Accueil » Interviews

Xavier Ribot, Vétérinaire en Chef du Régiment de cavalerie de la Garde Républicaine : "Il faut éviter à tout prix le confinement..."

Propos recueillis par Lætitia Bataille.


N°19 Mars 2011
2 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Le Docteur vétérinaire Xavier Ribot veille, avec son équipe, sur la santé des chevaux de la Garde Républicaine.
Il a bien voulu recevoir Cheval Savoir pour une interview exclusive, qui constitue en soi un véritable cours d'entretien du cheval...

Cheval Savoir : Quel a été votre cursus ?

Dr. Xavier Ribot : Je suis fils de vétérinaire, j'ai fait des études vétérinaires tout à fait classiques à l’Ecole Vétérinaire de Toulouse, puis j’ai exercé pendant quelques temps comme praticien privé. Ensuite, après mon service militaire, j'ai choisi d'entrer dans l'Armée, et suis parti à Saumur où j'ai travaillé pendant 7 ans et demi comme vétérinaire à l’Ecole d’Application de l’Arme Blindée Cavalerie. J'ai ensuite été vétérinaire pour les chevaux de l'Ecole Militaire à Paris, puis j’ai été affecté à la Garde républicaine. Mais je suis en fait officier du Service de Santé des Armées, et donc je n'appartiens pas à la Gendarmerie...

Dr Ribot
Le Dr Ribot dans la pharmacie de l'infirmerie de la Garde républicaine au Quartier des Célestins à Paris. ©L.Bataille

C.S. Vous dirigez une équipe de plusieurs personnes...

Dr. X.R. Nous sommes quatre vétérinaires : trois adjoints et moi-même. Pour un effectif de 480 chevaux... et des missions communes au Service de Santé des Armées (l’un de mes adjoints est actuellement en Côte d’Ivoire depuis 5 mois...).

C.S. Les chevaux sont tous hongres...

Dr. X.R. En principe. Il y a bien quelques rares juments, mais c'est absolument l'exception. Elles sont moins stables, tapent, (même au box, et dans ce cas elles se font mal !) et peuvent poser des problèmes comme lorsqu'un régiment espagnol est venu en France avec 180 chevaux entiers, en compagnie desquels le Régiment de Cavalerie a dû défiler ! Imaginez des juments dans ce contexte !
Et puis, ce n'est pas logique vis-à-vis de l'élevage français d'acheter une jument : si elle donne satisfaction, elle devrait rester à la Garde jusqu'à la limite d'âge qui est de dix-huit ans, et elle est alors perdue pour l'élevage. Si elle a fait l'objet d'un achat "ciblé sport" et qu'elle fait une belle carrière, elle devrait être renvoyée à l'élevage et donc mise à la retraite anticipée, ce qui n'est pas une gestion saine de l'argent consacré à la remonte...

«Quand il y a un certain dégoût des granulés, on mélange avec un peu d'orge, et cela repart !»

C.S. Où les chevaux sont-ils achetés ?

Dr. X.R. Les achats sont faits directement chez des éleveurs ; les chevaux sont achetés à trois ans, sous condition suspensive que la visite vétérinaire soit satisfaisante. Le cheval arrive ici, nous procédons à tous les examens, très complets, avec radios des pieds bien entendu, et si le cheval est sain, la vente est conclue... S'il y a des éleveurs qui nous lisent, ils peuvent poser leur candidature ! (voir renseignements en fin d'article).

Selle-français
Les chevaux de la garde sont en grande majorité des Selle-français, en principe tous hongres. © L.Bataille

C.S. Dans votre choix, prenez-vous en compte le caractère ? Avez-vous des critères ou des tests de référence comme ceux qui existent pour les qualifications du "cheval de loisir" par exemple ?

Dr. X.R. Le bon caractère est effectivement essentiel pour un cheval de la Garde Républicaine, mais je n'ai pas de tests spécifiques, je me fie à ce que je vois chez l'éleveur. Un cheval qui est gentil quand je le vois chez son éleveur donnera en général satisfaction. Une fois acheté, le cheval est entièrement pris en charge ici, il est débourré si ce n'est pas fait, puis il est éduqué complètement.
Il y a parfois des chevaux qui arrivent ici et qui n'ont pratiquement pas été touchés par l'éleveur... mais cela vaut souvent mieux que s'il y avait eu des bêtises de faites...
Pour les éleveurs, c'est économiquement difficile aujourd'hui, ils préfèrent souvent vendre à un maquignon pour ne plus avoir à nourrir le cheval. Je vois parfois des chevaux maigres au mois de mars dans leur pré... Il faut anticiper sur la manière dont il vont se développer. De toute manière, c'est à quatre ans que le cheval va se transformer physiquement de façon spectaculaire.

C.S. Y a-il un âge minimum pour que le cheval puisse être emmené dans les défilés en toute sécurité et en toute efficacité ?

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

2 commentaire(s) »

janebooker :
Le 08/04/2011 à 23h59

Bonjour, très intéressant ces indications sur le vétérinaire.Pas facile la vie de "Gendarme" Cheval autant de contrainte que le gendarme Homme ou femme .Pas trop de liberté mais le véto veille tout de même à respecter l'extérieur du cheval.Dommage que ceux ci soient privés de paddocks. Pour avoir passé mon 1er degré avec les militaires de Fontainebleau et un instructeur du Cadre noir j'ai pu observé la rigueur obligée.J'étais allée aux journées portes de la Garde R: Force est de constater que le travail et la rigueur sont de mise dans tous les domaines pour un résultat exigeant.J'ai deux merens habite en montagne, l'hiver ils sont dehors le plus possible même - 16° la nuit en box, l'été c'est la fête sous les montagnes étoilées. Attelage, débardage randonnées travail en longe etc gambades et calvalcades :Mes chevaux sont dans leur univers Quelle chance à coté des "citadins". Ils ont eu le privilège d'une escorte des motards de la gendarmerie lorsque je suis allée chercher le Député Maire et le Président du Conseil Gal PACA en attelage Mais pour les vôtres le vétérinaire veille à ne pas les confiner -Bravo - vous parvenez avec beaucoup d'observations à enrayer tous les tracas quels soucis et quelles prouesses pour contrer coliques et petits bobos .Depuis 20 ans que je vis auprès et avec eux il est à noter comme vous le souligner que le contact reste prioritaire.Le cheval est venu vers l'Homme, nous nous devons de bien le servir.Il m'arrive de passer des journées près d'eux si l'un est couché l'autre surveille complicité je me blottis près d'eux j'observe : ils mangent, jouent dorment alors ils complètent mes connaissances.Merci pour les précisions alimentaires effectivement, le cheval est délicat.

mariefrance :
Le 09/04/2011 à 00h10

Bonjour, très intéressant ces indications sur le vétérinaire.Pas facile la vie de "Gendarme" cheval.Mariée à un gendarme j'en connais les vissicitudes.Autant de contrainte que le gendarme Homme ou Femme.Pas trop de liberté mais le véto veille tout de même à respecter son extérieur naturel . Excusez il y a eu un dérapage dans mon pseudo

Article publié le 31-03-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés