Accueil » Témoignages

Débuter l'endurance : pourquoi pas vous ?

Dans l'esprit de nombreux cavaliers, l'endurance est une discipline exigeante, inaccessible à moins de posséder un cheval très adapté et beaucoup de temps à consacrer à un entraînement draconien.
Françoise a commencé l'équitation à l’âge de 40 ans. Six ans après, elle débute l'endurance et participe maintenant à des courses de 90 km, en préparant sa jument pour sa première "130 km" cet été.

Nous avons voulu en savoir plus sur ce parcours insolite et exemplaire, qui constitue un véritable "mode d'emploi" pour tous ceux qui souhaiteraient débuter cette discipline encore environnée de pas mal d'inconnues.

Françoise, dite Fanfan, est devenue une vraie femme de cheval, gérant avec le plus grand sérieux et avec un respect évident les capacités physiques et mentales de sa jument. Oxford, qui ne manque pas de petits surnoms affectueux, est une pur-sang arabe née chez un voisin et rachetée à un ami, et qui n’avait pas d’autre destin prévu que d’être poulinière.

Arrivée d'une course d'endurance
L'arrivée d'une course : grâce à une gestion attentive de la course, la jument de Françoise n'est même pas en sueur, elle est éveillée et gaie. © N.Valère

Françoise n’était jamais montée sur un cheval. "Mon métier de décoratrice m’ayant amenée à chercher une habitation plus spacieuse pour installer mon atelier, nous avons, par un heureux hasard, trouvé un petit haras qui comportait 7 boxes, des paddocks bien clôturés, et tout ce qu’il fallait pour loger des chevaux dans de bonnes conditions. Nous avons donc commencé avec des trotteurs rescapés de la boucherie, et c’est ainsi que j’ai pu me familiariser avec ces merveilleux chevaux..."

La randonnée, un tremplin pour l'endurance

François est venue à l’endurance par la randonnée. C’est souvent la voie empruntée par le cavalier d’endurance lambda : la randonnée, c’est la nature, l’espace, la liberté… c’est le loisir idéal pour se familiariser avec les chevaux en tant que montures: pas de pression quant à la performance, un contact exclusif et responsable avec son partenaire équin, mais aussi un accompagnement à la fois humain et animal, une manière de se frotter aux chevaux des autres, d’observer les comportements et les solutions trouvées aux divers problèmes qui peuvent survenir, mais aussi des conditions naturelles comme le terrain, le climat et l’environnement.

«Le cheval qui fait sa première course a envie de suivre les autres, il faut savoir le retenir et gérer ses efforts. Il y a une grande responsabilité du cavalier à cet égard»

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 26-04-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés