Accueil » Entretien du cheval

Choisir et adapter un mors de filet

Le choix d'un mors de filet est complexe, car de nombreux éléments entrent en jeu.

Il faut considérer la morphologie de la bouche du cheval, et comprendre les caractéristiques des différents modèles de mors, avec leurs actions spécifiques et leurs différentes épaisseurs de canons.

Il faut également tenir compte du savoir-faire du cavalier et du niveau d’entraînement du cheval (son niveau de "savoir-comprendre") pour choisir le filet qui convient réellement.

Juste quelques mots, d'abord, sur la méthode que nous préconisons. Pour nous il n’y a pas de mors doux ou méchants, il y a juste des mors appropriés et inappropriés. Leur effet sur la bouche du cheval est...entre les mains du cavalier. Bien sûr, il faut éviter de mettre des outils très sophistiqués entre les mains de cavaliers inexpérimentés. Nous avons des critères qui nous guident, mais tout s’interprète et la vérité est détenue par le couple cheval-cavalier. Si les résultats sont bons, le choix du mors est a priori bon.

Mors
Les différents filets à brisures double ou multiples permettent d'optimiser le choix par rapport notamment à la morphologie du palais. © Allures Sellerie et Conseils

D'une manière générale, nous cherchons à ne pas dénaturer la bouche du cheval. Ainsi nous adaptons plus près des commissures que ce qui est normalement préconisé, avec des canons plus fins, et avec le moins de plis possible aux commissures (contrairement à ce que l'on voit si souvent).

Apprendre à regarder la morphologie de la bouche

Chaque catégorie de matériel doit respecter la morphologie du cheval ; selle, filet, guêtres, couvertures – et bien sûr avant tout les embouchures.

Il convient dans tous les cas de montrer la bouche du cheval au dentiste et de faire les interventions nécessaires avant de se pencher sur la question du mors. Peut être faudrait-il envisager d’enlever des dents de loup (absolument conseillé avant le débourrage de préférence).

Lorsque le cheval a vu le dentiste et qu’il n’y a pas de problèmes a priori dans sa bouche, on peut commencer à regarder la morphologie.

On doit voir tout d’abord savoir si la bouche est en bon état. Les joues, la langue, les barres et le palais doivent être exemptes de plaies, bleus ou autres signes de traumatismes.

«Quand il n’y a pas de vraie raison de choisir la simple brisure, il faut préférer les mors à double brisure»

Ensuite on cherche à savoir si le cheval a des sensibilités particulières. En examinant les barres on peut les trouver plutôt plates ou plutôt pointues. Il est évident que des barres pointues vont être plus sensibles à la pression que peut exercer le mors que des barres plates. En frottant les barres on peut découvrir des points sensibles.

Apprendre à juger l'épaisseur de la langue

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 25-11-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés