Accueil » Savoir Pratique Attelage

Affinement de la main du meneur (III)

Pour clore cette série de trois articles, voici quelques exemples d’exercices pour le cheval qui corrigent les postures d’attelage fautives et qui affinent les doigts du meneur.
Bien des meneurs vont sursauter : « Ces exercices concernent le dressage, et non l’attelage et c’est trop compliqué pour nous » (je reviendrai sur ce point).
Quelques mots sur deux défauts de posture du cheval d’attelage et leurs correctifs, simples, et à la portée de tous.

Au point de vue spatial, l’écuyer se trouve, exceptionnellement, à l’épaule, pour trois exercices correctifs qui permettent de remédier à deux défauts de postures du cheval d’attelage : la pirouette renversée et l’épaule en dedans et un exercice correctif « maison ».

Premier défaut 

Le cheval d’attelage ne soutient pas son encolure et il pèse à la main.

Remèdes : le pas ralenti à l’extrême et l’épaule en dedans.


Vous avez tous vu des chevaux d’attelage qui laissent s’affaisser leur encolure. Ces avachis sont laids et le meneur est bien démuni, il ne peut que résister avec les doigts, mais il ne peut pas « corriger » (corriger dans le sens de « mettre, ou remettre, dans le droit chemin », pas dans le sens de « punir »). Le cheval fait une résistance de poids (voir dans l'article du mois dernier la définition et la perception de cette résistance par la main).

N’accusons pas le cheval ! Le meneur doit bien distinguer le cheval qui ne veut pas et le cheval qui ne peut pas.
Ici, dans la plupart des cas, le cheval ne peut pas. Ce cheval ne peut pas soutenir son encolure, parce que la base de cette encolure n’a pas été musclée et relevée. Il aurait besoin, pour améliorer un peu sa posture, d’aides de soutien… aides de soutien que nous n’avons pas à l’attelage.

Attelage
Les hasards de la photo permettent de voir sur cette même image d'un tandem deux attitudes différentes : on voit clairement que le leader se soutient magnifiquement, base de l'encolure relevée, postérieurs très engagés, tandis que le wheeler a relevé la tête et creusé son dos... au moment de la prise de vue. © L.Bataille

Le pas ralenti à l’extrême et l’épaule en dedans ont les mêmes vertus : ils musclent la base de l’encolure et la relèvent. La transformation de la musculature est rapide et…le cheval attelé porte alors fièrement son encolure, tout simplement parce qu’il n’a plus d’effort à faire : il fait le beau tout seul.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

4 commentaire(s) »

nitoche :
Le 14/02/2011 à 18h39

Cavalière de dressage depuis de ...nombreuses années et venue a l'attelage sur le tard ,je comprends parfaitement votre article.Mais je le crois un peu rébarbatif pour tout meneur de "loisir" !!!
Et pourtant quel plaisir que de faire une belle promenade avec un cheval sur la main .Aussi j'encourage tout meneur à bien comprendre les bases que vous conseillées .Merci

nesti :
Le 30/03/2011 à 10h35

J'ai toujours pratiqué les longues-rênes sans jamais oser me séparer du surfaix avec anneaux mais votre article m'a convaincu de tenter l'expérience au moins une fois... pour voir. Eh bien bravo et merci, car le résultat est tout à fait conforme à ce que vous décrivez et j'ai l'impression que mon cheval a également beaucoup apprécié cette nouvelle façon de travailler.
Au plaisir de vous lire à nouveau.

mariefrance :
Le 02/04/2011 à 23h21

Oui, cela peut paraître rébarbatif, mais il est essentiel de travailler le cheval aux longues rênes, mais aussi dans l'exercice de l'épaule en dedans . Le cheval trouve aussi des figures moins monotones et prends gout à ce genre de jeu. J'ai un cheval qui se soumet et une fois dans les traits il fait son " boulot", je lui ai donné le goût du jeu sans la monotonie, avec son compagnon (j'attelle en paire) il est mon maître école car l'autre joue beaucoup .Je m'applique bien aux longues rênes du coup même si nous avons encore à progresser cela fait un attelage leger et beau à entendre et regarder.

noospy :
Le 09/09/2014 à 10h50

Merci,
Pour ma part je pense que rien n'est rébarbatif pour qui veut bien faire.Que ceci est un article de travail, clair et explicite pour qui n'as pas de professeur à la maison et qui veut mieux faire, en plus dans cette esprit de légèreté qui me plait tant.

Article publié le 09-02-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés