Accueil » Entretien du cheval

Trop gros, trop maigre ?
Estimez le poids et l'état corporel de votre cheval...

Le rationnement du cheval est un mélange de théorie et de pratique. C’est la juste combinaison de ces deux types de connaissances qui permet de répondre à la demande physiologique du cheval.
Cheval Savoir entame une série d’articles ayant pour objectif de vous permettre de poser un diagnostic juste sur la qualité du rationnement de vos équidés.
Pour ce faire vous devez mobiliser trois grands types de savoirs :

1 - Le premier est relatif au cheval lui-même. Il s'agit de :
  • préciser le poids du cheval, car les tables d'apports recommandés prennent systématiquement cette variable en compte;
  • porter un jugement sur l'état corporel de l'animal afin d'évaluer la nature des réserves disponibles permettant de faire face aux besoins. Lors de cette étape, on portera également un jugement sur la qualité du poil, la dentition (surdents) et l'état musculaire;
  • caractériser aussi précisément que possible l'état physiologique de l'animal afin d'en affiner les besoins. Cette étape renvoie à la connaissance de l'utilisation des tables de rationnement.

2 - Le second type de connaissance concerne les caractéristiques des grandes familles d'aliments. :

Il s'agit de déterminer ceux qui s'avèrent les plus aptes à satisfaire les besoins exprimés dans l'étape précédente. L'état physiologique oriente vers des rations valorisant plus ou moins les fourrages, permettant la fabrication de protéines à des degrés variables, ou répondant à des filières énergétiques de nature très différentes en fonction de l'effort fourni. Le choix des aliments reste cependant un compromis entre une réalité souhaitable et un possible découlant des capacités d'approvisionnement ou des prix des matières premières.



3 - Le troisième type de connaissance porte sur la maitrise des particularités de la digestion du cheval :

En effet, les modalités de distributions des aliments : quantité par repas, nombre de repas, ordre de distribution, prise en compte du rythme journalier de travail du cheval, sont autant de facteurs qui influent sur l'efficacité de la digestion du cheval.

Si la maitrise de ces trois types de connaissance est indispensable pour optimiser un rationnement, l'analyse critique de la situation actuelle se satisfait de la maîtrise du point 1. C'est pour cette phase que Cheval Savoir à l'ambition de vous rendre autonome. En sachant vous-même si la ration de votre cheval est équilibrée ou non, vous évaluerez plus justement la nécessité de faire appel à un spécialiste pour une correction éventuelle. Dans cet article nous allons aborder les points-clef pour estimer le poids et l'état corporel du cheval.


This text will be replaced

Comment connaître le poids d'un cheval ?

Cette question semble peut être un peu archaïque mais elle constitue la base d'un bon rationnement. Il est curieux de constater que deux types de professionnels s'intéressent de près à cette question : les bouchers chevalins et les plus grands haras de pur sang. Il n'est pas rare que dans ces établissements, on dispose d'un pont bascule électronique afin de déterminer le poids de forme du cheval. Cette donnée est essentielle pour le suivi de l'entraînement et la gestion du programme de course.
De tels équipements se trouvent dans des coopératives agricoles, dans certaines cliniques vétérinaires ainsi que dans des sites des Haras Nationaux. La liste des sites HN proposant cette prestation peut être obtenue au 08 11 90 21 31.
A défaut de disposer de tels équipements, on peut estimer le poids du cheval grâce à des formules dites de barymétrie mises au point par l'INRA. Il faut alors disposer d'une toise et d'un mètre ruban.
Pour utiliser ces formules il convient de positionner le cheval sur un sol plan et ferme, et de procéder à la mesure de sa hauteur au garrot et de son périmètre thoracique. (Voir vidéo)
Les formules à utiliser dépendent du type d'animal (sang ou trait) ainsi que de l'état physiologique. Ainsi pour les chevaux plutôt courts et compacts, souvent de races lourdes, le poids dépend principalement du périmètre thoracique. Chez les chevaux de sang, la précision de l'estimation est améliorée par la prise en compte du périmètre thoracique.

Toiser un cheval
Cliquez pour zoomer Toiser un cheval © L.Bataille

Périmètre thoracique en centimètres du cheval
Cliquez pour zoomer Mesurer le périmètre thoracique en centimètres du cheval © L.Bataille

D'une manière générale, ces formules (voir encadré 1) permettent d'approcher le poids du cheval à 25 kg près. Cette imprécision est liée aux particularités anatomiques de chaque cheval, mais découle également des variations individuelles de l'état d'engraissement.
Cheval savoir met à disposition un module de calcul automatique. Précisez le type du cheval : sang ou trait, et l'état physiologique, rentrez vos mesures en Cm et Cheval Savoir fait le reste !

Les formules sont les suivantes :

Chevaux de selle

  • Jument poulinière :
    Poids vif en Kg = 5.2* périmètre thoracique en centimètre + 2.6* hauteur au garrot en cm -855
  • Cheval au travail :
    Poids vif en Kg = 4.3* périmètre thoracique en centimètre + 3.0* hauteur au garrot en cm -785
  • Cheval en croissance : 6 mois à 4 ans,
    Poids vif en Kg = 4.5* périmètre thoracique en centimètre -370

Chevaux de trait

  • Jument et entiers :
    Poids vif en Kg = 7.3* périmètre thoracique en centimètre -800

Le ruban barymètrique commercialisé par les Haras Nationaux permet également d'estimer les poids des chevaux en croissance dans la fourchette d'animaux de 6 à 36 mois. Il permet une lecture directe sur le ruban du poids de l'animal.

L'estimation de l'état corporel du cheval

L'estimation de l'état corporel du cheval est nécessaire pour affiner le calcul de ration. En effet, pour faire face à ses besoins, le cheval dispose de deux voies possibles. La première est bien sûr de valoriser l'apport alimentaire. La seconde consiste à puiser dans ses réserves. Ainsi un cheval réalisant une course d'endurance de 160 Km ne fera pas face à cet effort uniquement grâce à l'apport alimentaire du jour. En effet, celui-ci est relativement modéré. Le cheval puisera dans ses réserves (et principalement dans les réserves adipeuses) pour répondre à la demande énergétique.
De la même manière, si une jument gestante aborde l'hiver en mauvais état corporel, son rationnement devra en tenir compte, afin de couvrir les besoins du fœtus, mais également ceux de la remise en état de la mère.
L'estimation de l'état corporel et l'utilisation de tables d'apports recommandés sont deux facettes indissociables du rationnement pratique des chevaux.
L'INRA, les Haras Nationaux et l'Institut de l'Elevage ont élaboré une plaquette intitulée " Notation de l'état corporel des chevaux de selle et de sport " dont voici les principales conclusions. L'état corporel peut être apprécié soit de manière visuelle, soit en procédant à des palpations sur des régions anatomiques bien choisies.

Evaluer par palpation

Je ne suis pas sûr que l'œil du soigneur engraisse le cheval comme le dit le proverbe ! En revanche, sa main oui. En effet, un état musculaire avantageux ou au contraire un poil d'hivers très fourni peut induire l'observateur en erreur. En posant la main sur des sites anatomiques précis, on limite les erreurs de ce type.
Les points de maniement sont les suivants :

Le chignon (bord supérieur de l'encolure), le garrot, la ligne du dos, l'attache de la queue, l'arrière de l'épaule, et les côtes.
En pratique, on apprécie par palpation l'étendue du dépôt adipeux sous cutané, son épaisseur et sa consistance en faisant vibrer le dépôt graisseux.

Toiser un cheval
Cliquez pour zoomer Palper le chignon, ici, un modèle plutôt pauvre en matières adipeuses © L.Bataille

Périmètre thoracique en centimètres du cheval
Cliquez pour zoomer Un chignon plus fourni, que l'on peut bien prendre à pleine main © L.Bataille

Le site le plus simple et le plus révélateur des différences d'état corporel reste les côtes. La notation de l'état corporel s'établit de 0 à 5. Les notes les plus basses correspondant aux chevaux sous- nourris, les plus hautes aux chevaux sur-nourris.

L'arrière de l'épaule, une zone révélatrice des dépôts adipeux
Cliquez pour zoomer L'arrière de l'épaule, une zone révélatrice des dépôts adipeux © L.Bataille

Le tableau suivant indique, pour les principaux sites de palpation, les observables ainsi que les notations qui en découlent.

  Note 1 Note 2 Note 3 Note 4 Note 5
Cotes Très apparentes Se devinent sous la peau Peu palpables Impalpables Recouvertes d'un épais matelas roulant sous la main
Arrière de l'épaule Creux Présence d'un mince dépôt adipeux Dépôt adipeux bien délimité Dépôt épais et mou Très bombé
Chignon A peine apparent Visible, un léger sillon à la base Chignon bien délimité Chignon épais Chignon arrondi et noyé
Attache de queue Vertèbres saillantes Vertèbres à peine visibles Leger dépôt adipeux Dépôt adipeux épais et mou Massive, noyée dans un tissus gras

Objectiver ses observations

En conclusion, la connaissance des bases théoriques du rationnement ne doit pas nous faire oublier de palper nos chevaux pour mieux cerner leur état d'engraissement. Le rationnement reste en effet un exercice de terrain devant se traduire par un mieux être du cheval, une plus grande résistance à l'effort et une meilleure adéquation à l'utilisation qui en est faite. Trop nourrir n'est pas mieux aimer son cheval. Ainsi de trop nombreux poneys, dont les facilités d'entretien ne sont plus à démontrer, souffrent-ils de suralimentation.
Le suivi de l'état corporel permet d'objectiver ses observations, de les noter pour conserver une trace de l'évolution de chaque cheval. Ces observations relativement simples vous apprendront à vous rapprocher de votre cheval et de mieux cerner ses véritables besoins.

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier