Accueil » Savoir pratique Dressage

Les allongements


Par Pierre Beaupère, Cavalier professionnel et Professeur de dressage.


N°23 Juillet - Août 2011
5 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Toujours dans le cadre de deux articles traitant de la correction d'exécution dans les exercices avancés, et après avoir vu le mois dernier comment résoudre les difficultés du reculer, nous abordons aujourd'hui le sujet des allongements. Un grand nombre de cavaliers éprouvent des difficultés à effectuer des allongements corrects, pour diverses raisons...

Jusqu'ici, nous avons surtout vu les allongements comme une libération de l'énergie accumulée lors du travail dans une énergie de base, puis dans une impulsion supérieure, toujours avec un cheval qui "pense vers l'avant".

Nous avons d'autre part vu l'importance de l'équilibre et de la décontraction pour effectuer correctement ces libérations d'énergie vers l'avant, ainsi que la nécessité que cette énergie soit présente avant l'allongement proprement dit.

Un grand nombre de cavaliers éprouvent des difficultés à effectuer des allongements corrects pour diverses raisons mais principalement car ils veulent trop et trop tôt dans le dressage du cheval.

Si pour certains chevaux possédant des allures de qualité, les allongements sont naturels et faciles à obtenir, il n'en demeure pas moins qu'il faut non seulement pouvoir les effectuer avec régularité, sans dommage pour les membres de notre monture et en effectuant des transitions correctes pour y entrer comme pour en sortir.

«Un grand nombre de chevaux ibériques sont considérés comme incapables d'allonger leur trot, simplement parce que le travail n'est pas suffisamment abouti.»

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

5 commentaire(s) »

gouache :
Le 22/07/2011 à 21h56

Une question SVP?,lorsque l'allongement est limité dans sa longueur s'agit -il d'une limitation de moyens de mon cheval ou d'un manque de jambes ou de sollicitation de ma part?, en effet ma jument après quelques foulées de trot semble manquer d'énergie pour continuer son effort? Merci de me donner votre avis sur ce point.

patrice :
Le 25/08/2011 à 06h55

Bonjour,

Ma question rejoint certainement plus les "fondamentaux".

Quelle tension de rênes avez-vous lors de ce travail ? Quel contact y a t'il entre vos mains et la bouche du cheval ? Comment maintenez-vous la décontraction de sa bouche, et donc de sa ligne du dessus ?

Je vous interroge à ce propos car je suis en pleine recherche à ce propos et plusieurs théories semblent se contredire entre les vibrations avec les poignet qui jouent le rôle "d'amortisseur", les vibrations des doigts, ceux qui ferment les doigts sur les rênes et qui accompagnent la bouche du cheval en restant fixes par rapport à la bouche du cheval, et ceux qui restent fixes par rapport à eux et dont la main ne doit pas être franchie.

Comme nous savons combien il est important que le cheval soit bien décontracté pour donner et que je penses qu'en ce moment je suis un peu perdu "dans mes mains", j'ai besoin de votre éclairage pour avancer dans le travail que vous proposez.

Cordialement.

pierrebeaupere :
Le 02/09/2011 à 21h33

Cher/Chère Gouache et cher Patrice,

Les réponses à vos questions seront bientôt publiées dans une rubrique propre, je vous propose de visiter le site du magazine durant les prochains jours pour les lire.

Bien à vous.

Pierre Beaupère.

radoflip :
Le 06/12/2011 à 12h01

Bonjour,
je viens de rejoindre la famille cheval savoir avec bcp de plaisir!

Je souhaitais également rebondir sur l'article dédié aux allongements...
Vous citez, à juste titre, la difficulté de certains ibériques d'ouvrir leur foulée suffisament pour proposer un allongement correct...
Je travaille le dressage avec mon PRE de 10 ans très consciencieusement.
Après de longs efforts, il commence maintenant à proposer des diagonales au trot allongé plus que correctes...
L'épaule s'ouvre relativement loin et les postérieurs restent en dessous pour pousser.
Lors de mon dernier concours (le 2ème de mon cheval), la juge a jugé mes allongements de "courus"?
J'ai pourtant senti mon cheval pousser loin en dessous et étendre la pointe de ses sabots loin devant. Peut-être était-ce la fougue d'être à l'extérieur, mais je l'ai senti "me sortir quelque chose de fort"...
Que pensez-vous du fait qu'elle me note "couru"?
Je suis déçue, car j'ai vraiment eu l'impression que la poussée était symétrique...
Pouvez-vous me donner votre avis?
D'avance merci...

laetitia :
Le 29/12/2011 à 15h57

Réponse à Radoflip
Pierre répondra à cette intéressante question sur les allongements "courus" dans la rubrique "Vos questions" du numéro 27.
La Rédaction

Article publié le 11-07-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés