Accueil » Bloc Notes

Les insectes qui attaquent les chevaux

Par Alain-Michel Bea*.


N°21 Mai 2011
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Le problème des insectes piqueurs se pose essentiellement en période estivale, mais parfois dès la fin du printemps lorsque les températures sont élevées, comme c'est le cas cette année.
Connaître les différents insectes qui attaquent les chevaux et leur mode d'action est déjà un moyen de prévenir et de limiter leurs méfaits.

Où et quand ?

Les chevaux sont harcelés dès que la température devient plus clémente, du printemps jusqu’aux premières fraîcheurs de l'automne. Mais nous savons tous que c'est pendant l'été que les insectes sont les plus virulents.
Les insectes se font plus agressifs par temps lourds et orageux, et d'une manière générale à la tombée de la nuit. Ils sévissent dans toutes les régions de France.

Mouches
© L.Bataille

En revanche, on remarque que les insectes sont moins actifs en montagne où l'air circule mieux, et où les températures sont plus fraîches, notamment la nuit.
A l’inverse, les insectes sont souvent très actifs en bord de mer.
Les insectes s'attaquent particulièrement à la tête des chevaux, notamment autour des yeux autour desquels ils s'accumulent. Ils piquent également l’intérieur des cuisses, des oreilles, et stagnent particulièrement sur le contour de l’anus, de la vulve et du fourreau. Ce sont essentiellement les insectes volants -que nous regroupons sous le vocable générale de "mouches" qui créent des soucis aux chevaux...et aux cavaliers. Ce sont des ectoparasites (parasites externes). Les femelles sont dites hématophages : elles piquent pour consomment le sang de l'animal. Elles se posent sur la peau des chevaux, et piquent en injectant une enzyme qui empêche la plaie de se refermer.

«Les mouches piquent les chevaux en injectant une enzyme qui empêche la plaie de se refermer»

Les insectes ont une action "irritante" tant physique que psychologique. Ils piquent la peau, et sucent les tumeurs causées par leurs attaques, principalement sur les plaies qui sont ainsi beaucoup plus longues à guérir (d'où l'ancienne expression hippologique de "plaies d'été". Sur le plan psychologique, les attaques incessantes des insectes induisent une lassitude morale, une fatigue dûe aux incessants mouvements que le cheval effectue pour essayer de chasser les intrus, et aussi parfois des réactions imprévisibles et violentes.

Les différents insectes

Les mouches plates

Lorsque la température extérieure monte, les mouches que nous appelons familièrement "plates" sortent. Ce sont des insectes de la famille des Hippoboscoidea, ils volent assez peu. Mais, lorsqu’ils s'installent sur les chevaux, et sont difficiles à retirer. Elles infligent aux animaux de véritables morsures, qui provoquent de vives douleurs. D’où les réactions, parfois violentes, des chevaux, réactions particulièrement redoutées des cochers d'autrefois et des meneurs d'aujourd'hui.

Moucherons et moustiques

D’autres insectes volants agacent également les chevaux, notamment par temps chaud et orageux. Ce sont les moustiques et moucherons, dont il existe plusieurs milliers d’espèces.

Les Moucherons appartiennent comme les mouches à la famille des diptères, et sont de petite taille. Leurs piqûres provoquent des prurits. Les piqûres de moustiques peuvent également provoquer allergies ou transmettre des maladies, comme la fièvre du Nil occidental (virus "West Nile") qui engendre des troubles neurologiques.

De leur côté, les mouches dites gastérophiques produisent des larves. On peut voir des grappes de ces petits œufs jaunes sur les membres des chevaux en été. En se les léchant, ils ingèrent les larves.

Certains moucherons sont craints pour leur pouvoir allergisant. C'est le cas des culicoïdes, responsables de la fameuse dermite estivale récidivante. (voir CS n°11 La dermite estivale (I) et n°12 La dermite estivale (II/II) )

L'on peut également, l'été, voir des taons rôder autour des chevaux. Ils agissent uniquement pendant la journée. Ils peuvent transmettre aux chevaux des micro-organises (virus ou bactéries) des protozoaires et des larves d'helminthes (vers).

Bourdons, guêpes et frelons

Les bourdons, qui volent aux mêmes époques, n'appartiennent pas à la famille des mouches, moucherons et autres moustiques, mais à la famille Hyménoptères, qui comprend également les frelons, guêpes et abeilles. En général, ces insectes sont très peu agressifs envers les chevaux, qu'ils ne piquent que s’ils se sentent menacés. En revanche, leurs attaquent peuvent être être violents et très douloureuses, et provoquer des œdèmes plus ou moins sévères, sans compter le risque de choc anaphylactique comme qui peuvent se produire chez l'homme.

La chaleur attire les poux !

Bien que n'appartenant pas à la classe des insectes, disons un mot des poux et des tiques, qui sont des acacriens mais constituent également des parasites sévissant en période estivale.

La chaleur attire les poux. Chaque espèce de mammifère a les siens. Ceux des chevaux sont des poux du type piqueurs (Bovicola equi) ou du type suceur (Haematopinus asini). Ils sont faciles à repérer, avec leurs œufs blancs et luisants, les lentes. Si l’on enraye rapidement leur invasion, les dégâts qu’ils provoquent sont sans gravité, mais si le cheval n'est pas diligemment débarrassé de ses intrus, on peut assister à des pertes de crins allant jusquà l'alopécie sévère.

La tique est également un acarien. On en dénombre plus de six cents espèces. Celle qui mord les chevaux est exophile, c’est-à-dire qu’elle vit à l’extérieur, dans les bois et les prairies, élisant spécialement domicile dans les zones broussailleuses et sèches. Avec leur rostre elles piquent dès le début du printemps, et pendant tout l'été et le début de l'automme.

La morsure de tique est pathogène, pouvant induire des infections, des allergies, ou des maladies parasitaires, notamment la célèbre piroplasmose (ou babésiose équine)qui entraîne une anémie de et des dysfonctionnements hépatiques et rénaux.

*Alain-Michel Bea est entomologiste, et s’est perfectionné auprès du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris.

Lire aussi notre l'article dans la rubrique Shopping de ce mois : Protéger le cheval contre les insectes

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 18-05-2011

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire