Accueil » Savoir pratique Dressage

Cercles et voltes : le contrôle des épaules du cheval


Par Pierre Beaupère, Cavalier Professionnel et Professeur de Dressage.



N°20 Avril 2011
3 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Dans la suite de notre série d'articles "De la théorie à la pratique", nous allons aujourd'hui parler de l'exécution des cercles et voltes.
Si pratiquement tous les cavaliers pensent être capables de réaliser un cercle ou une volte corrects, l’exercice est pourtant très rarement effectué avec justesse. Même à haut niveau, et d’autant plus avec le développement toujours plus impressionnant des allures des chevaux, la volte de la reprise Saint-Georges, par exemple, est rarement réalisée avec un cheval vraiment incurvé sans basculement de l’encolure.

Les problèmes sur le cercle

Un cercle correctement réalisé implique que tout le corps du cheval suive la courbure de celui-ci. Philippe Karl a bien décrit le fait que ce n’est pas réellement la colonne vertébrale du cheval qui se ploie mais plutôt les muscles de l’encolure et de la cage thoracique. Néanmoins, nous simplifierons en parlant de la ligne du dessus qui suit le cercle.
D’autre part, il faut que l’entièreté du corps du cheval suive le cercle dans la même direction, c’est-à-dire que partout où le bout du nez va passer, l’encolure, puis les épaules et enfin les hanches passent à leur tour, sans déviation du sens du mouvement. Cela implique que le cheval ne se couche pas à l’intérieur du cercle :

Illustration
Le cheval qui jette ses épaules à l’intérieur du cercle surcharge son épaule intérieure. Dès lors, pour se rééquilibrer il va inverser son pli. Le déséquilibre provoque d’autre part une déviation du latéral (antérieur et postérieur du même côté) externe vers l’extérieur du cercle. © Pierre Beaupère

Et cela implique d’autre part qu’il ne se s’écarte pas de celui-ci vers l’extérieur :

Cheval qui dérape
Cheval qui « dérape » et surcharge son épaule extérieure. © Pierre Beaupère

Nous pouvons donc constater que le cheval doit accepter les aides intérieures (la jambe qui empêche le cheval de tomber sur son épaule intérieure mais aussi la connexion avec la main intérieure, au risque sinon de présenter un faux pli) autant que les aides extérieures (la rêne extérieure qui « reçoit » l’incurvation, maintient l’équilibre et tient les épaules et la jambe extérieure qui donne la direction du mouvement et tient les hanches).

Le faux pli
Le faux pli, souvent caractérisé par un cheval qui s’enferme, dont le chanfrein passe derrière la verticale et qui tire la rêne extérieure, refusant de tourner et s’échappant parfois violemment vers l’extérieur du cercle. Des défenses parfois graves peuvent survenir si le cavalier tente de forcer le cheval à tourner. Nous traiterons en détail de ce problème dans les articles sur la rectitude. © Pierre Beaupère

Laisser au cheval le temps d'apprendre

[p]La plupart des difficultés et des résistances sur les cercles viennent du fait que les cavaliers veulent forcer le cheval à effectuer un cercle parfait alors que le cheval n’accepte ou ne connaît pas encore assez ces aides. N’obtenant pas la réaction voulue lorsqu’ils utilisent la jambe intérieure quand le cheval se couche à l’intérieur du cercle, ils vont utiliser le renfort de la main plutôt que de travailler à obtenir une meilleure réponse aux aides de jambe. C’est le début d’une spirale si néfaste pour le cheval qui va soit relever la tête et se contracter, soit se rééquilibrer comme il peut en s’encapuchonnant pour éviter cette rêne.
Ce défaut, que l’on retrouve même chez des chevaux très avancés, est caractérisé par des encolures très hautes et très courtes et un cheval qui « lâche » le contact moelleux et creuse son dos.

Comment éviter ce problème ?

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

mariefrance :
Le 15/04/2011 à 23h40

Merci de nous rappeler les bases de travail, techniques certes, mais explicite et bénéfique pour l'equilibre du cheval.Rien n'est jamais acquis, je note qu'il est studieux de s'y pencher .J'attends avec impatience ou patience le travail avec les jambes.Cela conforte le travail que j'ai pu faire lors de mon stage ATE avec mon instructeur qui hélas nous a quitté adepte de Nuno Oliveira qui m'a permis de travailler mon cheval avec Philippe Karl lui même ,en toute humilité se mélant avec nous ses élèves. Il est ainsi nécessaire de se resituer .Michel Henriquet nous instruit aussi dans cette application studieuse du cheval.Merci de nous remettre à notre place notre juste place.Marie

janebooker :
Le 23/04/2011 à 08h25

Un article très intéressant !

revneyev :
Le 23/04/2011 à 08h26

Super article.

Article publié le 07-04-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés