Accueil » Savoir pratique Obstacle

Communiquer avec son cheval par la position

Par Max Thirouin
Cavalier International de CSO.



N°16 Décembre 2010
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Pour le saut d’obstacles, votre position peut être votre moyen de communication avec votre cheval le plus fort et le plus précis ! Cela permet en outre de garder l'utilisation des mains pour d'autres demandes.

Apprendre à communiquer par la position demande du travail et de la rigueur mais cela en vaut la peine !

Il est nécessaire d’apprendre au cheval à ressentir les différentes positions importantes : frein, accélérateur, maintien de l’allure.

Les éthologues utilisent et enseignent actuellement avec beaucoup de savoir-faire les moyens de communication avec le cheval. A pied et en longe, le mouvement de l’homme à côté de son cheval est mis en avant. Bien sûr, la voix ou le fouet sont utiles, mais ils ne doivent être présents que pour accompagner un ordre donné par le mouvement du corps de l’homme.

En main, à la longe, en selle...

En main : apprenez à votre cheval à marcher à vos côtés. La longe qui vous permet de le maintenir ne doit pas être utilisée comme moyen de traction vers l’avant lorsque vous commencez à marcher. De même, elle ne doit pas être le frein qui oblige le cheval à s’arrêter lorsque vous le désirez. Prenez le temps de faire marcher votre cheval à votre rythme. Si vous vous immobilisez, il doit rester immobile. Dès que votre corps effectue un mouvement vers l’avant, il doit en faire de même.

«Le cavalier doit maintenir son corps en place et pouvoir aider son cheval dès la première battue suivant la réception»

Respectez aussi l’emplacement de chacun. Vous êtes sur une trajectoire normale, et le cheval doit rester sur une trajectoire parallèle et légèrement en retrait et à votre droite. Si vous avancez lentement de cinq mètres, il doit avancer lentement de cinq mètres. Vous commencez à accélérer, il doit accélérer au même rythme. Vous vous arrêtez, il doit s’arrêter sans vous dépasser et sans se mettre de travers. Puis il doit attendre la prochaine demande…

En longe : vous devez communiquer avec votre corps. Lorsque le cheval est « normalement » détendu, vous devez pouvoir le faire accélérer seulement en vous grandissant en bombant le torse et en écartant les bras, puis le ralentir en vous faisant plus discret, en le lui faisant sentir par des bras plus bas et un corps plus « petit ».

Monté, les possibilités de communication sont encore plus importantes. Nous allons les développer.

Pour une rapide et bonne réussite de ce moyen de communication, relisez l’article « Apprendre au cheval à apprendre ».

Les fondamentaux

Frein et accélérateur sont les deux fondamentaux en équitation. La réussite en saut d’obstacles n’est possible que si vous construisez des bases solides autour de ces deux critères.

La direction est elle aussi très importante, mais elle ne peut être bonne que si les deux éléments précédents sont en place. Seul le travail réalisé avec beaucoup de rigueur permettra de les rendre plus importants, et surtout plus précis. Ce travail vous permettra d’apprendre à doser leur emploi.

Les deux positions actives

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 22-12-2010

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés