Accueil » Tribune Cheval Savoir

La France croit-elle encore en son Dressage ?

Par le Colonel Christian Carde*

N°18 Février 2011
7 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Notre Conseiller technique, le Colonel Carde, s'exprime ce mois-ci à la Tribune de notre revue sur les vraies raisons du manque du dressage français en compétition internationale depuis d’assez longues années...
description

Le hasard m’a fait prendre connaissance d’un dossier paru dans un magazine équestre sérieux du mois de janvier. Il y était question de savoir ce qui n’allait pas dans notre malheureux Dressage.

Pour m’être investi longtemps dans cette discipline, c’est toujours avec beaucoup de curiosité que je prends connaissance de ce genre de sujets et des explications que l’on donne au manque de succès qui poursuit notre dressage depuis d’assez longues années.
Et ce sont nos grands juges qui portent le diagnostic, ceux qui exercent une influence déterminante sur le présent de la discipline.

Illustration article
A gauche un grand champion récent, et une jument célèbre, Matiné, médaille de bronze dans le Grand Prix et médaille d’argent dans la Kur aux Jeux Equestres Mondiaux d’Aix-la-Chapelle en 2006. A droite, Catherine Henriquet représentant la France aux JO de Barcelone 1992. Il y a en effet, rassembler et rassembler ! © Coll. Cl. Carde

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

7 commentaire(s) »

beatricelemeri :
Le 15/02/2011 à 23h52

Mon cher colonel, quels pourraient être les moyens de faire "contre poids"?
Car avant même de penser international, nous observons cet écart dés lors que nous prêtons attention à l'enseignement tel qu'il existe à l'heure actuelle dans bon nombre d'écoles d'équitation. Comment donc renouer avec l'équitation classique dite de légèreté qui fut la fierté de l'école française?

laetitia :
Le 16/02/2011 à 17h42

Le Colonel Carde nous a demandé d'insérer la réponse à votre question, que vous lirez ci-dessous.
L.B.

Vous posez, Béatrice, la bonne question. Et il est difficile d’y répondre en peu de mots car il faudrait faire un état des lieux de l’équitation pratiquée dans notre pays, ce qui serait assez long et auquel aucune autorité du moment ne voudra procéder de peur de souligner de graves carences.
Alors en peu de mots, avec humour mais sérieux, voici les grandes lignes de ce que je crois :
- Faire classer l’Equitation de Tradition Française au patrimoine culturel ..de la France. C’est possible si la FFE et l’IFCE s’entendent sur ce projet. Nous avons les connaissances, les moyens et les structures.
- Elever le niveau de l’équitation pratiquée dans les centres équestres de manière que des cavaliers de haut niveau puissent émerger de la base, ce qui n’est pas le cas actuellement. Pour cela un moyen très simple : exiger de nos moniteurs qu’ils sachent mettre un cheval sur la main et l’enseigner. Et ceci devrait constituer l’essentiel de leurs examens ( BPJEPS ou autres) J’avais déjà répondu en ces termes à une question analogue dans un numéro de « L’Eperon » il y a déjà plus de dix ans…disant que là où il y avait une volonté un chemin était tracé.
Bien amicalement.
CC

windy :
Le 19/02/2011 à 10h28

ce qui m'etonne dans le CE, ou mon cheval est en pension, c'est que tout le monde pense exclusivement aux saut d'obstacle.

les moniteurs ont instaurés à partir du galop 5 une alternance dressage,saut d'obstacle.

mouvement de desaprobation collective de la part des jeunes.

mais à la fin du court quand j'entend les commentaires je crois qu'il ne faudrait pas grand chose pour declencher leur interet et leur envie de progresser.


hier une eléve monitrice à reussi, pendant le cour qu'elle prenait avec une senior, à faire un petit galop rassemblé avec son cheval, c'etait la première fois, et elle etait emerveillée.

ce sont toutes ces petites choses qui pourraient motiver la base.

mais il faudrait aussi que les CE possedent des chevaux capable de faire du dressage.

aurelielenglet :
Le 21/02/2011 à 11h09

la comparaison aurait pu être bonne aussi de mettre la photo de Totilas au piaffer à la place de celle de Matiné ??
Comparer le piaffer d'un "ibérique" avec un très bon cavalier et celui d'un cheval "nordique" est un peu trop facile , il suffit de savoir choisir les photos....
Pourquoi ne pas accepter d'évoluer avec la discipline ?
Prôner la légèreté c'est très bien pour le haut niveau,car les cavaliers ont le sens de la locomotion etc mais je peux vous dire qu'à petit niveau ( c'est à dire plus de 3/4 des cavaliers...et des enseignants) celà fait beaucoup de dégâts !!

laetitia :
Le 22/02/2011 à 00h43

Réponse du Colonel Carde à Aurélielenglet.

La question n’est pas de savoir si c’est facile ou pas de comparer le piaffer de Matiné avec celui du cheval de Catherine Henriquet, elle est de s’accorder (ou de ne pas …) sur ce qui est beau et juste ou pas. Le rassembler de Matiné n’a pas été choisi au hasard, il a figuré de nombreux mois sur la page Dressage du site de la FEI. Sans doute comme exemple….Là est le problème !
Pour ce qui est de savoir si la légèreté est dommageable au petit niveau je vous dirai ceci :
- pensez-vous qu’en apprenant aux néophytes à « tirer dessus » ils bifurqueront un jour vers la légèreté ?
- croyez vous que les erreurs commises au nom de la légèreté soient plus graves que celles commises dans une équitation pleins bras ? Si vous avez un doute, mettez-vous à la place des chevaux…si je puis dire.

Enfin, voici une photo très récente de notre ami Totilas au trot allongé parue dans la revue Allemande StGeorg. Très belle, correspond-elle cependant à ce qui est prescrit au règlement FEI concernant le trot allongé ? Et à la mise en main ?

totilas

Que le dressage évolue c’est incontestable et, sans doute, souhaitable. Par contre il faut jalonner l’évolution en disant ce qui est bien et ce qui ne l’est pas. Si l’on veut jouer à un jeu il faut appliquer la règle du jeu, sinon c’est un jeu de dupes. Désolé, mais tant qu’elle ne change pas j’applique la règle du jeu, et, pour l’heure, elle me convient tout à fait.

philippeboiret :
Le 14/04/2011 à 09h11

Mon Colonel,

Avec tous les "bémols" qu'il faut mettre sur la critique des photos peut-on rapprocher cette photo de Totilas à la photo célèbre de Robersart monté par Etienne Beudant au trot à extension soutenue ?

Merci

C.Carde :
Le 03/07/2011 à 16h53

Pardon, ami Boiret, je n'étais plus revenu sur cet article.
Bien entendu on peut comparer le trot de Totilas avec celui de Robersart. Mais c'est difficile car il faut savoir de quels trots il s'agit dans l'un et l'autre cas. Pour Robersart, c'est un trot à extension soutenu. Pour Totilas?
Quoi qu'il en soit la grande différence est dans la mise en main et l'action des postérieurs.
Robersart est en filet et conduit au poids de la rêne.Totilas est en bride et les rênes sont très tendues.
L'arrière main de Robersart est en place et le postérieur droit vient très fort dessous. les jarrets de Totilas sont plutôt loins. Voilà ce que je vois.Dans un cas on est dans l'art équestre classique où prime l'harmonie. Dans l'autre dans l'art équstre moderne ( si je puis dire...) qui se doit de faire la part belle au spectaculaire.

Article publié le 13-02-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés