Accueil » Culture équestre

Le testament équestre de Baucher

Son testament équestre, Baucher le confie à son ami L’Hotte venu lui rendre une dernière visite. Ces ultimes conseils pourraient être résumés par une boutade : "Ne tirez pas, mon Général !"

On peut rester perplexe devant le fait que Baucher ait eu à faire cette recommandation à un écuyer tel que...L'Hotte ! Mais l'histoire est là, et elle entraîne de nombreuses réflexions...

Son testament équestre, Baucher le confie à son ami L’Hotte venu lui rendre une dernière visite le 7 mars 1873.

« Alors, prenant ma main et lui donnant la position de la bride, il dit : « Rappelez-vous bien : toujours ça » et il immobilisa ma main sous la pression de la sienne. « Jamais ça », et il rapprocha ma main de ma poitrine. « Je suis heureux de vous donner encore ça avant de mourir » ».

Autrement dit, on ne doit jamais tirer sur les rênes.

Xénophon, déjà, l’avait écrit, et les grands maîtres connaissaient l’équitation « au poids du cuir », bien représentée sur les gravures anciennes.

Général L'Hotte
Le Général L'Hotte (ici, montant Laruns) avait recueilli les dernières paroles de Baucher. © D.R.

Restait à analyser le processus qui permet de satisfaire à cette exigence, et à en exposer la technique, ce que Baucher s’évertua à faire tout au long de sa vie d’écuyer, de professeur et d’écrivain.

On a vu, dans l’article intitulé « Le travail de Baucher au Cirque » du numéro 8 de Cheval Savoir que les « flexions » de mâchoire étaient un incontournable de son art, et que l’écuyer y revient sans cesse dans ses écrits, usant de toutes les formes littéraires possibles pour y insister. On ne saurait trop satisfaire à ce souci permanent en y revenant, nous aussi.

La cession en réponse

Dans l’exposé de sa méthode, les flexions préconisées par Baucher ne se limitent pas, bien entendu, à la mâchoire ; elles sont d’ailleurs toutes abondamment décrites et illustrées par des gravures incorporées aux éditions successives de la Méthode ; contenues dans le chapitre intitulé « Assouplissements », elles commencent, de façon symptomatique, par les « flexions » de mâchoire, terme parfois remplacé par « cession », ce qui n’est pas sans bonne raison.

Monsieur de Nestier
Monsieur de Nestier montant Le Florido. Cette célèbre gravure montre que l'équitation "au poids du cuir" était pratiquée par les maîtres anciens. © D.R.

En effet, Baucher provoque les « flexions » de mâchoire essentiellement au moyen du mors, c'est-à-dire du mors de bride, comme il était coutume de le différencier du bridon ou filet. Le mors, agissant par pression sur la langue et les barres, pression augmentée de l’effet de levier de ses branches et de la gourmette, fait « céder » la mâchoire, c'est-à-dire que l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) s’ouvre. On comprend que cette « flexion » étant provoquée par une pression, peut être qualifiée de cession puisqu’on peut dire que le cheval a cédé à son effet. On sait que toute pression appliquée au cheval doit être suivie d’une cession en réponse, et c’est ainsi qu’on parlera de cession à la main ou de cession à la jambe, et que réciproquement, toute cession du cheval doit trouver une réponse simultanée dans une cession de la part du cavalier. Ainsi se trouve détruite la tension existant entre les deux partenaires, en vertu du grand principe équestre « il faut être deux pour tirer », tout à fait conforme aux lois de la mécanique physique.Comment tirer sur un contact qui ne résiste pas ?

« Baucher avait perçu une cession des muscles de l’encolure, mais devait encore découvrir ce qui avait provoqué le phénomène ressenti »

Il est, à ce sujet, tout à fait remarquable que Baucher ne rapporte sa toute première expérience révélatrice de la cession de la mâchoire que dans la treizième édition de 1867 de la Méthode. Il raconte, qu’alors qu’il montait un cheval qu’il venait d’acheter 300 francs à la foire du Havre (donc à ses débuts d’écuyer professionnel) et qui présentait une énorme résistance au niveau de la bouche malgré les mors les plus puissants, il s’était arrêté dans le manège pour réfléchir :

« Je réfléchissais, et pendant que mon esprit travaillait, ma main était demeurée fixe. Tout à coup, je sens Bienfaisant léger. Bienfaisant a rendu, Bienfaisant ne résiste plus ! Que s’était-il donc passé ? Comme il n’y a pas d’effet sans cause, je reconnus que la fixité de ma main avait déterminé la cession du cheval et j’acquis ainsi la preuve que la bouche n’était pour rien dans les résistances, et qu’elles provenaient des contractions de l’encolure, car je n’avais pas modifié les conditions anatomiques des barres, je n’avais pas diminué leur épaisseur ».

On sait que la dureté de certaines bouches était jusque là attribuée à l’épaisseur des barres, et que, bien entendu, Baucher n’avait pas d’autre explication en tête.

Nous avons bien ici le terme de cession. Il ne s’agit pour le moment que de « cession du cheval », sans que Baucher ait pu encore déterminer le siège de cette cession, et nous allons voir plus loin que, si d’emblée, il avait perçu un assouplissement des muscles de l’encolure, il devait encore découvrir ce qui avait provoqué le phénomène ressenti.

Les relations entre l’encolure et la mâchoire

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 28-10-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés