Accueil » On en parle

Deux chevaux atrocement mutilés en Belgique

Deux chevaux retrouvés atrocement blessés dans leur pré : c'est le drame qui vient de se jouer en Belgique. Le pronostic vital est engagé pour les deux chevaux.
Actuellement un appel à témoins été lancé par la police belge.

Un ou des malades ont agressé les chevaux hier dans la fin de matinée...
L'un des chevaux, Tibet, a sans doute été frappé par un coup de rame métallique ou de hache. Pour Poku, des morceaux de pierre étaient dans la plaie. Les deux chevaux sont hospitalisés à l'Université de Liège, avec de multiples fractures des os de la face et des sinus, et une importante perte de tissus osseux, musculaires et cutanés.

Chevaux mutilés en Belgique
© D.R.

Pour Tibet, il y a une grande fracture sous l'orbite et l'ophtalmo doit se prononcer aujourd'hui sur l'avenir de son oeil droit. Le nerf facial est très probablement sectionné, le canal lacrimal aussi, les lésions sont très profondes.
Pour Poku, le crâne a explosé sous le choc et l'air passe par la cavité béante.
Le pronostic vital des deux chevaux est réservé, car les risques d'infection, de nécrose, de complications sont élevés, tant il manque de tissus pour faire la reconstruction.

Appel à témoins

La propriétaire appelle à tout témoignage qui permettrait de retrouver les auteurs.
"Nous pensons à un client ou des clients des kayaks qui faisai(en)t la descente de Lesse", écrit Bérengère Fayt. L’Avenir, qui relate les faits sur son site internet ce mardi, a recueilli des témoignages utiles. Ceux-ci situent le moment de l'acte barbare vers 16h00. "Un homme blond de taille moyenne a été aperçu dans le champ lundi après-midi. Il était vêtu d'un short et d'un t-shirt noir. Il porte un tatouage en forme de cercle sur le bras. Des enfants l'ont vu jeter des pierres. Il apparaît qu'un complice attendait le malfaiteur dans un kayak sur la Lesse".

Vous pouvez laisser un mail à la propriétaire à l'adresse: faber.arabians@gmail.com ou contacter la police de Dinant en charge de l'enquête. (00 32 082 67 68 10)

Pas de diffusion de noms en public, afin que les recherches puissent aboutir.

Vous pouvez aussi vous adresser via facebook à :
Bérengère Fayt :
http://www.facebook.com/berengere.fayt
ou Isabelle Roeland :
http://www.facebook.com/profile.php?id=591232035

Important :

Aucune demande de fonds n'a été faite. Méfiez-vous des personnes qui peuvent demander de l'argent sous ce prétexte.


CONTACT GENDARMERIE : 0032 082 67 68 10
8 commentaire(s) »

camille [invité] :
Le 13/01/2013 à 17h50

je trouve sa deguelasse pour ces chevaux qui n'ont rien fait
poku ,le blanc je crois,est completement devisager tout comme tibet le marron

enora [invité] :
Le 22/02/2013 à 13h24

C'est inadmissible!
Si j'avais été témoin je n'aurais pas hésité a aller voir dans le champs et empêcher l'agresseur de faire un tel mal a des animaux innocents!!

Justine [invité] :
Le 30/03/2013 à 14h21

C'est inadmissible!je trouve sa dégueulasse pour ces chevaux qui n'ont rien fait.Si je pouvais tuer celui ou celle qui a fait sa je me generais pas quel honte .

Océane [invité] :
Le 05/04/2013 à 13h34

Mon dieux! pauvre chevaux les petit choux je les plein,moi qui pleur des que je voix un un cheval qui fait une piqure si j'était le proprio j'appellerai la police d'un airdesider mais en me retenant de pleurer :'( pauvre choux.

marie [invité] :
Le 10/07/2013 à 21h42

C'est juste horrible pour des magnifique chevaux comme cela !!!!

marine [invité] :
Le 30/08/2013 à 11h33

comment ils peuvent faire du mal a ces pauvres chevaux ils sont vraiment debiles ces gens la .

Olivier [invité] :
Le 27/11/2013 à 16h10

Il faut vraiment etre un moins que rien pour faire un tel acte.
de vrais sous m.... . Tellement lache... Si on les retrouves ces sacs a merde, il faudrait le faire la meme chose! Heureusement qu'ils ne sont pas devant moi.
Ca merite pas de vivre des pourritures pareilles.

jetphil :
Le 03/12/2013 à 02h31

Décidément, plus je connais les hommes, plus j'aime les animaux...

Article publié le 04-05-2011

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire