Accueil » Connaissance du cheval

L'impact du poids du cavalier

Par Annette Rancurel, Ingénieur en technologie de l'information*


N°19 Mars 2011
12 Commentaire(s)
Imprimer cet article

De nombreux cavaliers, notamment ceux qui sont grands et lourds, se soucient d'un éventuel excès de poids infligé au dos de leur cheval. Cette préoccupation se rencontre notamment parmi les cavaliers de loisir et/ou de randonnée, qui restent longtemps en selle, et montent souvent des chevaux de taille moyenne (ibériques, double-poneys).
Dans le courrier reçu à Cheval Savoir, certains lecteurs posent la question de la selle (une selle synthétique, plus légère qu'une selle en cuir, est-elle préférable ?) Un cheval de petite taille peut-il être porteur ? Fait-il, lorsque l'on a un doute, réduite les temps de galop, voire de trot ?

Tapis à capteurs
Tapis à capteurs : dispositif de mesure des pressions exercées sur le dos du cheval par l'ensemble selle/cavalier. © Coll. Annette Rancurel

Dans tous les cas, et en particulier avec un cavalier grand et lourd, il incombe au cavalier une double responsabilité : celle de perfectionner son équitation, et celle de s'assurer que sa selle est parfaitement adaptée à son cheval. Ce dernier point est incontournable car une adaptation imparfaite entraîne des zones localisées de surpression lourdes de conséquences pour le cheval. Il est primordial que la selle soit adaptée à la morphologie du cheval, et que cela se vérifie également en mouvement.

Ensuite, l'important pour le cheval est moins le poids du cavalier que la force que celui-ci exerce sur son dos à chaque instant. Cette force est bien sûr fonction de la pression exercée par la selle et de la surface d’appui de celle-ci, mais aussi de la façon dont le cavalier gère les mouvements du cheval, et concrètement les accélérations produites à chaque instant selon les trois dimensions.

«Le ratio force exercée/poids du cavalier peut varier entre 1,8 et 5,5 au trot assis, et pas forcément plus au galop»

Cette force exercée sur le dos du cheval varie naturellement selon que le cavalier soit au trot assis ou enlevé ou au galop assis ou en suspension. Mais surtout en fonction de son liant, de son équilibre et de son tact qui dépendent de son niveau équestre et de son choix de fonctionnement.
La raison d’être initiale du tapis à capteurs est de mesurer la pression donc l’adéquation de la selle, mais il indique également la force exercée à partir de laquelle on peut calculer un ratio force/poids du cavalier, qui peut varier entre 1,8 et 5,5 au trot assis, et pas forcément plus au galop.

Utilisation des mesures

Ces mesures comparatives visent à compléter le ressenti du cavalier et l’expertise des professionnels dont il s’entoure par des données objectives, dans le cadre d’un choix ou d’une évaluation de selle ou d'association selle/pad.

On recherche la selle ou la combinaison selle/pad qui produit une répartition des pressions la plus homogène possible.

On regarde en deuxième lieu les valeurs :

  • Bleu-vert : pressions modérées
  • Jaune-rouge : pressions importantes

Et leur localisation :

  • Sensibilité des chevaux supérieure dans le tiers arrière de la selle, inférieure dans le tiers avant.
    La colonne vertébrale doit être dégagée.

Expérience réelle

Les illustrations ci-dessous ont été tirées de deux études de cas, menées avec un cavalier lourd, Jean, 85 kilos, et une cavalière légère, Mélanie, pesant 55 kilos. Il apparait clairement que les pressions infligées au cheval sont très supérieures dans le cas de la cavalière légère, en raison de l’inadéquation de sa selle. Par ailleurs le ratio force/poids de Jean est de 3, celui de Mélanie de 4,5.

Exemple 1
Jean – 85kg – pic de pression au trot assis – selle d’obstacle + pad personnalisé : valeurs correctes. © D.R.
Exemple 2
Mélanie – 55kg – pic de pression au trot assis - selle d’obstacle + tapis coton, compression des trapèzes : valeurs inacceptables. © D.R.

Le vieil adage selon lequel on peut être lourd et monter léger et réciproquement se retrouverait donc « scientifiquement » démontré ! Dans cet exemple, avec un ratio de 3, le cavalier de 85kg inflige en moyenne 255kg sur le dos de son cheval, pas plus que la cavalière de 55kg avec un ratio de 4,5 qui inflige 257kg. Ceci n’est pas réellement issu d’un protocole scientifique (conditions différentes, et en particulier cheval différent, ce qui n’est pas sans influence sur la résultante) mais se veut une façon d’imager ce qui se passe sur le dos du cheval afin de fixer (ou d’agiter…) les esprits.

Le pad, élément parfois essentiel

Par rapport à ces chiffres, le poids de la selle n’est guère significatif, à supposer toujours qu'elle soit adéquate, donc stable et exempte de zones de surpression dont la nocivité est bien connue maintenant. Idéalement, vous pourriez effectuer une séance de mesure avec un tapis à capteurs afin d'optimiser votre choix de selle mais aussi de pad.
En effet, le pad, objet de beaucoup de marketing et suscitant d’interminables controverses, s'il est judicieusement choisi comme dans l’exemple de Jean, constitue un complément bénéfique, voire salvateur. En la matière, comme ceci a d'ailleurs été documenté par différents chercheurs, il y a peu de règle générale : différentes situations entraîneront différents choix de matériaux et d’ergonomie. Des possibilités de personnalisation sont également appréciables.

*Annette Rancurel est Ingénieur en technologie de l'information, Consultant (mesures et adéquation de selle).
Source : Equine surgery, 3rd edition ,Jorg A. Auer, Dr Med Vet, Section XI Selected Topics of the Lameness
Chapter 78 Saddle Evaluations by B. Von Rechenberg

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

12 commentaire(s) »

patrick :
Le 15/03/2011 à 12h01

Très intéressant, mais concrètement comment peut on effectuer la mesure quand on est cavalier indépendant avec ses chevaux à la maison?

janebooker :
Le 16/03/2011 à 10h26

Cet article à la fois distingue et relie les 2 facteurs qui interviennent dans le confort du cheval au niveau du dos, donc de l'ensemble du cheval et de sa locomotion: l'adéquation de la selle ET l'assiette du cavalier, avec son choix de fonctionnement. Le tapis à capteur renseigne en effet merveilleusement sur ces deux facteurs, et est à cet égard un instrument de progrès EN MATIERE D'EQUITATION au moins autant qu'en matière de simple confort pour le couple homme-cheval.Posons nous la question de savoir quel fonctionnement de l'assiette améliore le ratio évoqué. A-t-on fait ces mesures avec le tapis?

predressagefan :
Le 19/03/2011 à 02h29

Très intéressant, surtout pour les professionnels qui proposent des essais de selles à leurs clients. Quand le cavalier cherche à acheter sa selle, il vaut mieux qu'elle soit bien adaptée et tout de suite. Il est mal venu, surtout pour le cheval, de s'apercevoir à postériori qu'il faut "jouer" avec des amortisseurs de différents type pour devoir corriger certains points de pression.

Ce tapis à capteur de pression est il commercialisé ?
Si oui où peut on se le procurer ?

annette :
Le 19/03/2011 à 09h46

Réponse à Patrick
Je suis aussi une cavalière indépendante avec chevaux à la maison, et ayant un cheval dorsalgique, après de multiples infiltrations inefficaces, j'ai fait venir il y a 4 ans Simone Ravenel (Equimetric) de Suisse. C'est comme cela que l'aventure a commencé! A mon tour, je me déplace dans toute la France pour des conférences, des conseils et des mesures si vous vous groupez avec quelques amis .

janebooker :
Le 19/03/2011 à 11h18

Réponse à Janebooker
L'interaction cheval-cavalier en général et l'influence du fonctionnement du cavalier en particulier commencent à être étudiées par les scientifiques. L'International Society for Equitation Science a pour vocation mettre le résultat de leurs recherches à disposition du terrain et je vous invite à consulter leur site:
http://www.equitationscience.com/Documents/ISES2010_Proceedings.pdf
Pour ma part, tout en mesurant la selle, j'observe informellement l'influence de l'assiette à travers le tapis électronique: selon expertise et choix de fonctionnement voire pathologie du cavalier, la localisation et l'intensité des pressions varient, ainsi que le déplacement du centre de gravité, le rebond, la stabilité, etc ...
Il y a de la place pour un vaste programme de recherche!

annette :
Le 19/03/2011 à 12h06

Réponse à predressagefan
L'idéal est évidemment la selle parfaitement adaptée "du premier coup". N'oublions cependant pas des contraintes telles que un budget limité, un cheval qui évolue, ou un professionnel contraint de monter plusieurs chevaux avec la même selle, les pads permettent alors de limiter les dégâts.
Effectivement, le tapis électronique semble un outil incontournable pour certaines professions, à commencer par sellier (deux seulement sont équipés en France)! A titre de comparaison, plusieurs dizaines de tapis en Allemagne équipent des selliers, des saddle fitters, des ostéos, ... , en provenance de différents fournisseurs. Si vous envisagez un achat, n'hésitez pas à me contacter, je les ai tous essayés!

patrice :
Le 27/03/2011 à 21h42

Bonsoir,

J'envisage l'achat d'un tapis électronique car je veux savoir si ma selle actuelle convient au dos de mon cheval. Je penses aussi que cela restera un outil pour changer de selle, mais aussi pour un futur prochain cheval.

Je vous remercie par avance.
Cordialement.

siametcachou :
Le 29/03/2011 à 00h10

J'ai acheté une selle de dressage a matelassures a air. Je pratique essentiellement une équitation d'extérieur. Mes objectifs étaient de favoriser :

- un équilibre du haut du corps proche de la verticale car je monte souvent en suspension
(positionnement des étrivières)

- mon confort (siège creux)

- le confort du cheval (matelassures air)

Au resultat, cette selle a remplit tous ces objectifs : après le travail, le dos du cheval est mouille de façon homogène sur toutes les surfaces de contact, la colonne reste sèche, et le cheval semble réellement se détendre au travail !

annette :
Le 02/04/2011 à 17h20

Réponse à Patrice et Siametcachou
Un tapis électronique coute environ 20000 euros et beaucoup de temps pour réunir assez de cas pour savoir l'interpréter correctement. Je mets le mien à disposition de tous à travers des prestations.
Sans tapis électronique, des critères d'observation(incluant par exemple ceux de Siametcachou) permettent d'éviter les plus gros pièges. Il faudrait pourtant tout un livre (en projet) pour être exhaustif ...

predressagefan :
Le 06/04/2011 à 09h07

Bonjour Annette,

Je vous remercie pour votre réponse et je suis fortement intéressée par l'achat d'un de ces tapis à capteurs car je disitribue des selles possédant un système de matelassures comportant des formes différentes selon le type de dos et toutes dotées de 4 coussins à gonfler indépendemment selon la forme du dos du cheval. Le but étant de gonfler le moins possible pour garder une élasticité des matelassures afin que celles-ci épousent parfaitement la forme du dos et ainsi éviter les points de pression. Mais je voudrais afiner ce gonflage en m'assurant que la répartition du poids du cavalier est bien homogène.
Donc si vous savez m'éclairer sur le type de tapis qui conviendrait et où me le procurer j'en serais ravie.
Vous pouvez aussi me joindre via mon email perso : nathou.melchior@gmail.com
Merci bcp !

florencec :
Le 08/11/2011 à 14h21

Bonjour Anette,
Je serais très intéressé par des prestations portant sur le "saddlefitting". Je suis toujours étonnée de constater qu'il n'existe aucun livre en français sur ce sujet pourtant primordial!
Je me pose beaucoup de questions également sur les selles sans arçons qui fleurissent un peu partout, sont elles réellement meilleures pour le dos de nos chevaux?

annette :
Le 13/11/2011 à 11h14

Réponse à Florence
N'hésitez pas à m'appeler.
Je prépare un guide, un livre et un DVD en complément de mes conférences et prestations individuelles.
Quant aux selles sans arçons, il y a le pire (alors très nocif) et le meilleur (rare). Tout dépend de la conception, de l'utilisation et bien sûr du cheval, sans oublier le cavalier.
Réponse de Normand ? Eh oui, il n'est jamais facile de généraliser lorsqu'il s'agit de cheval.

Article publié le 13-03-2011

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire