Accueil » On en parle

Dressage à Göteborg : Adelinde Cornelissen domine

Göteborg était l'avant-dernière étape de la Coupe du Monde de dressage Reem Accra/FEI, avant 's-Hertogenbosch et la finale de Leipzig.
Une étape entièrement dominée par Adelinde Cornelissen, qui gagne le Grand Prix et la Kür.

On se souvient des larmes d'Adelinde Cornelissen à Lexington, lorsqu'elle n'avait pu prendre part à l'épreuve, son cheval ayant du sang dans la bouche ; la cavalière batave s'est bien rattrapée depuis avec cette quatrième victoire dans le circuit de la Coupe du Monde de cette année. Elle est évidemment assurée d'aller à la finale de Leipzig et abordera sereine l'avant-dernière étape à 's-Hertogenbosh.

Sans le module Gal/Totilas, la concurrence a repris ses droits, et la lutte tourne en rond entre Adelinde Cornelissen, le suédois Patrick Kittel, Isabell Werth, et Ulla Salzberger quand elle est là (ce qui n'était pas le cas à Göteborg).

Vendredi, Adelinde Cornelissen gagne le Grand Prix, suivie de Patrick Kittel avec Watermills Scandic. En troisième place, Isabell Werth avec Warum Nicht, suivie de Jenny Schreven avec Krawall, pour la Hollande.

Adelinde Cornelissen
Un cheval "guerrier" ! A Göteborg ce week-end, Adelinde Cornelissen gagne le Grand Prix et la Kür. ©Matilda Hjertstrand/Fédération Equestre Suédoise.

Samedi, pour le Grand Prix Kür, on prend les mêmes et on recommence, sans même inverser l'ordre : première Adelinde Cornelissen, avec 82,875% ; elle prend la tête du classement provisoire de la Coupe du monde. Deuxième, Patrick Kittel, troisième Isabell Werth, quatrième Jenny Schreven... Exactement le même classement que la veille.
Avec une note de 81,025% Patrick Kittel bat son propre record. Il a exprimé sa joie d'avoir franchi en terre suédoise, sa patrie, cette barre fatidique des 80% : "J'ai été très surpris ! C'est quelque chose dont je n'osais pas rêver", a-t-il confié, "et c'est merveilleux que cela ait eu lieu ici même à Göteborg".
Pour la petite histoire, Adelinde Cornelissen a dû se présenter à la remise des prix avec un autre cheval que Parzifal. Un cheval émotif lui aussi, semble-t-il (alors que Parzifal a fait de gros progrès de ce côté-là) puisque la cavalière victorieuse n'a pas pu le maîtriser, et qu'il a fallu l'aide d'un volontaire pour tenir la rêne de bride et immobiliser le cheval durant l'hymne national. Dressage, dressage...

Lire ou relire en rubrique "Tribune" de Cheval Savoir l'article de Nelly Valère sur les chevaux "guerriers" du dressage.

CSI Göteborg
0 commentaire(s) »
Article publié le 27-02-2011

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire