtrisable, réprimande le cheval plus ou moins énergiquement et de ce fait, favorise le maintien du stress général........
DV

Article publié le 25-09-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés