Accueil » Savoir pratique Dressage

De la théorie à la pratique : l'utilisation des outils théoriques pour corriger les difficultés concrètes (III)

Par Pierre Beaupère

Cavalier Professionnel et Professeur de Dressage



N°19 Mars 2011
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Nous avons vu le mois passé le raisonnement à appliquer afin de résoudre des problèmes couramment rencontrés lors du travail des jeunes chevaux. Appliquons-nous maintenant à étudier le cas des cavaliers débutants et des chevaux avancés.

1. Les difficultés pour contrôler pour contrôler les allures et arrêter le cheval

Qui n’a jamais assisté à cette scène tellement courante du cavalier qui tente de contrôler un cheval qui s’appuie de plus en plus sur la main en accélérant et qui, exaspéré finit au choix par ce coucher en arrière en tirant de toutes ses forces ou par donner de grands coups de sonnette dans la bouche du cheval pour qu’il « respecte la main » ? Si un grand nombre de cavaliers un tant soit peu expérimentés ne se sentiront sans doute pas concernés, il convient toutefois de reconnaître que même à haut niveau (en épreuves jeunes chevaux comme en épreuves plus élevées), on rencontre souvent des cavaliers ayant tellement de contact qu’ils ont une position typique, très penchés en arrière. Je me dois d’autre part de mettre en garde ceux qui pratiquent une équitation « en légèreté » car un cheval peut être extrêmement léger à la main sans pour autant être suffisamment sous contrôle, ni accepter suffisamment la main ou ne pas précipiter lorsqu’il aborde des allures plus vives.

«Augmenter encore le respect du cheval pour les aides mais aussi sa rondeur et son équilibre»

Mon objectif à travers cet exemple est de montrer que quel que soit le problème rencontré ou l’exercice travaillé, le fait de revenir à cette forme de questionnement en tiroirs va permettre d’isoler la cause et de corriger la difficulté.
En effet, prenons le cas d’un cheval monté par un cavalier débutant qui pèse à la main et se précipite sur les épaules. Voici les questions qu’il se posera :

Pourquoi le cheval pèse-t-il à la main et/ou précipite-t-il ?

Il est fort probable que le problème vienne d’un manque d’équilibre ou de respect à la main. Si le cheval est excité, le problème peut aussi venir d’un manque de décontraction mentale mais peut aussi être lié à des contractions musculaires qui l’empêchent de reporter du poids vers l’arrière-main.
Dans les trois cas, le recours aux trois premiers tiroirs devrait être nécessaire pour résoudre le problème !

  1. Le cheval accepte-t-il les demandes de base ?
  2. Le cheval est-il décontracté et calme ?
  3. Les allures sont-elles régulières, sans intervention du cavalier ?

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 13-03-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés