Accueil » Shopping équestre

Protéger le cheval contre les insectes

Le mois d’avril ayant été exceptionnellement chaud et sec, les insectes aussi désagréables que les taons et les mouches plates ont déjà fait leur retour.
Entre insecticides, couvertures, flymasks et remèdes de grand-mère, il est difficile de s’y retrouver.
Le point sur les armes à notre disposition pour faciliter la vie des chevaux… et celle des cavaliers !

L'approche de la protection contre les insectes a beaucoup évolué. Les produits anti-mouches -plus ou moins efficaces il faut bien le dire- ne constituent plus la panoplie exclusive du cavalier ou du meneur désireux de pouvoir travailler son cheval en sécurité et sans qu'il souffre des continuelles agressions des insectes piqueurs.

Il existe aujourd'hui des produits plus élaborés, plus efficaces et parfois "écologiques". Parallèlement, on trouve aussi divers équipements (couvertures, bonnets, masques...) dont on peut munir son cheval pendant le travail ou même au pré.

Couverture
Une bonne couverture anti-insectes doit être suffisamment résistante pour que le cheval puisse passer la journée avec au pré, mais aussi respirante. La coupe et la taille doivent être correctement ajustées pour que son effet soit optimal et que les insectes ne puissent pas rentrer par en dessous et rester coincés entre la couverture et le cheval.
Info produit : Rambo Fly Buster, chez Horseware. Prix constaté 169 €, la « rolls » des couvertures anti-insectes. © Horseware
Répulsif, insectifuge ou insecticide ?

Si vous faites du jardinage, la différence entre ces trois mots vous est familière. Sinon, vous vous demandez peut-être parfois quelle est la nuance entre le répulsif, l’insectifuge et l’insecticide. C’est simple : les deux premiers repoussent, le troisième tue.

En général, plus une molécule est efficace (et plus le pouvoir « insectifuge/insecticide » est élevé), plus elle peut comporter de risques d’effets secondaires sur le cheval et son environnement direct. Ainsi certains produits à l’efficacité redoutable comme le Butox et le Tri-Tec 14 ont des modes d’emploi très précis qu’il faut suivre si on veut éviter tout problème.

«Efficacité et respect de l’environnement peuvent aller de pair, puisqu’il existe dorénavant des insectifuges d’origine
100 % végétale »

Est-ce à dire qu’il faille totalement s’en passer ? La réponse dépend de la sensibilité de chacun, mais une chose est sûre, leur emploi n’est pas à prendre à la légère (par exemple : on ne vaporise pas le Tri-Tec directement sur les chevaux mais bien sur les boxes ou les abris de prairie).

En spray ou en "roll-on"

Efficacité et respect de l’environnement peuvent aller de pair, puisqu’il existe dorénavant des insectifuges que l’on peut vaporiser directement sur les chevaux, leurs abris tel le spray ADHOC de chez Salvia : 100 % d’origine végétale.

Si la plupart des produits sont disponibles en spray (pratiques pour le corps !) les fabricants ont mis l’accent aujourd’hui sur la protection de la tête du cheval tout en tenant compte des zones sensibles (les contours de l’œil par exemple) et créé les roll-on ou les gels. Emouchine, Nacricare (Fly Head)… sont ainsi disponibles dans ce format pratique. Il est aussi à noter que les laboratoires L.P.C. ont mis en vente un roll-on insectifuge 100% naturel, l’Espace Roll.

Jamais sans mon bonnet !

Pour les cavaliers (et les chevaux) qui s’agacent de ne pas trouver de solution par les produits, il existe toute une variété de fly-masks et de couverture qui peuvent s’utiliser au paddock ou au travail.

Il faut faire attention à ne pas confondre les couvertures « anti-dermite » faites pour être portées ponctuellement dans la journée par des chevaux souffrant de DERE, et les couverture anti-insectes classiques (à mailles plus larges, mais aussi plus résistantes) que tous les chevaux peuvent apprécier car les mouches et les taons ne peuvent plus les piquer (ou mordre !).

De manière générale, il faut que la couverture soit souple et « ajustée » pour éviter un effet filet qui pourrait laisser rentrer les mouches et empêcher leur sortie. Une sous-ventrière est un vrai plus pour limiter le passage des mouches sous la couverture.

Couverture légère
Une couverture légère et intégrale pour les chevaux vivant dans des régions particulièrement peuplées d’insectes volants. Idéale pour travailler en carrière, mais attention aux branches qui pourraient s’accrocher dans le filet en promenade.
Antify & Riding Sheet, chez HKM. Disponible en Grande Bretagne ou sur commande chez un sellier. Prix constaté environ 40 €. © HKM

En matière de fly-masks le choix est vaste !
Avec ou sans oreilles :

Midi Fly Mask
Midi Fly Mask, chez Equilibrium. Un bon rapport qualité prix pour ce bonnet anti-mouches de pâture. Son élastique évite aux insectes de passer sous le bonnet et d’y rester coincés. Prix constaté : environ 39 €. © Equilibrium
Masque anti-mouche
Masque anti-mouche, anti-UV, chez Bucas. Un bonnet qui présente surtout un intérêt pour les chevaux à la peau rose ou aux yeux bleus, qui peuvent souffrir du soleil. Prix constaté : environ 27 €. © Bucas

Pour le travail, ici avec une protection nasale :

Bonnet
"Quiet ride fly mask", chez Cashel. Ce type de bonnet peut offrir un vrai confort aux chevaux qui travaillent en extérieur, notamment en limitant l’agacement source de désordre et de défenses. Disponible aux Etats-Unis ou sur commande chez un sellier. Prix constaté : environ 30 €. © Cashel

Le coup de coeur de la Rédaction :

Une protection contre les taons, efficace et écologique.


Les piqûres de taons sont extrêmement douloureuses et peuvent entraîner des accidents chez le cheval monté et attelé. Au pré, il n'y a aucune raison non plus de laisser les chevaux souffrir des incessantes attaques de taons, spécialement agressifs cette année du fait des conditions météorologiques particulières (atmosphères chaudes et orageuses sans pluie).
La société Abiotec spécialisée dans la capture des insectes sans produit chimique, propose cette année une nouvelle version d'un astucieux piège à taons, efficace et non toxique pour le cheval ou l'environnement puisqu'il attire de façon "mécanique" les taons.

Piège à taon
Un piège efficace et écologique. © Abiotec

Le système se base sur une étude du comportement du taon qui a montré que cet insecte ne prend de l’altitude qu’à la verticale. Le H-trap est composé d'une sphère noire (couleur et forme qui attirent les insectes) coiffée d'une cloche qui emprisonne le taon. Le dispositif permet une réduction de 99% des taons présents sur un animal se trouvant à proximité du piège. Il n'est donc plus nécessaire de retirer les taons à la main, de shampoouiner le cheval ou d'utiliser des produits insecticides trop puissants.
Ne nécessitant pas d’alimentation électrique et convenant à une utilisation en extérieur, le piège peut être placé dans l'herbage pour la protection de chevaux au pré, mais aussi dans une carrière pour offrir une meilleure sécurité pendant le travail.

Déjà commercialisé avec succès en Allemagne et au Pays-Bas, le H-trap est encore peu connu en France, mais a retenu l'attention de notre Rédaction par son efficacité en accord avec le respect de l'environnement. Son prix d’environ 200 euros peut être rapidement amorti lorsqu'on songe aux importantes dépenses liées à la consommation des produits insecticides en bombe, dont l'usage pourra être limité aux sorties.

Anti-encensement

Certains chevaux très calmes et travaillés dans le bon sens peuvent se mettre soudainement à avoir des accès de « head shaking » au travail dès le printemps. Si le head shaking est un symptôme qui peut recouvrir de multiples causes, les petits insectes volants peuvent en être une. Dans ce cas, un filet nasal peut être utilisé pour soulager le cheval.
Attention, son usage est soumis à règlementation en compétition et il faut pour cela se référer au règlement de chaque discipline ou au président de jury.

Filet anti-encensement
Filet anti-encensement, chez Equilibrium. C’est la version « originale » du filet anti-encensement. Disponible en plusieurs coloris. Prix constaté : 41 € vendus par lot de 3 filets. © Equilibrium
Et les « remèdes de grand-mère » ?

Dans un souci de respect de l'environnement, les remèdes "de grand-mère » reviennent en grâce. Et si certains ont une efficacité douteuse, d’autres, petits gestes anodins, peuvent être vraiment pratiques.

Ainsi contre les mouches plates, particulièrement redoutées dans certaines régions où elles sont de légion, le simple fait de vaporiser de l’huile de cuisine en grande quantité, ou de mettre de la vaseline sur leurs zones de prédilection (sous le couard, et entre les cuisses par exemple) les empêcher de s’accrocher. Le résultat n’est pas très agréable pour qui voudra faire le pansage ensuite, mais le but est atteint : les mouches ont plus de mal à tenir et ne forment plus ces grappes très désagréables pour le cheval.

Contre les mouches, on voit souvent les cavaliers faire des cures d’ail à leurs chevaux. Le résultat est dans l’ensemble moyen (certains voient une différence, d’autres non). A défaut de repousser les insectes volants sur tous les chevaux, l’ail a toujours le mérite de fluidifier le sang et d’être un antiseptique naturel !

L’utilisation de certaines huiles essentielles dans des préparations maisons peuvent également avoir un effet immédiat (mais moins prononcé sur le long terme que les préparations chimiques), notamment la citronnelle et l’eucalyptus.

Attention, les huiles essentielles doivent toujours s’utiliser diluées selon le mode d’emploi, et jamais pures.

Lire aussi l'article dans le Bloc-Notes du mois : Les insectes qui attaquent les chevaux


Offre spéciale réservée aux membres du Club Cheval Savoir :

Pour 2 produits de marque NACRICARE achetés, un produit anti-mouches haut de gamme FLY HORSE offert.
Commande directe en appelant NACRICARE 02 43 957 107 (prix d'un appel local)
Code promo : CLUB CHEVAL SAVOIR

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 18-05-2011

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire