Accueil » Savoir pratique Dressage

De la théorie à la pratique : l'utilisation des outils théoriques pour corriger les difficultés concrètes

Par Pierre Beaupère
Cavalier professionnel et Professeur de Dressage.


N°17 Janvier 2011
3 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Beaucoup d'ouvrages que nous ont laissés les Maîtres semblent venir d'un « monde parfait » où le cavalier ne serait jamais confronté à la moindre difficulté" !
Or, tout cavalier, quelle que soit la méthode qu'il suit et la bonne volonté qu'il mettra à en appliquer les principes, se verra un jour ou l'autre confronté à des problèmes dus à une erreur de sa part, à son manque d'expérience ou aux difficultés physiques ou mentales de son cheval.

Comment passer de la théorie à la pratique ?

La variété de problèmes et de difficultés que nous pouvons rencontrer à cheval, que ce soit durant notre propre progression ou durant le dressage de nos compagnons, est infinie. Comme j'en avais déjà exprimé l'idée, la plupart des méthodes d'équitation et des livres écrits sur le sujet s'en tiennent à une progression logique et rationnelle visant à faire évoluer notre cheval tout en nous évitant autant que possible de rencontrer résistances et défenses.

Face à l'impossibilité pour un auteur d'énumérer la correction à apporter à l'ensemble des cas de figure pouvant se présenter à un cavalier ordinaire, la plupart ont pris le parti de ne s'en tenir qu'à une sorte d'idéal de progression.
Si avec le temps et l'expérience, le cavalier parviendra de plus en plus rapidement à passer au travers des difficultés et y apporter la correction qui convient, force est de constater que beaucoup d'ouvrages que nous ont laissé les Maîtres semblent venir d'un « monde parfait » où le cavalier qui respecte la méthode ne sera jamais confronté à aucune difficulté.

«Beaucoup des difficultés que nous sommes amenés à rencontrer au cours d'une vie équestre sont relativement simples à corriger, à condition d'utiliser le bon outil»

En effet, on retrouve bien souvent un ton presque accusateur de la part des auteurs lorsqu'ils nous mettent en garde « si le cheval se défend ou que les choses ne se passent pas comme prévu, c'est que vous ne faites pas ce qu'il faut. » Ils ont raison. Mais ils sont aussi très éloignés de la pratique quotidienne de la plupart des cavaliers qui font de leur mieux pour appliquer les conseils prodigués par leur coach ou par les auteurs qu'ils ont lus et qui n'avaient pas pu prévoir tout ce qui pourrait mal tourner en cours de route.

Pierre Beaupère
Mon Maître Elisabeth de Walsche, élève du Maître Oliveira durant 17 ans. C’est à elle que je dois ma vocation et ma volonté de transmettre mais aussi certains des plus beaux moments que j’ai passés à cheval. © Jean-Marie Acchiardo

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

laponia :
Le 22/01/2011 à 15h58

Encore un article très enrichissant, merci.

Je discutais justement de ce point avec une des monitrices aujourd'hui, je rencontre parfois des points de difficulté comme l'action des mains par exemple, et à lire les uns les autres il y a toujours UNE méthode à appliquer, chacun ayant raison et le reste tord. Je ne pense pas que ce soit vrai et c'était la conclusion du débat. Il est plus intéressant de mixer différentes approches, de tester (même si ça semble étrange au premier abord) et d'appliquer celles-ci suivant les situations.
Donc tant que l'approche va vers le cheval, je pense donc qu'il ne faut pas s'arrêter sur une seule méthode parce qu'elle vient d'un grand maître, d'un chuchoteur connu ou d'un autre professeur.

Une petite erreur de répétition des premiers paragraphes dans l'article. ;)

guapa :
Le 07/02/2011 à 11h12

bonjour
j'ai des petits soucis avec ma jument
1er problème
j'ai une jument espagnol de 6 ans ,elle a des difficultés à se poser sur la main ,elle résise en allogeant l'encolure , au trois allure, elle se stabilise un peu mieux vers la fin du travail!!
Elle a toujours fait cela depuis son débourrage et je n'arrive pas à résoudre ce problème !!
2eme problème
quand elle a peur de quelques choses ou qu'elle voit des autres chevaux ,elle s'excite( toujours avec des gris,alors qu'elle travaille avec d'autres ) elle part en saut de mouton trés haut et je n'ai pas le temps de l'a renvoyer en avant que je suis déjà parterre ; avant les sauts étaient plus doux et là je pouvais la posser en avant mais la ce n'est pas possible !!
elle fait ces sauts de moutons trés haut de gaitée en partant du trot ,du galop à la longe ;c'est meme genant car s'est un vrai cheval de rodéo ,et elle ne travaille plus
dois-je la laisser de se défouler et commencer le travaille aprés ,mais elle est déjà en sueur d'excitation
elle est en paddock tous les jours ,je l'a monte 3 à 4 fois par semaine
de c'est 4ans à il y a un semaine je n'avait aucun problème !!
que dois-je faire?
merci
fabienne meigneux
que dois-je faire ?

patrice :
Le 06/09/2011 à 22h33

Bonsoir Pierre,

Il est un problème dont je n'ai encore jamais parlé et qui, je suis sûr, freine la progression de mon cheval. Il est braqué à droite et tend donc difficilement la rène gauche. Pour avoir un contact identique dans chaque main, il est donc plié à gauche.
Comment régler cette difficulté ?

Merci.

Article publié le 07-01-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés