Accueil » Médecine vétérinaire

La fourbure : la comprendre pour mieux la prévenir

La fourbure est une maladie grave. Elle est très souvent liée à des causes alimentaires, et notamment à une surconsommation d'herbe riche au printemps. Dans certaines régions toutefois, on rencontre d'ailleurs autant de cas de fourbure de prairie (ou même davantage) en automne.
La fourbure peut également avoir d'autres causes, et survenir notamment à la suite d'un poulinage.
Mais la fourbure n'est pas une fatalité : la prévention est primordiale dans cette pathologie complexe, autour de laquelle circulent de nombreuses idées reçues. Faisons le point.

Les lésions occasionnées par la fourbure sont particulièrement douloureuses et invalidantes pour le cheval. Cette affection doit être considérée comme une urgence médicale et traitée comme telle. Elle nécessite un traitement de longue durée. Ses conséquences peuvent compromettre la carrière sportive d'un cheval ou même parfois la vie des animaux les plus sévèrement atteints. La fourbure est d'ailleurs souvent citée comme deuxième cause de mortalité dans l'espèce équine, juste derrière les coliques. Il convient donc de déceler rapidement la fourbure et de la prendre en charge de manière adéquate. En effet, la rapidité des soins favorise le pronostic. Mais la fourbure a, hélas, souvent déjà progressé au moment où les premiers signes cliniques sont détectés. Par conséquent, il est essentiel de connaître les facteurs de risque de cette maladie, afin d'adopter les mesures préventives appropriées.

Parmi celles-ci, l'alimentation joue un rôle capital. Les erreurs alimentaires sont en effet responsables de plus de la moitié des cas de fourbure, particulièrement en prairie. Attention, l'herbe de printemps est un facteur de risque important et cette période de l'année mérite donc toute notre attention.

Les mécanismes de la fourbure sont complexes

La fourbure est une inflammation du pododerme (d'où la dénomination " pododermite aseptique diffuse " parfois utilisée). Elle se produit lorsqu'il y désagrégement entre le feuillet du kéraphylle et celui du podophylle. Le kéraphylle est le tissu recouvrant la face interne du sabot, tandis que le podophylle entoure les structures internes du sabot (3ème phalange, tendons, ligaments,…). Ces deux structures adhèrent, en principe, fortement l'une à l'autre car elles sont toutes deux composées de centaines de lamelles imbriquées, un peu comme s'il s'agissait d'un velcro. Ce dispositif assure un maintien solide entre les structures internes du pied (3èmephalange, tendons, ligaments,…). En cas de fourbure et donc de détachement entre ces feuillets, les structures internes du pied se désolidarisent de la paroi du sabot. Sous l'influence du poids du cheval et des forces de tractions, la troisième phalange, principale composante osseuse contenue dans le sabot, se déplace dans la boîte cornée. Ces déplacements sont responsables de lésions au niveau des autres tissus présents dans cette zone (des vaisseaux sanguins, par exemple). Selon les circonstances, la fourbure peut être bilatérale, le plus souvent au niveau des membres antérieurs. Elle ne touche parfois qu'un seul pied ou parfois les quatre.

Le galop à faux
Cliquez pour zoomer Un cas de fourbure grave, ayant entraîné une déformation des sabots. © L.Bataille

Reconnaître les symptômes

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier