Accueil » Savoir Pratique Attelage

Affiner la main du meneur par le travail à pied avec deux longes (I)

« La main suffit à tout » disait le Capitaine Etienne Beudant. En tant que disciple enthousiaste de Beudant, je dis « oui, en équitation, et cette vérité prend plus de force encore en attelage, parce que le meneur n’a pas de jambes, il n’a que des mains". Le meneur est en quelque sorte « condamné » à avoir une main subtile, il ne peut pas se leurrer avec ses jambes comme le cavalier …

En attelage l’expression de la main est limitée par le matériel et nombre de mes élèves viennent à moi pour affiner leur main de meneur par le travail à pied que je propose, avec deux longes de conduite.

Ce travail à pied permet de parfaire l'éducation du cheval d'attelage et, pour le meneur, d'acquérir une main subtile qui fait que "les doigts suffisent à tout". La disposition des longes de conduite de la méthode permet la main ouverte, fermée, levée, baissée, ce que ne permettent pas les clefs du harnais d'attelage, ni le surfaix de certaines méthodes de travail à pied.

Main en attelage
© L.Bataille

Je vais reprendre tous ces points.
Dans cette étude, j’emploie, pour l’équitation, le terme de cavalier, pour l’attelage, le terme de meneur, et pour le travail à pied, le terme d’écuyer.

Tout d’abord, quelques mots sur la main

Je condamne les actions forcées des mains dont la plus pernicieuse a pour conséquence un cercle vicieux bien connu, qui s'appelle tirer, et j’indique l'idéal, à savoir la simple indication par fermeture des doigts. Cette dernière peut être suffisante pour toute la vie du cheval en ce qui concerne un grand nombre d'exercices depuis ses débuts jusqu'à sa vieillesse, à la condition expresse, très rarement remplie, que son éducateur ou son utilisateur aient su éviter toute résistance de bouche.

En attelage, le risque de « tirer » est grand puisqu’en dehors des « simples indications », seule une action de main d’avant en arrière est possible …

La main en équitation et en attelage

  • La main en équitation interroge la bouche du cheval. La bouche est le point de convergence ou le point de départ des contractions et de la mauvaise humeur. En attelage aussi ;

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

nesti :
Le 04/12/2010 à 10h57

Quand on commence un article d'équitation par une citation d'Étienne Beudant, c'est que tout va bien!
Je suis très heureux de trouver dans ce magazine un article écrit par Jean-Yves Le Guillou qui est pour moi, actuellement, un des meilleurs auteurs adeptes d'une équitation de légèreté (montée ou attelée).
A découvrir, son site internet "http://www.autoposture.com/"

pinpin :
Le 08/12/2010 à 20h31

Un stage avec Jean Yves Le Guillou du "pur bonheur".
Des sessions de formation au printemps sont organisées en France :
Au Haras de Kerhors contact : duhameldominique@aliceadsl.fr
Au Haras de Cluny contact : guy.mahieu@wanadoo.fr
Plusieurs thémes programmés possibles :
L'usage des piliers et de la bride en équitation baroque, initiation
L'équitation par l'auto-posture
Affiner la main du meneur
Bonne réception et encore bravo à CHEVAL SAVOIR

laetitia :
Le 18/12/2010 à 16h11

La Rédaction se réjouit, chers lecteurs, que vous approuviez notre choix de publier des sujets traités par Jean-Yves Le Guillou, dont nous connaissons de longue date les qualités. Vous le retrouverez donc souvent dans votre revue Cheval Savoir.

Bien cordialement

Laetitia Bataille

Article publié le 27-11-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés