Accueil » Médecine vétérinaire

L’obstruction de l’œsophage chez le cheval

Par les Drs. Vét. Benoît Tainturier1, Xavier Ribot2 et Jacques Martinet3


N°19 Mars 2011
3 Commentaire(s)
Imprimer cet article
L’obstruction de l’œsophage – qui figure dans les vieux livres d’hippiatrie sous le vocable « d’empommage » – peut effectivement être due à la consommation d’une pomme entière ; mais le plus souvent, de nos jours, ce sont les granulés d’aliments complets qui sont responsables de ce type de pathologie. Dans tous les cas, l’obstruction œsophagienne doit être considérée comme une urgence en raison du risque de complications graves.

L’obstruction de l'œsophage, également appelée « engouement œsophagien » et dénommée « choke » par les Anglo-Saxons, est l’affection de l’œsophage la plus fréquente chez le cheval.

Elle est le plus souvent due à des composés alimentaires car les chevaux ingèrent rarement des corps étrangers.

Attitude du cheval
L'attitude typique du cheval atteint d'une obstruction œsophagienne. © Dessin Elcé

L’œsophage n’intervient pas directement dans la digestion des aliments. Son unique rôle est d’assurer le transport des aliments, de l’eau et de la salive jusqu’à l’estomac. L’œsophage du cheval adulte mesure de 125 à 150 cm. On peut distinguer une partie cervicale, une partie thoracique et une courte partie abdominale de quelques centimètres.

Les symptômes

Lorsque l’obstruction est due à une ration de granulés, les symptômes s’observent dans les dix minutes suivant la distribution du repas.

La plupart des obstructions primaires apparaissent brutalement en raison d’une obturation complète de l’œsophage. À l’inverse, les obstructions secondaires à une autre affection œsophagienne peuvent apparaître de façon insidieuse, au fur et à mesure de l’accumulation des aliments dans l’œsophage.

Le cheval se tient la tête tendue sur l’encolure, les muscles de l’encolure sont contractés et des efforts de régurgitation violents sont observés. Au bout de cinq à dix minutes, l’animal présente un jetage nasal alimentaire (écoulement nasal contenant de la salive et des aliments), un ptyalisme, une dysphagie, des tentatives répétées de déglutition.

«Une nourriture de consistance molle est progressivement réintroduite»

C’est cette présence d’aliment souillant les naseaux qui permet de porter immédiatement le diagnostic.
On peut parfois noter la présence d’une masse plus ou moins visible et palpable en région ventrale gauche de l’encolure.

Toutes les tentatives du cheval pour s’abreuver ou s’alimenter sont vaines. L’eau et les aliments sont rejetés par les naseaux, après un délai variable suivant la localisation de l’obstruction. Cette régurgitation d’aliments et d’eau, s’effectuant par les naseaux plutôt que par la bouche, s’explique par la longueur et le positionnement du voile du palais chez le cheval.

Moins fréquemment, sont observées de la toux, de l’anxiété, un phénomène de sudation, une extension de la tête et de l’encolure. Lorsque l’obstruction persiste (plus de 48 heures), le cheval peut être fortement déshydraté en raison de la perte continue de salive et de l’incapacité à s’abreuver.

Les causes des obstructions de l’œsophage

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

dust :
Le 05/04/2011 à 22h54

mon cheval a fait une obstruction oesophagienne alors que je l'avais emmené avec moi en déplacement et mis dans un box de centre équestre et ce,au bout d'une semaine de pension et je pense que c'est effectivement la taille des granulés(trop fins)qui était responsable d'autant plus qu'à la maison,il avait surtout des floconnés car en plus c'est un tiqueur.Depuis ,à la maison,sa ration est de 1/2granulés(gros)+1/2floconnés et si je l'emmène,j'emporte des floconnés; ses dents sont vues tous les ans mais attention aux dentistes,ils ne sont pas toujours efficaces .

Pascal [invité] :
Le 17/03/2017 à 21h47

Très bonne étude, à laquelle je souhaite en tant que vétérinaire apporter quelques éléments complémentaires quant aux origines de l'empommage et à leur prévention:
1°/ l'ingestion en hauteur diminue le temps de broyage des aliments (en plus en favorisant les surdents pour encore aggraver le déficit de broyage, utile également pour produire de la salive parotidienne riche en bicarbonates), favorise le stockage avant déglutition d'une grande quantité d'aliments dans l'arrière-bouche, et atténue progressivement la musculature de l’œsophage, beaucoup moins sollicité que lors d'ingestion au sol qui nécessite une remontée des aliments environ 1 mètre plus haut (toute musculature peu utilisée fond progressivement);
2°/ l'ingestion trop rapide des concentrés prédispose à l'hyper-acidité gastrique et favorise ainsi la boulimie, car manger plus vite supprime plus vite, mais momentanément et en les aggravant, les brûlures gastriques liées à un excès d'acide gastrique:le manque de salive de mastication, riche en eau et bicarbonates) est comblé par un excès de suc gastrique (eau + acide chlorhydrique), ce qui hyper acidifie le contenu stomacal;
3°/ une bonne prévention, qui s'est révélée toujours efficace après répétition d'empommages, passe par l'utilisation d'un distributeur à débit limité et réglable de concentrés (type PIPOLINO*) posé au sol.

*Nom commercial à effacer si l'administrateur du site le juge nécessaire, mais je ne connais pas d'autre instrument permettant les mêmes effets.

P.S.: les tics sont d'autres façons pour le cheval d'essayer de lutter contre les gastralgies par hyperacidité gastrique (qui s'aggrave par l'apparition d'ulcères gastriques), plus que pour lutter contre l'ennui comme on le pense fréquemment. D'ailleurs, les coliques gastro-duodénales restent fréquentes sur les chevaux équipés de dispositifs anti-tics apparemment efficaces. La lutte contre l'ingestion rapide de concentrés est primordiale pour la santé et le bien-être des chevaux.

laetitia :
Le 31/03/2017 à 14h14

Merci Pascal de ces précieux compléments d'information

La Rédaction

Article publié le 30-03-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés