Accueil » Insctruction

Gymnastique du cheval : les déplacements latéraux

Dans notre précédent article sur les figures de manège, nous avions mis en avant l’intérêt que celles-ci peuvent présenter quand elle sont considérées comme des exercices de gymnastique pour le cheval.
Nous avions mis alors l’accent sur les figures en cercle, les exercices d’une piste et les transitions. Nous terminions l’article en disant quelques mots sur les déplacements d’épaules et de hanches. Ces exercices étant eux-mêmes une préparation à ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est-à-dire les déplacements latéraux et leurs effets gymnastiques.

Qu’est ce qui différencie, du point de vue musculaire, ces deux grandes familles de figures ?
Les exercices d’une piste intéressent la contraction et l’élongation musculaire en mobilisant les articulations dans l’axe de la tige vertébrale.
La base des déplacements latéraux concerne deux actions opposées, mais complémentaires : l’adduction, pendant laquelle le membre se rapproche du plan médian et l'abduction, qui permet au membre de s’écarter de l’axe du cheval.

La colonne vertébrale du cheval
Un cintrage harmonieux et symétrique de la tige vertébrale est impossible comme le montre ce squelette vu de dessus, car par essence, la cage thoracique, l'articulation de l'épaule et de la hanche gênent le mouvement.
La colonne vertébrale du cheval
Sur cette vue latérale, le cintrage apparaît encore gêné par l'asymétrie de hauteur entre l'avant et l'arrière du rachis. Planches extraites de "Anatomie Régionale des animaux domestiques"de Montané, Bourdelle et Bressou, Paris 1937.

Etudiés dans leur globalité, ces mouvements permettent, grâce à l’élongation des muscles pectoraux lors de l’abduction, une meilleure indépendance des antérieurs et autorise l’accroissement de l’étendue des allures.

«C'est l'adduction qui permet le mouvement de "trousser" des antérieurs sur les obstacles»

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

5 commentaire(s) »

gabian :
Le 15/10/2011 à 21h50

Quels sont les critères que vous utilisez pour distinguer la "vraie" cession à la jambe de la cession "fédérale" ? Est-ce une question de pli ?

educaval :
Le 16/10/2011 à 15h11

Dans la cession fédérale, le cheval est droit dans sa tige vertébrale avec juste un pli de l'avant main. Le cavalier quant à lui demande le déplacement par une jambe isolée de position. Musculairement cet exercice n'apporte rien au cheval. Mécaniquement il est difficilement réalisable(un postérieur travaillant plus que l'autre, un côté s'étendant plus que l'autre, le cheval ne peut rester droit).
Ce que JE considère comme la vraie cession à la jambe correspond au 1er stade de l'épaule en dedans:cheval incurvé qui se déplace dans la direction opposée à l'incurvation et SELON UNE OBLIQUE. L'incurvation est générale(avec les restrictions dues à la mobilité de la tige vertébrale) en accord avec la recherche d'un engagement plus prononcé du postérieur intérieur (musculairement et mécaniquement tout est alors compatible!). Le cheval se déplace dans toute sa "masse" en cédant à la demande de la jambe(laquelle commence à la hanche! il est toujours bon de le rappeler)
Cet exercice permet de juger de la qualité des aides du cavalier(justesse, légèreté, en cadence avec les mouvements du cheval). C'est aussi un très bon exercice de gymnastique pour améliorer l'équilibre du cheval sous la selle........

gabian :
Le 16/10/2011 à 18h45

Il s'agit donc un exercice très similaire à ce lui de l'évasion d'un cercle avec maintien de l'incurvation, simplement le cheval se déplace sur une oblique ?
Je rencontre effectivement pas mal de difficultés dans les cessions avec mon cheval âgé de 17 ans, alors qu'il fait bien les agrandissements de cercles et les épaules en dedans ..

educaval :
Le 16/10/2011 à 19h05

C'est exact. Le fait que le cheval se déplace sur une oblique demande cependant un travail plus important du postérieur intérieur.mais c'est dans la logique de la progressivité de l'exercice gymnastique: plus le cheval agit avec souplesse et décontraction, plus on peut demander et être "exigeant"/ du plus facile qu'est l'évasement du cercle au plus compliqué qu'est l'épaule en dedans (qui elle aussi présente plusieurs stades de réalisation)

gabian :
Le 16/10/2011 à 21h35

Merci pour ces précisions ! En effet, vu de cette manière, on comprend mieux comment la cession s'intègre dans la progression du cheval vers l'épaule en dedans .. censée la préparer, la cession sans incurvation avec juste un pli n'a pas grand chose en commun (mis à part le pli opposé à la direction du mouvement) avec l'épaule en dedans (incurvation, position des jambes du cavalier) ..

Article publié le 15-07-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés